Une pétition pour la protection de la Rize…..

Share

Mardi 4 février 2014

La protection de notre environnement et de notre patrimoine : une priorité mais pour qui ? Tout le monde s’accorde à dire que le petit cours d’eau qui longe le Pont des Planches mérite d’être préservé et ses abords valorisés. Mais qu’en est-il aujourd’hui ?

Dans le n°39 de la PRAVDA du 2 novembre 2011 nous pouvions lire : « Le maire Bernard Genin va manifester auprès du Grand-Lyon sa volonté de protéger la qualité environnementale de ce site, et propose aux habitants de signer une lettre ouverte disponible à l’Hôtel de Ville et sur Internet ». Quand le gouvernement pour faire face à un problème crée une commission, Bernard Genin propose, lui, aux habitants de signer une pétition sur internet. C’est son truc à Bernard Genin, Internet. Ce n’est pas une opération à hauts risques puisque tout se fait derrière un écran et comme pour le Plan d’Exposition au Bruit (PEB) de l’aéroport de Bron, cela donne le sentiment de faire quelque chose tout en ne faisant rien. Nous l’avons bien vu pour le PEB lorsque la pétition du maire n’a jamais été rendue publique ni jointe à l’enquête publique. La panacée…. Mais depuis 2011 où en sommes-nous ?

En septembre 2013, a eu lieu la matinée de nettoyage annuel de la Rize, notre petit cours d’eau qui longe le quartier du Pont des Planches. Organisée depuis quatre ans conjointement avec le Grand Lyon et des associations, cette matinée citoyenne a vu se mêler pour une paire d’heures, des habitants, des membres d’association, des élus de tous bords, du personnel municipal. Du côté des élus, il faut avouer que tous ne sont pas venus ce jour-là pour se retrousser les manches ; certains étaient en effet là plus pour la parade, plus à l’aise dans des chaussures à talon aiguille que dans des bottes. Un soutien moral nous dirons. On se rappelle un autre très enthousiaste sur son blog de campagne à l’époque, en l’occurrence Yann Compan pour l’UMP en 2012, venu pratiquer la pêche aux voix pour les législatives ; il a disparu de la circulation presqu’aussitôt et n’a plus participé à cette matinée et probablement n’y remettra plus les pieds !!!

Nous avons donc voulu faire le point quelques mois plus tard, suite aux remarques d’un responsable d’association qui désespère qu’un lieu aussi caractéristique et important en terme environnemental ne fasse l’objet d’aucune attention de la part de la municipalité … sauf une fois par an. Pas seulement pour faire un article et dénoncer le laisser aller, mais parce que nous sommes particulièrement sensibles à tout ce qui a trait à l’eau ; c’est un bien des plus précieux que nous possédons. Nous sommes aussi sensibles à l’histoire de ce cours d’eau et du quartier dont il est parti intégrante. Il faut bien convenir, que le résultat de notre visite n’est gère réjouissant. Notre petit cours d’eau et ses berges sont malheureusement confrontés aux incivilités et ce n’est pas la signalisation qui mentionne une surveillance par caméra qui freine l’ardeur de nos pollueurs. Nous en revenons toujours malheureusement à la même chose. Que ce soit dans ce secteur, comme dans la zone maraichère ou à bien d’autres endroits de la ville, malgré la présence d’une déchetterie, se délester de quelques encombrants est monnaie courante et à notre connaissance aucun pollueur n’a jamais fait l’objet d’une quelconque sanction qui soit de nature à dissuader les contrevenants. Voilà donc ce que les promeneurs peuvent découvrir ainsi que ceux qui accèdent à notre ville

 

Voilà ce que l’on peut appeler un nettoyage en profondeur de la Rize, et ce que découvrent les promeneurs. Une action de deux heures par an est-elle suffisante pour préserver ce lieu ? Pourquoi le local du club de canoë-kayak et pirogue des Sauveteurs Volontaires de Vaulx-en-Velin, situé aujourd’hui dans le parc de Miribel-Jonage, n’est-il pas démonté plutôt que subir des dégradations ? La mature mérite qu’on l’admire mais aussi qu’on y prête attention. Voila un défi pour les candidats aux municipales qui ne manqueront pas de faire des promesses aux habitants du quartier ; mais qui sera en mesure de les tenir ? Surement celles ou ceux qui depuis quatre ans mettent la main à la pâte mais surtout celles ou ceux pour qui l’environnement n’est pas qu’une ligne éphémère sur un programme et l’ont démontré à plusieurs reprises depuis des années en s’engageant dans l’intérêt des Vaudais, là ou les tenants des partis politiques ferment les yeux ou tournent la tête que ce soit le Plan d’Exposition au Bruit de l’aéroport de Bron, la zone de captage, les antennes-relais, la plateforme de compostage Tarvel, l’enfouissement des déchets et les décharges sauvages, etc.….

Courant 2014, il est prévu que le Grand Lyon construise un bassin de décantation dans la Zone Industrielle Est afin de collecter les eaux usées des entreprises qui continuent à se déverser directement dans la Rize. Annonce électorale ou véritable projet ? Nous verrons.