C’est l’effet élection municipale ?

Share

 

Vendredi 10 janvier 2020

Voila une histoire qui fait bien rire, enfin pas tout à fait quand même pour les riverains qui supportent un déplaisant manège depuis plusieurs années.

Ce vendredi, la DDSP a annoncé le démantèlement d'un réseau de trafiquants de drogue.

 

Mardi, cinq personnes ont été interpellées au terme d'une enquête de plusieurs mois.

Les faits ont été découverts en septembre dernier à Vaulx-en-Velin. Les riverains de la place Gilbert Boissier avaient signalé que des deals de résine de cannabis se déroulaient sous leurs fenêtres.

 

Sauf que dans les faits voila plusieurs années que les riverains dénoncent ce Traffic. Je n’ai pas fait de recherche dans les vieux articles de médiévaux mais il semble en avoir fait part il y a pas mal de temps.   

 

Donc lors des perquisitions de cette semaine, la police a mis la main sur plus de 3,4 kilos de résine de cannabis, 100 grammes d'herbe, plus de 40 000 euros et une arme de poing.
Environ 100 grammes de résine de cannabis étaient écoulés chaque jour par les dealers vaudais.

 

Sur les cinq interpellés, seulement quatre étaient présentés au parquet ce vendredi en vue de leur mise en examen et d'un éventuel placement en détention provisoire.

Difficile de ne pas faire de lien avec les élections municipales. Sans sécurité, point de tranquillité ni de liberté possible titre le PRG dans sa chronique municipale. Bon, la chronique est un peu fantaisiste car elle mélange désir et réalité comme si madame Dahoum qui se sent une vocation nationale avait des œillères lorsqu’elle se promène à Vaulx-en-Velin. Qu’elle me fasse parvenir les chiffres des infractions et on en discutera. Madame Dahoum fait de la sécurité son crédo  et  monsieur Gomez une tentative de se faire passer pour un homme de gauche comme si l’un et l’autre s’étaient partagé les rôles entre méchants et gentils.

Il faut espérer pour les riverains de la place Boissier qu’une bande ne vienne pas se substituer à une autre ou que tout simplement les mêmes ne reprennent les rennes de leur lucratif business après avoir été sermonné par la justice.

Thomas Petragallo