Helène Geoffroy, future ministre de Macron.

Share

Samedi 13 juin 2020

On savait Hélène Geoffroy candidate au poste de Maire, première marche pour un poste de sénatrice en Septembre. Mais elle vise déjà plus haut pour juillet. C'est un poste de ministre qu'on lui a annoncé pour elle en juillet et pour lequel elle se prépare déjà.

En effet, ce n'est un secret pour personne: en juillet, Emmanuel Macron va remanier son gouvernement. Celui-ci plutôt à droite a besoin de se gauchiser. Hélène Geoffroy est parfaite pour cela. Etiquetté socialiste, elle côtoie la droite depuis un certain temps et s'entoure d'ex-militants RPR traitres à leur cause pour faire campagne. Elle poursuit à dire qu'elle est "de gauche" même si cela ne trompe personne.

Car chacun sait qu'avant tout Hélène Geoffroy roule d'abord pour elle. Elle veut faire carrière, avoir du pouvoir, avoir des indemnités. Depuis 20 ans qu'elle est élue à Vaulx (elle faisait déjà partie de l'équipe de Maurice Charrier en 2000 qu'elle encensait alors pour tenter de le dézinguer 8 ans plus tard), elle n'a eu de cesse d'essayer de partir. Ce qui a bien failli bien réussir définitivement puisqu'en 2016 elle fut appelé comme secrétaire d'Etat.

Sous-ministre de François Hollande est fut quand même prudente en gardant sa maison à Vaulx et un strapontin dans notre capitale des cardons. Bien lui en a pris, puisque l'aventure Hollande a mal tournée et elle a actionné son parachute de secours : Vaulx.

C'est la même chose qu'elle anticipe pour juillet. Etre appelée. C'est pour cela que son portable est toujours chargé à 100%!  Sans aucun doute, elle a des qualités indéniables pour le job. Fréquentant les cabinets ministériels (où elle a beaucoup d'amis) et les structures nationales (en particulier via l'Association des Maires de France) depuis 4 ans pour sa promotion, elle est connue à Paris des ministres et du Président. Elle a aussi l'expérience d'un job de secrétaire d'Etat où elle n'a pourtant rien fait ni réalisé, mais à ce niveau là rien de génant puisqu'un bon ministre est surtout celui qui ne fait pas de vagues.

Et si cela ne fonctionne pas? Elle aura toujours un plan B pour partir: les élections sénatoriales de septembre pour lesquelles elle vise la tête de liste PS ou En Marche, ou n'importe quoi d'autre pourvu d'être élue. Quand on vous dit qu'elle vise Paris et que Vaulx n'est qu'un marche pied.

Mais avant elle doit se faire élire à Vaulx. Trouver 2500 personnes qui vont croire en elle, en ses belles paroles, en ses belles promesses. Y arrivera-t-elle? Les vaudais arrêteront-ils celle qui les voit seulement comme un strapontin, celle qui les considère seulement comme uns solution de secours, un plan B ou C? L'avenir nous le dira. Pas sûr que cette fois-ci cela fonctionne. Ils commencent à la connaître. Les vaudais se sont aperçus que la maire parisienne n'a rien obtenu pour la ville entre 2016 et 2020 que ce qu'elle aurait obtenu de toutes façons sans être partie.

Enfin, lorsqu'elle sera partie qui va la remplacer: les couteaux s'aiguisent. Nous en parlerons plus tard.