L'image des "quartiers sensibles" s'est encore dégradée

Share

 

Mardi 28 janvier 2020

Pour étayer son bilan de mandat, Hélène Geoffroy s’est fendue d’un joli document de 140 pages ou comment enrober dans du beau papier un bonbon de piètre qualité. Tout bon communiquant sait bien que l’emballage fait vendre.

Dans les faits le bilan de fin de mandat suit la digne trace du bilan de mi-mandat et quel que soit l’origine de sa production c’est toujours l’argent du contribuable qui est fait les frais.

Bien que l’écologie est mise en avant par la majorité des candidats, dans les faits, il semble que le sujet de préoccupation majeur des Vaudais concerne la sécurité.

Une enquête du Crédoc via l’Observatoire de la politique de la ville (ONPV) sur les données de 2018 positionne sans surprise l’insécurité (56%) comme une des premières préoccupation des habitants des quartiers sensibles. Viennent ensuite les "difficultés sociales" (29%), la "relégation territoriale" (16%), le "mauvais cadre de vie" et l’"immigration" (14% chacun).

La situation de ces quartiers s’est en outre "plutôt dégradée au cours de ces dernières années" pour une majorité de répondants (51%).

L’insécurité n’est pas spécifique à Vaulx-en-Velin, Vénissieux,  Villeurbanne, Rillieux sont logés à la même enseigne. 

Le premier échec dans le bilan d’Hélène Geoffroy est national puisque Secrétaire d’état à la ville dans le gouvernement Valls. Si l’exercice de communication d’avril 2016 avec la venue de 11 ministres dans notre ville a été particulièrement soignée, on ne peut pas dire que nos deux compagnons d’armes ont réussi à faire quoi que ce soit pour les banlieues. Les bonnes intentions sont restées dans les cartons. Le fameux apartheid social de celui qui a émigré en Espagne (Cela va-t-il-durer ?).

Le réveil de « Notre Force » sur le plan Vaudais s’est traduit également par un exercice de communication et il continue dans le programme de celle qui se veut candidate à sa succession. La bataille des agents de polices municipaux a débuté. Comme si tartiner une bonne tranche de pain avec une double couche de Nutella allait diminuer la prise de mauvaise graisse. Il n’y a qu’à voir la vidéo du caillassage en règle du commissariat ou les photos de la dernière mésaventure du Mas du Taureau pour comprendre le niveau et la complexité des problèmes.

Terminer l’époque où les socialistes faisaient une allergie à la vidéo surveillance et à l’armement des policiers municipaux privilégiant la prévention. Aujourd’hui le réveil tardif est à la surenchère pour le plus grand plaisir de l’aile droite, voire d’extrême droite de la candidate. Ce n’est pas faire un procès d’intention de cataloguer d’extrême droite une possible colistière ou soutient qui a appeler à voter FN au second tour de la présidentielle.

Vous en voulez combien du policier municipal ?  30, 40, 50 ….100. Pas de problème. Et des brigades canines sans chiens ? Question budget, pas de problème ce sera le principe des vases communicants, deshabiller Pierre pour Habiller Paul. En gros on supprime un poste qui apparement ne servait à rien puisque dans le cas contraire c'est un service rendu en moins au vaudais pour créer un poste de policier municipal dont l'efficacité reste à démontrer. 

 

Apporter de la sécurité aux Vaudais c’est un exercice bien trop difficile à atteindre pour Hélène Geoffroy car tout comme le Sport, l’écologie et la démocratie participative ce sont des domaines qui présentent peu d’intérêt pour elle.

Thomas Petragallo