Il faut sauver le camarade Genin

Share

lundi 17 février 2014

Après un début de campagne marqué par l’absence des habitants lors de ses réunions publiques, avec notamment cette fameuse soirée de présentation du bilan en grandes pompes dans la magnifique salle du Centre Culturel Charlie Chaplin quasi vide (lire notre article), il semblerait que Bernard Genin se soit engagé dans une dynamique mieux construite. Aurait-il eu une révélation ou bien quelqu’un aurait-il pris sa campagne en charge ? On peut se poser légitiment la question. Les personnes présentes lors de la soirée de présentation du bilan ont peut être remarqué que Maurice Charrier n’a pas prononcé le nom de Bernard Genin en lui passant le micro. Peut-être avait-il quelques raisons, vu le déroulement de la soirée, d’être dépité.

Après l’inauguration d’une permanence électorale dans des locaux apparemment réservés de longue date, Bernard Genin s’est lancé dans une série de réunions publiques. Enfin plutôt Maurice Charrier car c’est notre maire honoraire qui revient sur le devant de la scène avec sa seule photo mise en avant sur les documents d’invitation et non celle du candidat. Nous aurons peut-être la surprise de le trouver devant Bernard Genin sur l’affiche de campagne qui va immanquablement fleurir sur les panneaux d’affichage et peut-être même que ce sera Maurice Charrier qui présentera le projet de Bernard Genin. Seulement voilà ce ne sera pas Maurice Charrier qui dirigera la ville en cas de victoire c’est bien Bernard Genin à la mode Bernard Genin, c'est-à-dire doucement le matin (on le voit rarement avant 10 heures à la mairie) et pas trop vite le soir. Et pour la Réunion publique du 12 février plutôt que de débattre avec les habitants c’est dans les gradins du palais des sports que nous l’avons aperçu.

Quelque chose nous interroge concernant les réunions publiques, autant pour celles de Bernard Genin-Charrier que pour celles d’Hélène Geoffroy. Elles sont en effet destinées à permettre l’élaboration du projet que présenteront ces deux candidats. Mais si à quelques semaines de la première échéance, ces derniers, notamment Bernard Genin qui a multiplié les rencontres avec les habitants dans le cadre des « Rencontres de la ville » en 2013 n’ont pas déjà défini les grandes lignes de leur projet, nous pouvons légitimement nous poser quelques questions. Soit c’est de la concertation démagogique, soit c’est la panne sèche. La logique voudrait d’ailleurs que notre Maire, si fier de son bilan ne propose que la reconduite de son action.

Espérons cependant que la rencontre de Bernard Genin du 19 février concernant « Vaulx-en-Velin ville de la démocratie » lui apporte une éclaircie. Il n’y a qu’à voir les difficultés que nous avons eu pour obtenir des informations pourtant publiques telles que les rapports d’audit qui sans l’intervention de la CADA (Commission d’Accès aux Documents Administratifs) ne nous seraient jamais parvenus. Je l’invite à nous lire ou bien à accéder au site de la liste concurrente, « Agir pour Vaulx-en-Velin », conduite par Stéphane Bertin et à copier le thème de la gouvernance. Ainsi nous aurions, s’il applique les propositions prévues, et en cas de victoire de sa part, la garantie du respect de la démocratie. Nous l’invitons également à revoir sa gestion du parc automobile et surtout son engagement à respecter ce qui doit être mis en délibérations au conseil municipal et non plus à s’accorder du fait du prince. Cela fera partie du choix des Vaudais : soit pérenniser des habitudes de gouvernances d’un autre siècle, soit opter pour un changement.  

La philosophie de Bernard Genin en termes de rencontres avec les habitants n’est pas de faire du porte à porte comme la majeure partie de ses concurrents. Non, ce qu’il préfère c’est les rencontres d’appartements. Et comme il est libre de son emploi du temps elles peuvent être organisées à toutes heures en pleine journée. Comme ce vendredi 14 février à 14h30, histoire de boire une bonne tasse d’eau chaude et des petits fours en bavardant tranquillement. Un des grands avantages d’un élu qui occupe une fonction à temps plein c’est d’être libre de son temps pour mener campagne comme bon lui semble et en plus avec sa voiture de fonction. Libre pour se rendre aux interviews des journalistes et des média télévisés. Pour encore plus de liberté, les députés et les sénateurs, eux, se sont octroyés 5 semaines de repos, les RTT électorales quoi. A ce sujet je vous recommande de voir la tête de Monsieur Mélenchon lorsque dans l’émission « On n’est pas couché » le chroniqueur lui a demandé « Vu le temps que vous passez à courir les médias, qu’en est-il de votre travail de député européen où vous êtes un des moins assidu ». La réponse nous ne l’avons pas eu. Pardi ! Cela ne l’empêchera toutefois pas d’être tête de liste pour renouveler son mandat au Parlement Européen….

Il reste qu’après les 23 et 30 mars Maurice Charrier ne sera plus en vedette américaine auprès de Bernard Genin, ni Vice-président du Grand Lyon. Il sera pris à temps plein par ses obligations de Président de l’INTA et par un peu de repos dans sa résidence varoise de Tavernes. Bernard Genin ne pourra donc plus se reposer sur lui pour défendre la position de notre ville auprès de la future métropole si tant est que nos élus actuels en aient une différente de celle de Gérard Collomb que nos élus ont tendance à suivre. A moins que n’échoit une surprise venue de dernière les fagots qui expliquerait le forcing de Maurice Charrier. Ce n’est qu’une supposition mais qui n’est pas contredite par certaines personnalités de notre ville notamment. Et si Bernard Genin rendant la politesse à notre maire honoraire cédait son siège à Sophie Charrier après quelques mois aux commandes de la ville. Ce n’est qu’une supposition mais le proverbe dit qu’il n’y a pas de fumée sans feu. Peut être que Bernard Genin nous fera le plaisir de formuler un démenti sincère.