Les vendredis de la finance :La NEF, Même Solidaire l’argent relie les hommes

Share

Vendredi 30 Août 2013.

Installée aujourd’hui au Carré de Soie dans un immeuble conçu comme une vitrine du développement durable et de l’économie sociale (l’édifice que les Vaudais connaissent sous le nom de WOOPA - We cooperate with the One Planet Attitude - et qui présente une caractéristique majeure : il produit plus d’énergie qu’il n’en consomme), La Nef (Nouvelle Economie Fraternelle), coopérative de finance solidaire, a choisi Vaulx pour son implantation (via une SCI créé pour sa construction et dont la Nef fait partie) : elle accorde des prêts avantageux à des activités professionnelles d'utilité sociale et environnementale. Ce qui était vrai à l’origine mais un peu moins vrai aujourd’hui car victime de son succès et pour répondre aux demandes grandissantes de crédits, la coopérative accorde des prêts à des sociétés plus conséquentes qui évoluent dans des activités qui sortent du cadre fixé à son origine. Prêts plus important à des grandes entreprises plus rentables pour pouvoir prêter aux plus petits et assumer certains risques. De même, si la coopérative maitrise ses prêts, elle a plus de difficultés à connaitre la destination des fonds qu’elle-même place auprès d’autres banques. Mais la ligne rouge n’est pas franchie, la coopérative continue à remplir le rôle qu’elle s’était fixée lors de sa création en 1978 : contribuer à une transformation de l’économie vers une société respectueuse de l'homme et de l'environnement, en favorisant une utilisation consciente et responsable de l'argent. Alors pour ceux qui souhaitent participer au financement d’une économie basée sur une certaine forme de solidarité, la Nef est une solution pour le faire.

L’Economie Sociale et Solidaire (ESS) n’est plus aujourd’hui réservée à quelques nostalgiques mais une réalité économique qui contribue à l’activité du pays et créatrice d’emplois durables. Née en Europe au XIXème siècle, l’Economie sociale et solidaire (ESS) est une composante de l’économie combinée à un engagement social pour mettre la personne humaine au centre des activités et replacer l’économie dans son contexte : les activités économiques sont un moyen au service d’un projet de société.

L’Economie Sociale et Solidaire regroupe :

-         les coopératives,

-         les associations,

-         les fondations,

-         les mutuelles.

L’ESS représente 11 % de l’emploi et 10% du PIB en France.

En Rhône-Alpes, elle représente 23 000 associations, coopératives et mutuelles soit :

-         13.5% des entreprises de la région,

-         220 000 emplois salariés soit 10,16% de l’emploi salarié en Rhône-Alpes.

Les domaines d’activités qui prédominent sont l’éducation, la santé, l’action sociale, les activités financières, la culture, l’hôtellerie, le sport et la restauration.

Si le modèle communiste au premier sens du terme (forme d'organisation sociale marquée par la mise en commun des biens) n’a pas réussi à s’implanter durablement dans le monde, peut-on penser qu’un nouveau modèle économique et solidaire arrivera à supplanter le libéralisme économique mondial, dont tout le monde s’accorde à dire qu’il est devenu incontrôlable ? En tout cas, il faut souligner que le mouvement de fond de l’ESS venant de tous les continents, de tous les pays (comme le montre la 2ème édition du Forum Social de l’Economie Solidaire au Brésil) et même des pays anglo-saxons sous d’autres formes comme le Social Business, commence à s’implanter dans l’économie comme dans les esprits, et si sa philosophie n’est pas pervertie, elle méritera toute sa place dans le monde.