L’Australie à côté de la COP…

Share

 

Mercredi 18 décembre 2019

L’Australie a connu mardi sa journée la plus chaude depuis le début des relevés de températures. Et ce n’est pas fini. Selon le spécialiste économie Axel de Tarlé, le pays est entièrement responsable de la situation, puisque son énergie fonctionne essentiellement au charbon, hautement générateur de gaz à effet de serre.

40,9 degrés… Telle a été la moyenne nationale des températures les plus hautes enregistrées en Australie mardi. C’est un triste record battu depuis que les relevés de températures existent dans le pays. Et cela pourrait être encore pire dans les jours à venir. D’après Axel de Tarlé, spécialiste économie à Europe 1, l’île ne peut en fait d’en prendre qu’à elle-même et à sa politique énergétique essentiellement tournée vers le charbon.

Du jamais-vu depuis que les relevés existent.  Dans certains endroits, on approche les 50 degrés, et la chaleur est renforcée par des feux de forêt dramatique, dus à la sécheresse. Au point que la ville de Sydney, 5 millions d'habitants, est baignée dans un épais nuage de fumée toxique, chargée de particules fines. La ville est en urgence sanitaire.

Et c'est tout l'écosystème du vivant qui s'effondre. Les animaux meurent. Par certains endroits, 90 % des oiseaux ont disparu. Les agriculteurs abandonnent leur ferme. En 10 ans, la récolte agricole a chuté de 27 %. C'est malheureux à dire, mais il n'y a plus qu'une seule chose qui fonctionne en Australie : l'exploitation du charbon.

Parce que malgré cet "enfer climatique", le pays continue d'exploiter du charbon. C'est ça qui est incroyable. Souvent les victimes du dérèglement climatique sont des pays innocents. Là, franchement, le pays ne peut s'en prendre qu'à lui-même. L'Australie est le premier exportateur mondial de charbon.

Son Premier Ministre est ouvertement pro-charbon, et il vient même d'autoriser l'exploitation d'une nouvelle mine géante, dans le Queensland, qui sera la plus grande du pays. Tout ce charbon est expédié en Chine, qui est en train de construire 150 gigawatts de centrale à charbon, c'est-à-dire autant que toutes les centrales existantes en Europe.

Bref, vous le voyez, depuis l'an 2000, la consommation mondiale de charbon a bondi de 65 %, et ça n'est pas fini. Merci l'Australie, merci la Chine !  Sauf qu'on en voit maintenant physiquement la catastrophe à l'œuvre. Fait rare : le Premier ministre australien, Scott Morrison, vient de reconnaitre que le dérèglement climatique était l'un des facteurs à l'origine de cette catastrophe. On avance, on avance, ça devient une évidence…

Thomas Petragallo