#Foutagedegueule

Share

Mardi 26 novembre 2019

Comment pour l’exécutif Vaudais conduit par Hélène Geoffroy des choses simples peuvent en finalité s’avérer compliquées ?

Je ne reviendrai pas sur « l’affaire du papier toilette », mais voici un autre point qui est semble symptomatique et habituel.

Pour se faire de la publicité et alimenté le journal municipal, toutes les occasions sont bonnes. Et les portraits d’habitants font partie du marronnier rédactionnel.

Il est un homme qui s’investi beaucoup sur la ville et sur son quartier que ce soit en termes d’écologie que de respect de la propreté.

Jean-luc Pollina s’est impliqué en tant que coach au sein de l’association YOYO dans la collecte des bouteilles en plastique notamment celles qui échappent aux poubelles vertes. Il n’est pas rare de le croiser un sac orange à la main en train de ramasser les bouteilles qui jonchent le sol.

 https://www.publicsenat.fr/emission/ma-voix-compte/ecologie-qu-est-ce-que-je-peux-faire-j-sais-pas-quoi-faire-135747 à regarder à partir de 22minutes 39 secondes

Avec son équipe de trieur c’est un nombre considérables de bouteilles en plastique qui ont ainsi évité l’incinérateur et la pollution de la nature. De quoi faire de Vaulx-en-Velin la ville qui collecte le plus. Une bouteille en plastique met 500 ans pour disparaitre mais avant cela s’est désagrégée en minuscules particules qui sont ingurgitées par différents organismes de la chaine alimentaire dont l’homme.

Un grand débat est en cours concernant le recyclage des bouteilles en plastique car il y a également un enjeu économique. La tonne vaut 350 euros sur le marché et plusieurs acteurs sont intéressés par cette potentielle manne financière.

En attendant qu’une solution plus efficace soit mise en œuvre, la démarche de Jean luc Pollina et de ses collègues est à encourager. Comment encourage-t-on les trieurs au niveau de l’association YOYO. Et bien chaque sac collecté donne des points avec lesquels il est possible de choisir un cadeau. Et ses cadeaux sont offerts par différents organismes. Il est possible par exemple d’obtenir des places de cinéma ou bien de spectacles.

Dans ce cadre, une délibération de la ville de Vaulx-en-Velin apporte une contribution en termes de places de spectacle.

Voilà donc maintenant plusieurs mois que la ville promet des places de spectacles. Le coût à supporter n’est pas énorme car en général il n’y a jamais salle comble à Vaulx-en-Velin et les places gratuites sont monnaies courante. Voilà donc environ un an, que Jean Luc Pollina a obtenu l’accord de principe d’Hélène Geoffroy et malgré une délibération les « gifts » vaudais se font attendre.

Ce doit être encore sous le coup du fameux, « c’est compliqué on y travaille » que nous entendons régulièrement. Et d’après Kaoutar Dahoum ce serait la faute de son collègue Matthieu Fischer l’adjoint au développement durable et à l’environnement.

C’est peut-être comme Monsieur Fisher me l’a expliqué à plusieurs reprises l’inertie administrative normale du secteur public, chose que je ne crois pas un instant. L’inertie serait plutôt au niveau des élus pour ne pas dire plus. 

C’est bien de balancer un collègue, mais pour aller au fond des choses, Kaoutar Dahoum aurait pu également impliquer l’adjointe à la culture.

Il faut se méfier des promesses d’Hélène Geoffroy, certains attendent espèrent encore depuis 2014.  Nous sommes en période électorale et madame la maire reçoit beaucoup.

Thomas Petragallo