La réponse des grincheux : attention de ne pas jouer les simplets

Share

 

Mercredi 4 décembre 2019

Une période électorale est toujours fabuleuse en termes de communication. Les informations fusent de tous les côtés. Mais attention au vieil adage , les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent.

Voilà bientôt un an, David Kimelfeld lors des vœux de nouvelle année sur notre territoire faisait une annonce. La promesse d’un tramway pour le centre-ville de Vaulx-en-Velin et le Mas du Taureau.

Il s’agit en l’occurrence de prolongé la ligne T1 pour désenclaver le quartier de Saint-Jean qui est à cheval sur Villeurbanne et Vaulx-en-Velin et par la même occasion la prolonger jusqu’au centre-ville de Vaulx-en-Velin. Malheureusement il est reconnu par les spécialistes que cette prolongation ne répond pas aux attentes des vaudais du fait qu’il n’y a pas de gains sur le temps de déplacement puisque ce tronçon n’est pas relié aux axes stratégiques. La correspondance à Laurent Bonnevay avec de nombreuses lignes de bus et surtout avec la ligne de métro A est particulièrement importante, puisqu’elle constitue une liaison directe et rapide avec le centre-ville de Lyon et l’agglomération.

Le tramway Nord vaudais, c’est un peu comme le monstre du Loch Ness, Depuis 1970, tout le monde en parle mais personne ne l’a encore vu.

Pendant longtemps il a été question d’un tramway en lieu et place du trolleybus C3. Le 20 décembre 2013 en préambule à la campagne des municipales 2014, les élus du Sytral avait une vraie occasion de doter la ville d’un Tramway, ce n’est pas le choix qui a été fait. A l’exception de l’écologiste Beatrice Vessiler qui préconisait un tramway pour la ligne C3, les élus ont validé le choix du passage d’un bus en site propre. Voilà comment nous nous trouvons aujourd’hui « coincé » avec la ligne C3 qui vient d’être finalisée il y a à peine quelques mois. Hélène Geoffroy, Député maire et secrétaire d’état de François Hollande n’a pas pesé alors dans le jeu politique menné par ses amis socialistes de la métropole que sont Gérard Collomb et Jean Paul Bret. Elle est même intervenue auprès de François hollande sans résultat pour les vaudais.

Je vous engage à lire le document ci-joint qui est assez explicite sur les jeux de pouvoirs et la considérations vis-à-vis de l’aspect intérêt général. C’est un peu rébarbatif mais cela en vaut la peine.  (Lire ici)

En voici le résumé

En 1997, le premier Plan de déplacements urbains lyonnais prévoit la réalisation d’un tramway sur le tracé de la future ligne « C3 ». Près de 20 ans plus tard sont finalement achevés les travaux d’un site propre bidirectionnel qui doit palier les dysfonctionnements d’une première ligne de trolleybus. L’une des plus fréquentées de l’agglomération. A travers ses études préalables, le syndicat des transports lyonnais participent d’une mise en scène de la rationalité technique et financière du projet d’aménagement. Celle-ci permet de dissimuler les incertitudes et les retards qui ont émaillé le processus de décision publique et de masquer les choix politiques sous-jacents. La ligne C3 se trouve en effet au cœur de conflits locaux entre et au sein des principales communes de la Métropole, Lyon, Villeurbanne et Vaulx-en-Velin. Des conflits atténués par le renforcement du pouvoir intercommunal, qui s’exerce via la négociation et le consensus autour de certains grands objectifs. C’est pourquoi la phase de concertation du public entre 2013 et 2015 se traduit par un demi-échec. La légitimité du trolleybus en site propre n’est certes pas établie, surtout face à la solution concurrente du tramway. Mais le projet est maintenu en l’état malgré des oppositions nombreuses et actives.

Et les intérêts de la COURLY devenue METROPOLE depuis, cela fait des années qu’ils priment au désavantage de note ville.

