Un tramway nommé désir

Share

 

Jeudi 6 décembre 2018

Il est bien connu que les vaudais réclament le tramway pour desservir la ville qui manque cruellement d’une ligne forte de transport en commun. D’ailleurs madame la maire a affirmé qu’elle ne signerait aucun permis de construire pour la Zac du Mas tant que nous n’auront pas gain de cause. (Une entorse de faite à sa résolution pour la médiathèque).  Mais les concurrents se bousculent, Jean Michel Aulas aimerai l’arrivée du tramway tous les jours au Grand Stade, voire une station de Metro ce qui serait pour lui la garantie de faire fructifier le centre de loisir OL City, l’hôtel, le centre de santé, …

"On est entré dans une phase active de discussions avec la présidente du Sytral, Fouziya Bouzerda, mais aussi avec le président de la métropole, David Kimelfeld, et les maires de Meyzieu et de Décines qui eux aussi revendiquent de manière active la connexion en tramway", détaille Jean-Michel Aulas. Des études ont été lancées, notamment une avec l'hypothèse d'une

Jean-Michel Aulas apporte aujourd'hui un nouvel argument "élaboré avec les maires de Meyzieu et Décines". Il propose de transformer le site en pôle multimodal : "On a la chance d'avoir plus 6 000 places de parking disponibles, les jours de match, mais aussi les autres jours. Nous pouvons attribuer 1 000 places de parking pour faire en sorte que l'entrée dans Lyon puisse aussi se faire par cette gare d'OL City. Elle pourra servir à tous les gens qui viennent ici, mais aux habitants de la région ou de l'Est lyonnais". Jean-Michel Aulas poursuit : "Cela permettrait de décharger d'autres parkings relais, de stationner ici, puis de prendre le tram dans la gare qui avait été promise dès le début des négociations pour le stade. Il avait été également envisagé des interconnexions avec des trams. Selon les termes de Gérard Collomb à l'époque, grâce à cela on pourrait faire passer le réseau tram "de la toile à l'étoile". 

Interrogé ensuite par Lyon Capitale sur les modalités financières d'un tel projet, le président de l'Olympique lyonnais rétorque : "Depuis le janvier 2017, nous avons réglé 7 millions d'euros au Sytral pour les transports des soirs de match, et 6 millions d'euros de taxe de transport. Pour nous, ce n'est pas un problème d'argent, mais un problème de cohérence par rapport au site. Nous n'avons pas encore discuté de la valeur d'un tel parc relais avec le Sytral, mais pour nous, ce n'est pas l'essentiel face à la nécessité d'avoir le tram tous les jours". L'usage sur la zone commence à se faire de plus en plus fort, et le T3 est régulièrement saturé. "Quand j'arrive à mon bureau, je vois des centaines de gens qui viennent en séminaire et qui attendent pendant 20 min de trouver un bus, c'est absurde pour l'image d'une métropole comme Lyon", conclut Jean-Michel Aulas.

Et Jean Michel Aulas n’est jamais à cours de projet. Satisfait par le résultat de ses activités « events » (séminaires et concerts, qui ont crû de 70 % en un an), il entend bien se donner la possibilité de continuer à progresser. Le club a ainsi entamé une réflexion sur le devenir des 3,5 hectares de réserve foncière dont il dispose encore sur son site de Décines.

Parmi les hypothèses, l’une d’elles a été évoquée: créer une salle en sus du Groupama Stadium. « Il s’agirait d’une salle qui nous permettrait d’accueillir des séminaires plus importants ainsi que des concerts plus modestes qu’au Groupama mais dans une salle fermée, d’environ 10 à 15 000 personnes  ».

Qui, entre les vaudais et Jean Michel Aulas aura gain de cause ?

Thomas Petragallo