Indemnité de Maire d'Hélène Geoffroy : oser toujours plus sans honte.

Share

Vendredi 24 juillet 2020.

35% d'augmentation de ses indemnités. Le second mandat d'Hélène Geoffroy débute comme le précédent a fini: tout oser, pas de honte, prendre le maximum.

Hier soir, le sujet central était la fixation des indemnités des élus.

Revenons tout d'abord sur deux points importants qui font que le système des rémunérations des élus est au mieux incongru au pire idiot.

Cela commence par le mot "indemnité". Le Larousse, merci à lui, nous en rappelle les définitions:

Dans le cas présent, nous sommes donc bien dans la situation d'une somme allouée pour faire face à des frais ou compenser un préjudice subit. Ce n'est donc absolument pas un salaire, ni une rémunération. Il serait même, selon ce terme, possible de faire du "à la carte" en remboursant en fonction des pertes de salaires ou des frais occasionnés par l'exercice du mandat d'élu municipal.

Le second point de réflexion est l'autofixation des rémunérations des élus pas les élus eux-mêmes. A la différence des députés qui lorsqu'ils sont élus touchent tous le même montant, qu'ils soit actif ou non, dans la majorité ou pas, les élus municipaux touchent en fonction de leurs missions ou plus précisément en fonction de leur proximité avec le ou la maire. Il existe bien une grille, mais celle-ci peut être aménagée.

La réalité est donc que très souvent les maires prennent le maximum, considèrent l'indemnité comme un revenu et distribue des miettes aux autres conseillers municipaux.

Ce système a été poussé au bout du bout ce jeudi soir lors du conseil municipal par la maire de Vaulx-en-Velin, Hélène Geoffroy. La cupidité et l'appât du gain poussé à l'extrême. Pour faire simple, elle a décidé de s'augmenter de 35% en passant son indemnité de 3255 euros à 4376 euros. Pas une paille quand même! A l'heure où le point d'indice des fonctionnaire va rester encore bloqué, que les plans de licenciements s'accumule, que tout est déréglé, cela aussi est déréglé. Qu'est ce qui justifie cela? Pas de réponse. L'intelligence suprême de celle qui se dit sortant de polytechnique? Non ce n'est pas possible car d'abord elle n'a pas fait polytechnique mais seulement un doctorat dans des locaux de polytechnique et surtout ce n'est pas un salaire mais une indemnité. Mme Bertin lors du conseil a peut-être apporté un élément de réponse : retrouver le niveau de vie de 2017 lorsqu'elle était ministre et qu'elle portait des Louboutins de la célèbre marque de chaussures d'ultra luxe du faubourg St Honoré. Voilà une possibilité. L'autre solution serait sa grande compétence pour la mission de Maire. Malheureusement ce n'est pas le cas non plus. Son bilan est inexistant, les problèmes des vaudais n'ont fait qu'empirer (sécurité, chômage, logement, commerces) et les vaudais l'ont bien redit lors des élections car ils ne se sont pas précipités vers les urnes; son score n'a pas évolué en 6 ans. Elle a seulement retrouvé sa clientèle arrosée.

Pour s'augmenter ainsi comment a t elle fait? Simple : elle a un peu raboté l'indemnité des adjoints de 55 euros (ils n'auront plus que 1500 euros bruts au lieu de 1555) et elle a supprimé l'indemnité des élus de l'opposition. Exit les 38 euros bruts. Maintenant c'est 0. Malheur au vaincu. Les membres de l'opposition n'auront aucune indemnité. RIEN. Belle vision de la démocratie. C'est le monde de Geoffroy. Je prends tout. J'écrase les autres. Une belle image.

Mais ce n'est pas fini car les indemnités de la métropole arrivent. Le sujet sera évoqué lundi prochain en séance publique. Mme Geoffroy est vice présidente depuis début juillet. Ses indemnités vont là aussi augmenter en passant de 2700 euros à 3800 euros. Avec une seule condition : ne pas cumuler une vice présidence et un mandat de maire. Que va choisir la nouvelle ancienne maire de Vaulx? Probablement rien. Rester aux deux postes. Et comme d'habitude ne pas respecter les règles.

On est mal barré, on vous le dit!