Opportunistes ou sincères

Share

 Lundi 25 mars 2019

Le 11 novembre 2016, Marin était plongé dans le coma pendant deux semaines après avoir été sauvagement roué de coups pour avoir défendu un couple agressé pour un simple baiser dans la rue. Son agresseur, un jeune de 17 ans en échec scolaire et connu de la police, reproche un baiser échangé en public. Ce dernier lui avait alors asséné de nombreux coups de béquille sur le crâne. Son histoire émeut toute la France et au-delà des frontières.

Plus de deux ans après les faits, Marin souffre encore de lourdes séquelles et de lésions cérébrales. Son agresseur a écopé de sept ans et demi d’emprisonnement, l'avocat général avait requis une peine de 14 ans de prison ferme.   

À l’époque des faits et encore aujourd’hui je suis abasourdi par les conséquences de l’imbécilité humaine. Un acte gratuit aux lourdes conséquences contre un jeune homme plein d’avenir.

En novembre 2017, Gérard Collomb le décore de la médaille d’or pour actes de courage et de dévouement. Une médaille rarement décernée du vivant d’une personne.

Début mars de cette année,  c’est Emmanuel Macron qui lui remet la Légion d’honneur. Marin pour son geste altruiste la mérite incontestablement.

Aujourd’hui c’est le président de la  Région Auvergne-Rhône-Alpes qui annonce en conférence de presse la création d’un prix pour récompenser les héros du quotidien. Il portera le nom de Marin Sauvajon. Celui qui sera récompensé se verra remettre un trophée, mais également la somme de 3000 euros. Il pourra également choisir une association qui sera accompagnée financièrement par la Région. Le premier gagnant sera annoncé au mois de décembre.

À lire la presse et ses faits divers, tout porterait à croire que les actes de violence sont en hausse. Récompenser les héros du quotidien pourquoi pas, mais quelles sont les mesures prises pour résorber cette violence ? Bientôt une campagne d’affichage de la part de la métropole qui ne voudra pas être en reste.

Thomas Petragallo