Bilan 123 propositions : économie et emploi, le bilan global ne s’améliore pas.

Share

Mercredi 11 décembre 2013.

Pour conclure notre analyse du bilan de l’exécutif sur ces 6 dernières années, nous traitons cette semaine l’emploi et l’économie.

Peu de raisons de se réjouir dans ces domaines. Et quel que soit le thème. Pour ce qui est de l’emploi, les propositions existaient ; quelques-unes ont été mises en place. Mais le résultat est tel qu’on le connait. Vaulx-en-Velin reste la 3° ville la plus pauvre de France avec un taux de chômage de près du double du taux national, une forte partie de jeunes qui sortent de l’école sans formation, une ville qui n’attire pas l’emploi,… Bref. 3,33, la note de réalisation des propositions, que nous pourrions qualifier d’insuffisante, est bien en-dessous de la réalité de l’emploi à Vaulx. Là aussi le maire dira surement, « ce n’est pas de ma faute, je n’y peux rien, c’est le gouvernement ». Et pourtant il y a bien une Adjointe dédiée, la Neuvième (c’est dire le niveau réel de la priorité donnée à l’emploi), Mme Hochard, 1818 euros par mois + voiture, qui a piloté cela et qui peut se targuer d’avoir un vrai mauvais bilan ! Nous aurions pourtant préférer dire tout le contraire tant ce thème est une préoccupation pour les vaudais.

Pour ce qui est de l’économie, la municipalité actuelle a tout misé sur l’économie sociale et solidaire. Il faut dire que notre 1° adjoint enseigne cette matière et se fait sponsoriser des cours par la ville. Il faut bien que cela donne quelques résultats. Pas très palpables mais un peu plus que la moyenne ; c’est presque le meilleur résultat de notre bilan tous thèmes confondus !

Par contre en matière de commerce à part le Carré de Soie dont le devenir est compromis avec le futur complexe commercial du Grand Stade et l’absence de surface alimentaire, sans compter que tout a été initié par M Charrier il y a dix ans, rien ne marche : beaucoup de boutiques sont vides au centre-ville comme au village, aucun commerce de proximité n’a été ouvert au Sud et les commerces de la Grappinière sont encore dans les cartons !

Pour ce qui est de l’agriculture, le maraichage périclite au bénéfice de la grande culture mais heureusement la zone maraichère ne bouge pas.

Enfin l’industrie et les services sont eux aussi englués dans l’absence de résultat.

La faute à qui d’abord au chef, qui ne semble pas avoir assez porté le sujet. Ensuite à l’adjoint en charge de ce dossier : Medhi Ait Hamoudi. Son nom ne vous dit peut-être pas grand-chose. Il faut dire qu’il est adjoint depuis peu. Il a remplacé Abdel Belmokadem, celui qui a empoché son indemnité de 1818 euros pendant 3,5 ans sans rien faire même pas venir au conseil municipal toutes les six semaines (voir notre article du 10/6/13). Six années de plus de perdues pour les vaudais !