Les paroles s’envolent mais les écrits restent.

Share

Lundi 3 février 2020

Il n’est pas si vieux le temps ou l’opposition de droite tirait à boulet rouge sur la majorité municipale avec un Philippe Moine en tonton flingueur.

Son discours alors était particulièrement virulent et les griefs nombreux. Ses collègues Charazède Gharouri, Christiane Perret-Feibel, Sacha Forca partageaient alors les mêmes critiques et elles étaient nombreuses et circonstanciées.

Avant de mettre en Stand By Mediavaulx pour le restant de la campagne des municipales je vous invite à lire cet article et celui qui va suivre.

Dans le journal municipal du 4 janvier 2017, les tenants de « Vaulx C’est Vous » écrivaient en chœur

« Que 2017 vous apporte bien-être et sérénité

En ce début d’année 2017, nous formulons pour tous les Vaudais des vœux de santé, d’accomplissement personnel mais aussi de bien vivre dans une ville qui, nous l’espérons, connaîtra moins de difficultés qu’au cours des années précédentes.

Vaulx-en-Velin n’a pas été épargnée en 2016 : scandales à répétition dans la majorité municipale, chômage en progression pendant les 8 premiers mois de l’année, intensification des incivilités et de l’insécurité dans nos rues, nettoiement des voiries toujours plus défaillant, démissions dans les conseils de quartier (en panne pour la plupart), projet de démantèlement du festival A Vaulx Jazz, la liste pourrait être bien plus longue... Mais rassurez-vous, tout va très bien : il n’y a qu’à lire les pages qui précèdent cette tribune ! Trêve de plaisanterie, nous formulons aussi des vœux pour que les Vaudais soient pris pour des citoyens responsables et respectables.

Le récent vote du budget primitif 2017est aussi une illustration de ce que nous refusons pour notre Ville. Avec des dépenses de fonctionnement qui continuent à augmenter (+1,18%), faisant une fois de plus de notre commune un très mauvais élève (nous restons parmi les municipalités les moins économes de l'agglomération avec une dépense de fonctionnement de1608 €par habitant, la moyenne de la strate étant de 1284€.) Les charges à caractère général augmentent de 3,87%. Les charges de personnel explosent de manière totalement déraisonnable à +4,29%. Le modèle d’organisation de la collectivité n’a pas été remis en cause alors qu’il est nécessaire de le réformer profondément pour gagner en efficacité. Même le cabinet du maire a vu le nombre de ses collaborateurs exploser depuis 2014, avec une douzaine de personnes à ce jour. Un mot enfin sur les dépenses d’équipement. Nous sommes bien évidemment en totale opposition aux opérations du jardin astronomique (près de 600000€ H.T.) Nous notons également que la municipalité coupe son effort sur le déploiement de la vidéo protection, passant de 850000€ en 2016 à 425000€ en 2017. C’est nettement insuffisant et ce n’est pas un bon signe envoyé aux Vaudais. Emmanuel Mounier, philosophe, disait que la plus grande vertu en politique est de ne pas perdre le sens des ensembles. Que 2017 permette à cette majorité municipale de retrouver cet état d’esprit.

Philippe Moine, Charazède Gharouri, Sacha Force, Christiane Perret-Feibel. »

Bis repetita dans le journal municipal du 10 janvier 2018.

« Bonne année 2018 !

En ce début d’année, nous vous présentons nos meilleurs vœux de santé, d’épanouissement personnel et de bonheur. Nous formulons particulièrement le vœuque2018vous apporte à vous, Vaudais, plus de sérénité et de bien-être. Cependant peut-on faire moins que 2017en la matière ? Car nous sommes malheureusement loin du compte. Le « bien vivre ensemble» si cher à la majorité municipale est une douce utopie qui nous berce un peu plus chaque année. Alors peut-être n’avions-nous pas été assez exigent ou précis dans les vœux que nous formulions il y a un an ?Cette année, permettez-nous donc de présenter une série de vœux qui seront, nous voulons le croire, exaucés en 2018: - Le vœu que nos policiers municipaux puissent disposer d’armes leur permettant d’effectuer leurs missions dans de meilleures conditions de sécurité; - Le vœu que les parents d’élèves puissent faire un vrai choix pour les temps périscolaires de leurs enfants ; - Le vœu que les commerçants et artisans de notre ville puissent se développer harmonieusement et renforcer l’attractivité des quartiers ; - Le vœu que la municipalité fasse le choix d’une politique de dépenses de fonctionnement réellement vertueuse; -Le vœu que les habitants des conseils de quartier ne soient pas juste concertés a posteriori mais que leur parole soient entendue et prise en compte; - Le vœu que l’Etat de droit soit rétabli le dimanche aux abords du marché aux Puces ; -Le vœu que la municipalité fasse de la propreté de ses espaces publics sa priorité n°1; - Le vœu que Vaulx-en-Velin devienne une ville apaisée, respectée, montrée en exemple pour son sens de la citoyenneté et du civisme; - Le vœu enfin que la majorité municipale fasse preuve de courage politique et aille au bout de ses déclarations d’intention, sur la vidéosurveillance par exemple. Alors oui, bonne année 2018 ! Puissent tous ces vœux ne pas être des vœux pieux pour nous Vaudais mais des vœux qui trouveront enfin une réalité. Et comme disait Jacques Brel : « Je vous souhaite des rêves à n'en plus finir et l'envie furieuse d'en réaliser quelques uns. » 