Ci-dessous un peu de lecture pour les plus courageux qui permettra de comprendre que la commune de Vaulx-en-Velin a été la laissée pour compte de la stratégie métropolitaine dans des années stratégiques qui auraient pu la réduire la fracture sociale. Tout est une question de choix politiques et de rapports de force. Ce sont les socialistes qui pilotaient alors le Grand Lyon et qui avaient le pouvoir de décision. Les amis d’Hélène Geoffroy, de Maurice Charrier et Bernard Genin.

 https://journals.openedition.org/metropoles/5865

 http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/dossiers-regionaux/lyon-metropole/articles-scientifiques/politiques-intercommunales-transport-banlieue-populaire

A la suite d’un article du Progrès du lundi 2 décembre dernier, les réseaux sociaux se sont mis à grenouiller car un schéma fait apparaitre les « Projets secrets du Sytral » et parmi eux un tracé qui fait référence au tramway vaudais via la ligne A8.

La ligne forte A8 est une ligne de rocade inscrite au Plan de déplacements urbain (PLU), qui devrait relier, d’ici 2030, Vaulx-en-Velin, Bron, Saint-Priest, Vénissieux et Saint-Fons », indique le Sytral. Pour l’heure, on ignore encore quel sera le moyen de transport retenu pour cette ligne A8… Bus, trolley, tram ? Sur le plan initial, cette future ligne ne règle pas la question de la desserte entre le Mas du Taureau (où 1 300 logements seront reconstruits d’ici à 2030) et le centre de Lyon.

Le 3 avril dernier, la présidente du Sytral a proposé de lancer une prospective sur la desserte de l’ensemble de l’Est lyonnais. Ce document doit mettre au point des scénarios « de desserte structurante en transports collectifs à court terme (2025), moyen terme (2030) et plus long terme (2040), incluant le lien avec les territoires voisins », ajoute le syndicat, qui le rappelle : « L’objectif est donc bien de pouvoir avoir un schéma structurant pré-opérationnel en 2020 à l’échelle du Grand Est ».

Nous avons donc sur une carte un tracé approximatif qui représente le positionnement d’une ligne dont on ne connais ni les tenants et les aboutissants. Et c’est l’effervescence parmi les pro Geoffroy. Même Philippe Moine le rallié de droite d’Hélène Geoffroy que l’on annonce potentiel premier adjoint se gargarise jetant l’opprobre sur les sceptiques. Déjà les premiers commentaires politiques pointent le bout de leur nez. Si la futur ligne A8 est proposée pour 2026 déjà quelques septiques s’expriment et de nourrir quelques inquiétudes pour l’Est Lyonnais. l’ancien maire de Feyzin s’inquiète déjà des résultats des élections métropolitaines et des éventuelles conséquences pour les habitants de l’Est lyonnais. «Comment, poursuit-il, ne pas craindre que la ligne A8 devant relier les communes de la première couronne (Saint-Fons, Vénisiseux, Bron, Vaulx-en-Velin) ne soit pas reportée au-delà de 2030.»

Moi je suis comme Saint Thomas. Même si c’est écrit, chiffré, acté, tant que les travaux n’ont pas débuté je me permets d’avoir quelques doutes d’autant que nous sommes en pleine période électorale et les promesses sont faciles à coucher sur le papier. Se reporter aux documents donnés en liens ci-dessus avant de montrer trop d’enthousiasme et se remémorer que depuis 1970, soit 50 ans beaucoup d’eau a coulé sous les ponts qui ne sont pas encore construits du futur A8. Les seuls qui me paraissent cohérents dans leur démarche jusqu’à présent ce sont les EELV les Verts qui ont toujours défendu le projet de tramway vaudais au sein du Sytral et de la métropole ainsi qu'un rééquilibrage de l’Est Vaudais.

Demain, en fonction des résultats des élections métropolitaines, à l'heures des choix nous verrons quelles seront les priorités données par le nouvel exécutif. 

 

Thomas Petragallo