Polémique autour du Karaté régional

Share

 

Dimanche 20 janvier 2019.

Ambiance pas très sereine lors de la dernière assemblée générale rhônalpine des karatékas. En cause une sombre histoire de détournement de fonds. Pendant quelque trois heures, les différents protagonistes ont échangé des noms d’oiseaux dans un climat des plus délétères. Le président de la fédération française Francis Didier en personne est venu assister à cette assemblée qui a eu pour première conséquence la division de la zone interdépartementale en deux entités, Lyonnais, et Dauphiné Savoie.

Une enquête est en cours par la brigade de répression de la délinquance astucieuse (BRDA) à l’encontre de l’ancien trésorier de la Zone Interdépartementale Rhône (ZID) Alpes de karaté. Ce dernier est soupçonné d’avoir entre 2015 et 2018 détourné d’importantes sommes d’argent pour un montant de l’ordre de « 250 000 euros ». Une enquête et tout un tas de questions sur le contrôle des comptes.

cliquer Ici lettre président fédération

Et une partie des 150 personnes enfermées dans une salle verrouillée de l’intérieure à eu du mal à conserver son calme à l’encontre d’Abdel Achache président de la ZID et également adjoint aux sports à la mairie du 3e arrondissement de Lyon et de Paco Martinez président de la ligue Rhône Alpes. Paco Martinez est bien connu des Vaudais car il est responsable de la section karaté à la MJC. Il leur est reproché la responsabilité des dérives survenues au sein de la ZID et par rebond nous pouvons poser la question quid de la MJC ? 

Une ancienne élue de la ligue profitait de l’occasion pour en rajouter une couche en faisant état des procédures judiciaires qui l’opposent à ce jour à Paco Martinez.

Mais il semble que les reproches  ne s’arrêtent pas là puisque depuis des mois des élus vaudais demandent des explications sur des faits qui s’ils sont avérés laissent songeurs. 

Et le sport dans tout cela ?

Et comme si cela ne suffisait pas, La Fédération française de karaté et son président, le très contesté Francis Didier, ont fait l'objet fin 2016 d'une enquête administrative lancée par le ministère des Sports motivé pas « Plusieurs signalements crédibles de faits graves » selon Thierry Braillard alors secrétaire d’État aux sports.

Et le sport dans tout cela ?

Thomas Petragallo