Philippe Moine, Charazède Gharouri, Sacha Force, Christiane Perret-Feibel. »

Bis repetita dans le journal municipal du 9 janvier 2019.

« Belle année 2019 à tous!

Permettez-nous de vous présenter nos meilleurs vœux pour cette nouvelle année. Des vœux de santé pour vous et vos proches, des vœux de succès dans vos projets et des vœux de bonheur auquel nous pouvons tous prétendre. 2019sera une année charnière pour notre Ville. Ce sera la dernière année pleine du mandat d’élu que vous nous avez confié. Une année pour commencer à dresser un bilan, s’interroger sur l’avenir de notre collectivité et bâtir un nouveau projet municipal pour 2020-2026. Il y a un an, nous formulions une dizaine de vœux pour Vaulx-en-Velin. Force est de constater qu’ils sont loin d’avoir tous abouti et qu’il reste beaucoup à faire, tant en matière de tranquillité publique, de requalification de nos équipements, de développement économique, de rationalisation des dépenses, de maîtrise de l’endettement, de préservation patrimoniale et environnementale... Cette année encore, nous n’avons pas voté le budget. Non pas par idéologie ou opposition arbitraire mais bien pour indiquer qu’il existe des marges de manœuvres supplémentaires que l’exécutif actuel n’a pas eu le courage d’aller chercher. Sur 2 points essentiellement : les dépenses de fonctionnement pour lesquelles, fort heureusement, l’Etat plafonne une progression à 1,46%. Mais comment ne pas s’étonner par exemple de l’explosion du montant des frais de réception qui augmentent de 25%, passant de 205 259 € à 257534€ ? Ou encore de l’augmentation de 24% de l’enveloppe « Carburant » qui passe de 62 660 € à 77550€ avec moins de véhicules...Les charges de personnel continuent de progresser de 1,49%, malgré les déclarations d’intention et les quelques efforts fournis. Mais l’étape principale, celle de l’organisation, de la formation et du mode de fonctionnement même de la collectivité n’a pas eu lieu. Deuxième point, la municipalité ne fait qu’hypothéquer son avenir en empruntant massivement. Ce n’est pas une marque de courage mais au contraire une prise de risque considérable qui précarise un peu plus notre Ville, sans pour autant entrer dans un cercle vertueux de financement des investissements.1470€dedette par habitant. Chacun pourra se rendre compte de ce que cela représente. Souhaitons que nous puissions sortir rapidement de l’impasse budgétaire vers laquelle cela nous conduit. Pour cela, il faudra un nouveau projet, plus réaliste, plus ambitieux.

Philippe Moine, Charazède Gharouri, Sacha Forca »

2020 et les élections municipales sont passées par là et brusquement) voilà que Philippe Moine, Charazède Gharouri et Christiane Perret-Feibel se font plus conciliants et trouvent toutes les vertus à l’exécutif municipal.

Va comprendre Charles. Que s’est-il passé pour que nos trois élus d’oppositions entament en si peu de temps un tel revirement allant jusqu’à applaudir le bilan de 140 pages d’Hélène Geoffroy ?

C’est un phénomène bien connu en politique. « Le chant des sirènes » ou comme le dit si bien Dutronc, « Le tournage de veste ». Sacha Forca lui doit être sourd ou moins sensible à certaines sollicitations.

Quand on tourne sa veste, ce n’est jamais sans raison, en général c’est par calcul politicien et l’espérance d’un poste dans l’exécutif. Certains rajouteraient « Et les indemnités qui vont avec ».

Finalement, quand tu lis les anciennes chroniques de Philippe Moine et de ses collègues frondeurs et leur comportement actuel , tu es partagé entre l’effarement, la consternation et l’envie de prendre une bonne cuite.

Thomas Petragallo