Lancement d’une nouvelle offre politique à Vaulx-en-Velin.

Share

 vendredi 24 janvier 2014

 Nous attendions une action médiatique de la part de l’UVI, l’Union des Vaudais Indépendant, dont nous avions repéré la déclaration en Préfecture le 10 septembre 2013 avec pour objet de « Favoriser par tous les moyens légaux la réappropriation des institutions et du contrôle des pouvoirs par les citoyens. ». Cette action a débuté par la réunion de lancement d’un parti politique en attendant, nous supposons, l’annonce d’une liste dans le cadre des élections municipales. C’est donc ce jeudi 23 Janvier qu’environ 400 personnes se sont déplacées dans les salons de l’hôtel HENNI pour écouter le discours de son Président, Monsieur Nordine Gasmi. Les organisateurs annoncent le chiffre de 800 personnes, mais d’après nos comptages et quelques recoupements, la tendance serait plutôt proche de notre estimation. La bataille de chiffre n’a aucun sens. Nous pouvons en conclure que l’UVI, sans faire de tract, ni d’annonce dans la presse a mobilisé du monde, c’est indéniable. Et c’était prévu car un dispositif vidéo de retransmission avait été installé pour que les personnes restées à l’extérieur puissent, elles aussi, suivre le discours.

  En préambule à la prise de parole de Nordine Gasmi, un groupe de jeunes est venu décliner quelques tirades sur le thème du mal vivre en banlieue. Mettant de côté le discours qu’il avait préparé, Nordine Gasmi a pris la parole et a fait part des nombreuses réunions publiques qui lui ont permis de collecter énormément de détail sur les problèmes auxquels sont confrontés les Vaudais : le logement, la santé, les situations précaires. Les problèmes rencontrés mais aussi les solutions proposées. Il a ajouté que la mobilisation qui s’est faite aujourd’hui l’a été par de faibles moyens, pas de tracts, mais des envois de SMS ce qui est gratuit et illimité. Son désir et ce n’est pas un rêve, c’est sortir la ville de la pauvreté. Le taux de chômage des jeunes Vaudais inhibe toute possibilité de leur donner un projet de vie, et ce n’est pas la municipalité qui changera la donne ni le Parti Socialiste qui vote avec la même ferveur les délibérations du maire, insiste-t-il à plusieurs reprises. Nordine Gasmi se lance dans un éventail à la Prévert de points qui concourent à faire de Vaulx-en-Velin ce qu’elle est aujourd’hui, au fur et à mesure qu’ils lui viennent à l’esprit sans suivre une construction logique. Le fil de ses pensées est parfois difficile à suivre. Nous passons ainsi allègrement des 50 personnes qui composent son équipe au 30 000 euros de frais de représentation du maire qui constituent deux emplois, du fait qu’en Islande la défiance des politiques est telle que les habitants plébiscitent les listes citoyennes, à la reprise des chiffres de Lyon Capitale, ou encore des 1300 logements vacants à Vaulx-en-Velin alors que des Vaudais se trouvent en situation précaire. Il poursuit sur les montants élevés de la taxe d’habitation, sur l’endettement de 1400 euros par Vaudais, sur l’abandon de la ville par les élus qui n’y habitent plus,…

Pour lui, la piscine à 20 millions d’euros et l’extension du planétarium n’étaient pas des priorités. « D’ailleurs j’ai fait faire un devis à 10 millions d’euros » dit-il trouvant exorbitant le montant annoncé par la municipalité pour la future piscine. Il n’est pas contre la culture mais préfère attendre que les Vaudais roulent en BM ou en Mercédès pour penser au Planétarium. Revenant sur l’emploi et sur le chômage des jeunes, Nordine Gasmi est étonné de ne pas trouver sur Vaulx de Centre de formation. Cela semble être son crédo la formation. « On parle de sécurité, tout le monde parle de sécurité » dit-il, mais il ne faut pas s’étonner dans ces conditions que l’insécurité soit présente.

Mais là ou nous avons senti comme une espèce de blessure mal guérie, c’est quand il parle des socialistes. J’ai essayé de faire de la politique dit-il «Mais je me suis fait tuer par les socialistes. Ne pense pas Nordine, on s’en occupe, va coller les affiches ». « Alors aujourd’hui j’ai la rage dit-il pas de la rancœur. La rage d’être conscient et voir même être impuissant ». Regardant la salle il lance « Tous dans la Maison de la République. L’avenir c’est ce que nous allons tous faire ».  

Pour conclure, Nordine Gasmi déclare qu’il n’est pas un grand orateur, qu’il n’est pas un politique. Nous dirons quand même que ce n’est pas faute d’avoir tenté d’en faire de la politique. Avec les Socialistes où il était présent sur la liste d’Hélène Geoffroy en 2008, puis a démissionné quelques mois plus tard à grand fracas à travers un communiqué de presse ou l’on pouvait également noter la présence d’Elvan Uca chef de file des verts vaudais. Puis en apportant son soutien à Philippe Zittoun lors des cantonales. Puis en travaillant à la mairie pour ce même P Zittoun dont il rejette pourtant les projets comme la piscine, qu’il semble pourtant avoir monté. Pour quelqu’un qui ne se veut pas politique,…..

D’autre part, nous avons senti que la diversité à laquelle il se rattache en s’appelant Nordine est vécue avec un sentiment d’exclusion. Mais qu’avec une équipe de 50 personnes qui travaillent avec lui, son ambition est de rendre Vaulx-en-Velin aux Vaudais, tous les Vaudais, de tous les quartiers. C’est ce fil conducteur qui prévaut, aussi bien dans son entourage, que dans son approche même si son énoncé n’était pas parfaitement construit. La volonté de faire quelque chose, c’est ce qui le porte. Attendons la suite des événements mais ne doutons que Nordine Gasmi mettra tout en œuvre pour faire entendre ses revendications avec l’annonce d’une liste pour les élections municipales. C’est en principe le but d’une offre politique. Mais c’est sous le concept de liste citoyenne qu’il souhaite porter son message. Une liste qui n’acceptera aucun compromis, d’aucune sorte, ni avec Bernard Genin, ni même nous le supposons avec Hélène Geoffroy, vu son sentiment de rejet vis-à-vis des socialistes. Mais peut être existe t’ils d’autres passerelles possibles, peut être pas au premier tour mais au second tour en fonction des résultats. Wait and see.

Pour affiner les priorités des Vaudais, une fiche à été remise à chaque participant afin qu’ils expriment les trois points leur paraissant importants.