Le coucou est aussi un fieffé menteur.

Share

Mercredi 10 juin 2020

Notre article d'il y a 15 jours sur le coucou a bien plu. On en apprend ce jour bien plus sur ce drôle d'oiseau vaudais.

En effet, cet oiseau qui tout l'hiver fit le coucou allant de nid en nid, avait, avec son équipe écologiste, défini en toute fin d'année, quelques grands principes.

Le premier de ces principes étaient de défendre l'écologie; pas vraiment dans les gênes de cet oiseau, ce dossier fut quand même défendu ... surtout par les non marionistes de l'équipe. Les vrais écolos, ceux qui y croit. Les anti-marions comme on pourrait les appeler.

Le second principe était la ligne rouge à ne pas dépasser. Le mot ligne rouge était employé par toute l'équipe verte, et aussi dans l'équipe PC - FI, et aussi à l'APVV, et aussi chez Sacha Forca. Cette ligne rouge symbolisait d'ailleurs pour tous la même chose: pas d'alliance avec Hélène Geoffroy. Celle-ci par son attitude, sa politique, son nombrilisme repoussait à peu près tout le monde.

Puis le premier tour arriva et avec lui son lendemain, celui qui déchante. Où la dure réalité rappelle à tous que l'écologie, seuls un petit milliers de vaudais s'en préoccupe, les 2/3 chez les Verts, et 1/3 à l'APVV.

Le coucou s'en aperçu vite et tenta le nid socialiste. Ejecté par une caballe des adjoints potentiels déjà dans la place il se trouva fort mal placé et tomba du nid pas du tout secouru par son équipe qui au contraire voulait l'éliminer.

Le voilà donc obligé de se justifier et ce jour dans la presse, il déclare avec aplomb : "Sur les municipales, je regrette qu’aucune liste n’ait souhaité entrer en négociation sans préalable". Le préalable qu'il vise là c'est bel et bien le "pas d'accord ni discussion avec Hélène Geoffroy". Il a ainsi oublié que ce préalable qu'il refuse est en fait son ADN. Et refuser son ADN (la ligne rouge à ne pas dépasser c'est aller vers Hélène G.), c'est un peu compliqué. Un vrai oiseau menteur on vous dit.

Le voilà donc obligé de se justifier de tout: les accords locaux, les métropolitains, les autres qui l'aiment pas, sa liste écolo. Pas étonnant alors qu'il n'ait plus d'équipe. La politique de la terre brulée lui permettra de toutes façons d'être élu.Et dès le début du mois de juillet, de rejoindre l'actuelle maire dans sa majorité pense-t-il. Dans l'opposition peut être plus surement mais sa vision groupie de la maire l'empêche d être lucide. Beaucoup de blabla pour finalement ne rien dire; déjà un vrai politicien pris en flagrant délit de mensonge.

Tout cela fait les affaires de la liste citoyenne Bertin - Forca qui s'annonce porteur d'un vrai projet écolo pour la ville. Elle compte d'ailleurs bien récupérer une grosse part des déçus du marionisme. Et de l'inexistante politique écolo de la maire sortante avec son toutou en forme d'adjoint chargé de gérer l'absence de politique ecolo depuis 6 ans.