Le collège Simone-Lagrange

Share

Mardi 18 décembre 2018

Fièrement inauguré en septembre dernier le collège Simone-Lagrange (Simone Lagrange, née Simy Kadosche le 23 octobre 1930 à Saint-Fons et morte le 17 février 2016 à la Troche (près de Grenoble) est une résistante et ancienne déportée Française témoin clé lors du procès de Klaus Barbie) devrait voir ses effectifs augmenter drastiquement d'ici 2022.  

Un bon signe, puisque cet établissement restructuré pour 5 millions d’euros doit reconquérir les familles vaudaises qui ont délaissé l’ancien collège Jean-Vilar, déserté et finalement fermé en 2009. 

L’opération séduction semble donc réussie pour ce nouvel établissement situé entre Saint-Jean à Villeurbanne et le Mas du Taureau à Vaulx-en-Velin qui ouvrira une classe de troisième l’année prochaine. Mais les enseignants ne se réjouissent pas de la hausse soudaine et imprévue des effectifs qui menacerait la pédagogie mise en place depuis 2017.

 « L’Education Nationale comme la Métropole ont salué notre manière de travailler. Mais cela est possible parce que nous avons des classes de 15 élèves seulement  », témoigne Aline Guitard, enseignante et figure du PCF à Lyon.

Afin de sauvegarder cette organisation, préconisée notamment en REP+, la collectivité propose d’installer un bâtiment modulaire dans la cour pour accueillir davantage d’élèves tout en conservant des classes à effectifs réduits. Une solution insatisfaisante pour les enseignants, soutenus par les parents d’élèves. « Nous voulons accueillir nos élèves dans les meilleures conditions. Or, le rectorat et la Métropole nous répondent que les accueillir, c’est déjà suffisant !  ». 

Au cours d’une nouvelle réunion avec la communauté éducative mercredi prochain, le conseiller métropolitain Eric Desbos ne manquera pas de souligner la hausse brutale de la démographie sur le territoire du Grand Lyon, de l’ordre de 6 000 collégiens en plus sur le mandat.

« Nous pouvons admettre une petite erreur dans la prévision des effectifs. Toutefois, le collège n’accueillera pas 600 élèves avant 2022 et la rénovation du deuxième étage, assure-t-il. Les salles ont une capacité de 25 élèves et les professeurs ont des classes de 15. Il y a donc une marge  ».

Pour calmer le jeu, la Métropole a décidé d’instaurer une zone limitée à 30 km2autour du collège dès 2019 afin d’assurer la sécurité des élèves, répondant ainsi à l’inquiétude des parents d’élèves. Pour mieux faire passer la fin des classes à 15 ?

En tout cas, Eric Desbos est formel : « aucun collège de Vaulx-en-Velin n’accueille plus de 700 élèves. Nous n’avons pas à rougir de notre action en faveur des Vaudais  ». 

 eLISE CAPOGNA Pour salade Lyonnaise