L’écologie va s’inviter aux élections municipales 2020

Share

 

Samedi 20 octobre 2018

Nous en sommes certains, la qualité de l’air, la pollution, le climat seront parmi les priorités incontournables dans les projets des candidats aux prochaines élections municipales. Et elles se rapprochent à grands pas. 

Lors d’une conférence de presse l’ancien ministre de l’Intérieur Gérard Collomb, déjà en course pour la reconquête de la ville de Lyon pour le prochain mandat annonce qu’il investirait « 800 millions d’euros supplémentaires dans le syndicat de transports en commun lyonnais (Sytral) pour développer les transports en commun et les nouvelles mobilités de demain ».

Peut-être que voilà des sous pour la construction du futur Tramway Vaudais que l’on pourrait surnommer « l’Arlésienne ». Cependant vu que le parti socialiste du Rhône  par la voix de son premier secrétaire n’a pas l’intention de s’allier avec l’ancien ministre de l’Intérieur, mais plutôt avec les Verts, les communistes et la France insoumise les transports en commun resteront les parents pauvres Vaudais.  Et pourtant, pour limiter l'impact de la voiture une bonne infrastructure de transports en communs est indispensable.  

Le succès des journées « “Dans nos rues pour le climat »  montre que la conscience environnementale de nos concitoyens se renforce progressivement, mais sûrement.

À Vaulx-en-Velin, l’adjoint à l’environnement souligne lors de son intervention en conseil municipal que sur la ville des « Avancées ont été constatées ». Quand on part de rien, il ne peut y avoir que des avancées aussi minimes soient-elles.  Malheureusement il est le seul à en faire le constat. C’est un sujet sur lequel nous sommes particulièrement sensibles et à part des progrès en termes de communications téléphoniques par la mise en place d’antennes relais difficile d’entrevoir ce qu’est la démarche environnementale Vaudaise.

Les manifestations de nettoyage organisées à travers la ville le sont par des associations et n’attirent que peu de personnes. Rares sont les élus qui participent.

Et heureusement que les nouveaux bâtiments construits tels que l’école Beauverie sont tant que possibles à énergie positive sinon peu de signes écologiques seraient visibles sur la ville.

Notre ville possède un fort contingent d’anciennes résidences pavillonnaires dont le mode de chauffage est le bois. Le chauffage au bois non performant des particuliers contribue à 25 % des émissions de particules fines observées sur le territoire. Il suffit de se promener dans certains secteurs de la ville pour s'en rendre compte. Et le coût du fuel et du gaz rend à nouveau se mode de chauffage concurrentiel. 

C’est pour cette raison que la « Prime Air Bois » mise en place par la métropole vise à aider financièrement les particuliers à remplacer leurs foyers ouverts ou anciens appareils de chauffage au bois par des appareils de chauffage au bois récents et performants. La « Prime Air Bois » est cumulable avec le crédit d’impôt pour la transition énergétique et l’écoprêt à taux zéro.

Voilà une action concrète qui pourrait être soutenue par le service environnement de la ville.