Comment engager une démarche environnementale.

Share

 

Mercredi 24 octobre 2018

Nous avons vu récemment dans notre quotidien régional "Le Progrès" que des citoyens Vaudais s’engagent pour l’environnement. Des initiatives intéressantes qui prouvent que la sensibilisation des Vaudais en matière d’écologie est plus présente que l’on croit. Une bonne attitude et un bon état d'esprit. 

Si les citoyens s’engagent de manière indépendante ou collective, que fait notre municipalité dans ce domaine ? Au lieu d’être un promoteur, elle est plutôt suiveuse. Il existe bien un service environnement, créé en 2015 si notre mémoire est bonne, mais ce n’est pas une priorité municipale. L’environnement est une affaire de convaincus. D’ailleurs nous le voyons bien lors des événements, comme « Faites de la propreté », le nettoyage de la Rize, le Word clean-up day du 15 septembre dernier,  rares sont les élus présents, nous pouvons les compter sur les doigts de la main. Majorité comme, opposition. Il faut le dire quitte à être encore une fois accusé de prosélytisme, mais Stéphane Bertin est le seul depuis le début du mandat à participer à toutes les manifestations. Il a également fait le forcing pour instaurer le principe YOYO sur la commune ( https://www.yoyofrance.com/presentation-yoyo/) et  le défi famille à énergie positive ( http://www.familles-a-energie-positive.fr/fr) 

Et si la ville à mis en place des ballades à vélo, cela semble plus destiné à contrer la démarche de l’APVV qui a initialisé depuis deux ans cette démarche que par une réelle motivation. D’ailleurs,  le vélo est un des grands du plan de déplacement urbain.

Le changement climatique est une réalité qui ne fait plus débat scientifique, il y a urgence à généraliser la mise en œuvre de politiques publiques adaptées.

Il y a deux éléments fédérateurs pour une municipalité. L’agenda 21 et Le Plan climat énergie territorial (PCET).

L’agenda 21 est une démarche volontaire, à l’initiative de la collectivité qui s’appuie sur les 5 finalités du développement durable. C’est une démarche participative pour les habitants, qui va bien au-delà de la simple consultation ou de l’information.

Le PCET est une démarche qui permet de définir et d'impulser des actions qui permettront de réduire les émissions de gaz à effet serre (politique d'atténuation) et en même temps de réduire la vulnérabilité du territoire face au changement climatique (politique d'adaptation).

Cette démarche est obligatoire pour les municipalités de plus 50 000 habitants, volontaire pour les autres et s’inscrit dans la continuité d’une démarche éco-exemplaire. C’est ainsi une démarche avec un volet opérationnel prépondérant et des objectifs chiffrés très précis et cadrés. Il n’implique pas une démarche participative des habitants, néanmoins, il suppose une consultation publique (obligatoire pour tout projet d’aménagement).

Il est apparu ainsi que la variété des actions et leur proximité tant dans les agendas 21 que dans les PCET, militent pour une mise en œuvre conjointe de ces deux démarches par les collectivités territoriales.

Pour une collectivité, lier un agenda 21 et un PCET permet ainsi d’avoir un pilotage commun, de faire des économies de moyens et ainsi de gagner un temps précieux.

Les outils de concertations existants dans une démarche agenda 21 pourront faciliter l’appropriation des objectifs du PCET par les habitants eux-mêmes, bénéficiaires à terme des mises en œuvre des PCET.

Il convient donc d’avoir à l’esprit que ces deux démarches sont complémentaires et s’enrichissent l’une l’autre malgré leurs distinctions méthodologiques.

À notre connaissance, la ville de Vaulx-en-Velin n’a pas d’agenda 21. Un PCET est par contre en cours d’élaboration depuis 2015 même s’il n’y a pas d’obligation pour la ville, car moins de 50 000 habitants et devrait être prochainement présenté en conseil municipal.

Dans notre prochain article, nous vous donnerons quelques grandes lignes du PCET Vaudais.