Bravo Monsieur Fischer.

Share

 

Samedi 15 décembre 2018

En proposant lors du prochain conseil municipal la création d’une « Commission Extra-municipale Développement durable» conseil …. La ville se dote ainsi une nouvelle instance consultative et notre adjoint a l’environnement entre à grands pas dans le monde de la politique politicienne.

Je n’ai aucun doute sur le fait qu’Hélène Geoffroy se présente aux prochaines élections municipales. Bien que cette dernière annonce à qui veut l’entendre n’avoir aucune certitude sur le fait de poursuivre à la tête de l’exécutif vaudais, « qu’elle a un métier en dehors de la politique » c’est ce qu’elle raconte aux vaudais qu’elle reçoit et elle reçoit beaucoup en ce moment, Hélène Geoffroy n’est pas encore prête à quitter ses fonctions.

Et je n’ai également aucun doute sur le fait que l’actuel adjoint à l’environnement soit présent sur sa liste en 2020. Ce qui est drôle, c’est que pendant les nombreuses années où nous étions collègues au sein de l’APVV, cette association qui lui a offert sa confiance et donnée des responsabilités, Mattieu Fischer a été incapable de nous donner un avis ou une proposition sur quoi que ce soit. Et pourtant, en matière d’environnement, particulièrement à Vaulx-en-Velin il y a de quoi faire et je peux en parler et pas seulement en commentateur passif.

Donc, voilà la naissance d’une nouvelle commission. Sur le fond l’idée n’est pas mauvaise, mais chaque conseil de quartier possède une commission environnement et le conseil citoyen devrait en théorie avoir la sienne et il suffirait d’en créer une au sein du conseil des seniors pour boucler la boucle. Il serait également possible d’ajouter à l’ensemble une petite touche de jeunesse en intégrant quelques enfants des collèges, car après tout eux aussi sont concernés et le tour est joué. Une plénière une fois par mois et c'est une affaire qui roule. C.Q.F.D.

En matière de développement durable, le temps n’est plus aux blablas, mais à l’action et les actions sont connues il n’y a pas besoin d’inventer la poudre. Le tri en premier lieu, nous sommes les plus mauvais élèves de l’agglomération. Le tri doit se généraliser. Les PME de 20 salariés ont obligation, depuis du 1er janvier 2018, de trier leurs déchets de bureau. Les administrations et les entreprises de plus de 100 personnes se plient déjà à cette mesure depuis juillet 2016,  ainsi que les entreprises de 50 salariés depuis le 1er janvier 2017. Cependant les établissements regroupant moins de 20 personnes ne sont pas soumis à l'obligation de tri sélectif et de recyclage, il y a un travail à faire dans ce sens et également sur les chantiers. Je pensais que la ville avait instauré une charte avec les intervenants.

Les dépôts sauvages, cela fait des années que nous en parlons. Cela coûte énormément d’argent à la collectivité et cela donne une mauvaise image. Nous sommes de nombreux vaudais à faire la démarche de les signaler, mais dans ce domaine il devient nécessaire de passer à la vitesse supérieure qui est la sanction. La commune de Saint-Laurent-du-Var a installé sur son territoire des caméras de vidéosurveillance à proximité de certains dépôts sauvages, ce qui a permis de verbaliser quelques contrevenants. Un système de caméras mobiles.

Les exemples sont nombreux ou des actions auraient dû être mises en place depuis belle lurette, mais c’est une question de volonté et c’est ce qui manque au petit colibri. Il va beaucoup battre des ailes dans les prochains, mais pas forcement faire avancer le schmilblick. A ceux qui diront qu’il est plus facile de critiquer que d’agir, dans ce domaine je n’ai pas de leçons à recevoir, mon positionnement et mes actions n’ont pas attendu que le problème du développement durable soit incontournable dans un projet municipal. C’est avant tout une affaire de convaincus.

Je voudrais insister sur un point. Entre 4 et 5 millions de Français seraient en situation de « précarité énergétique », c’est-à-dire qu'ils consacrent plus de 10% de leurs revenus au budget «énergie du logement», et qu'ils éprouvent des difficultés à payer leur facture. 55% des personnes concernées ont plus de 60 ans. 7 ménages sur 10 sont locataires. La ville de Vaulx-en-Velin n'est pas épargnée par cette problématique.  Dans le cadre du PCET, la ville devrait avancer plus fortement sur ce dossier.

Thomas Petragallo