Bilan 123 propositions : cette semaine, urbanisme, développement durable et logement.

Share

Mercredi 4 décembre 2013.

Cette semaine trois sujets majeurs sont à la une pour le bilan des 6 années Charrier –Genin.

Pour commencer, réglons le sujet du développement durable. C’est un constat qui ne peut être contredit : la ville n’a aucune politique de développement durable. Ce thème est d’ailleurs noyé dans l’urbanisme… c’est dire que pour la municipalité, urbanisme et développement durable : même combat ! Les vaudais apprécieront. D’ailleurs, il n’y a aucun élu en charge de ce dossier alors que, par exemple, on trouve une Conseillère Municipale aux Fêtes. Il y a bien une élue chargée de l'agriculture, des espaces jardinés et de l'embellissement de la ville, mais elle n’a pas mis les pieds au conseil municipal depuis près de 2 ans et aux dernières nouvelles elle souhaitait démissionner… Donc les choses sont claires. La première ligne de l’Agenda 21 n’a pas encore été écrite, pourtant une priorité soumise au conseil de développement en 2007. Le PDA est toujours en réflexion, aucun plan n’existe sur les économies d’énergie ni sur la construction durable et passive, aucune action sur les transports en commun n’a été faite et pire les rues sont de plus en plus encombrées, le Plan d’Exposition au Bruit de l’aéroport de Bron a été approuvé (puis devant la mobilisation des habitants dénoncé), la zone maraichère n’a pas bougé et les décharges de Crépieux Charmy dénoncées sont toujours en place. Le bilan en matière de Développement Durable est donc NUL.

En matière d’urbanisme, celui-ci est plus clair. Les élus ont bétonné, bétonné et bétonné pour construire des logements. A part cela peu de choses. Les écoles n’ont pas suivi. Les commerces non plus. Les services idem. Les espaces verts de proximité ont disparu. La ville est toujours aussi déséquilibré et aussi pauvre du fait d’un taux de logement social désespérément hors norme qui accentue une ville à deux vitesses. Rien n’a évolué dans ce sens en 6 ans. Sauf les impôts locaux qui ont continué à croitre doucement chaque année. Et toute la politique d’urbanisme s’est faite dans l’opacité la plus grande avec des accords directs entre la Ville, le Grand Lyon, les promoteurs et financeurs sans que jamais les habitants soient consultés ou concertés, à peine ont-ils été, quelquefois été juste informés une fois le projet bouclé. C’est ce que le Parti Communiste appelle le centralisme démocratique.

 

Le bilan du logement dans sa vision est très proche de celui de l’urbanisme. Il faut dire qu’il en découle directement. Le résultat de 1,9 est mauvais mais cela n’étonnera personne.

Par contre le logement est l’outil majeur de propagande de la ville qui assure vouloir loger tous et toutes. M le Maire aime répéter à l’envi que 70% des français peuvent, du fait de leur revenus, prétendre aux logements sociaux. Il oublie juste de dire qu’à Vaulx-en-Velin les règles ne sont pas aussi claires et seulement basées sur les revenus. Il y a une part d’impalpable, de subjectif. D’aucun objectera que c’est partout pareil, mais des adjoints  à 1818 euros/mois se devraient de céder la priorité pour donner l'exemple quand  ils réclament l’hébergement d’urgence en organisant manifestations et distribution de tracts.

L’homme en charge des dossiers (Urbanisme et Logement) du jour est directement M le Maire qui cumule en plus de sa fonction, le poste d’adjoint à l’urbanisme et d’adjoint au GPV (Grand Projet de Ville). Il sera donc directement comptable du bilan très mauvais et ne pourra se défausser sur personne.