La sobriété heureuse

Share

 

Lundi 22 octobre 2018

Au mois d’août sur le marché de Joyeuse dans L’Ardèche nous avons croisé Pierre Rabhi. Cela faisait quelques années que nous ne l’avions pas vu. Le petit homme nous a paru cependant bien fatigué comme s’il avait perdu une partie de son légendaire enthousiasme. Sa ferveur communicatrice.

Et pour cette raison et d’autres, nos souvenirs se sont portés vers l’association « Colibris » dont Pierre Rabhi  est un des fondateurs en 2006 et vers la légende dont l’association tire son nom.  

" Un jour, dit la légende, il y eut un immense incendie de forêt. Tous les animaux terrifiés, atterrés, observaient impuissants le désastre. Seul le petit colibri s’activait, allant chercher quelques gouttes avec son bec pour les jeter sur le feu. Après un moment, le tatou, agacé par cette agitation dérisoire, lui dit : "Colibri ! Tu n’es pas fou ? Ce n’est pas avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu ! "

Et le colibri lui répondit : "Je le sais, mais je fais ma part."

Un peu partout ces temps-ci nous entendons des petits colibris et leur petite chanson, " C’est déjà ça, le peu qu’on peut c’est mieux que rien". Mais finalement ce n’est rien.

Car si le colibri s’agite pour se justifier il ne touche pas à l’ordre inéluctable. Cela reste un " il faut que tout change pour que rien ne change". Il ne touche pas au plat de résistance, car sa démarche censée déclencher des aspirations ne fait pas boule de neige. Elle ne provoque aucun changement dans notre société.  

Si les gens ne changent pas, ou en trop faible nombre, ou pas assez vite, c’est donc probablement aussi en partie parce que la manière de vivre de ceux qui affirment avoir changé ne suffit pas à convaincre les autres. La plupart des petits colibris ont un train de vie à cent mille lieues d'une empreinte écologique soutenable.

Et puis le petit colibri ne se pose même pas la question de savoir pourquoi la forêt est en feu au pire il pourrait éteindre un barbecue. En fait le petit colibri essaie peut être juste de sauver son nid.

Des petits colibris sont présents également dans les hautes sphères. La COP 21 a vu plein de petits colibris avec leur goutte d’eau dans le bec, mais l’incendie ne s’est pas éteint au contraire, il est plus actif que jamais. Toutes les bonnes résolutions sont restées lettres mortes.  5 pays seulement ont respectés leur engagement mais pas la France de Macron pourtant sacré champion de la planète.

Nous sommes à l’heure de tous les dangers, à l’heure de l’urgence,  à l’heure où il ne sera plus possible de faire marche arrière et plutôt qu’un petit colibri anonyme, bien planqué dans sa forêt avec sa goutte d'eau dans le bec,  il vaut mieux  un méchant canadair ou 12 000 marcheurs pour le climat se passant des seaux d’eau et capables de mobiliser les politiques pour déclencher une tempête qui viendra éteindre le feu.

TP