Une ministre à Vaulx, soutien scolaire ou renfort à Hélène Geoffroy

Share

Dimanche 23 février 2014

George Pau-Langevin Ministre Déléguée auprès du Ministre de l'Éducation Nationale, chargée de la Réussite Educative se rendra le lundi 24 février dans l'Académie de Lyon. La première partie de ce déplacement sera consacrée au lancement du site internet de l'Observatoire de la Réussite Educative, en partenariat avec l'Institut Français de l'Education et le Ministère Délégué à la Ville.

La Ministre Déléguée à la Réussite Educative mènera ensuite une réunion de travail sur la refondation de la politique d'éducation prioritaire avec des enseignants, des représentants des parents d'élèves, des conseillers principaux d'éducation et des directeurs d'écoles, au Collège Aimé Césaire de Vaulx-en-Velin. Une réunion de travail ou plutôt une table ronde d’une heure ou elle sera, probablement plus présente pour faire de la figuration que pour réellement se soucier de la réussite éducative. N’est ce pas plutôt par solidarité avec notre députée locale que la Ministre à fait un détour par Vaulx-en-Velin ? N’est-ce pas plutôt une petite conférence de presse pour souligner le travail de la tête de liste députée socialiste Hélène Geoffroy et de son second Stéphane Gomez Conseiller Général qui est prévu ? Probablement un hasard du calendrier comme on dit. Cela nous le saurons lundi. C’est un peu comme pour Bernard Genin dont toutes les réalisations achevées depuis des mois sont inaugurées ce mois. C’est sûrement, là aussi, le fait d’un hasard bien construit et comme le hasard fait toujours bien les choses.

Les élèves de l'éducation prioritaire obtiennent globalement de moins bons résultats que les autres et cette inégalité s'est aggravée au cours des dernières années. C'est pour inverser la tendance que le Ministère de l’Education Nationale a réaffirmé l’objectif de ramener à moins de 10 % les écarts de réussite scolaire entre les élèves de l’éducation prioritaire et les autres élèves de France. C’est un sujet qui est dans la conscience des personnes qui le vivent depuis des dizaines. Pour chaque gouvernement qui c’est succédé depuis les années 1990 c’est la priorité et on en est aujourd’hui à créer un observatoire de la réussite scolaire. C’est mieux qu’une commission, un observatoire. On pourra regarder tous les mois des beaux graphiques et les commenter mais est-cela qui va permettre à chaque enfant d'apprendre à lire et à écrire, de repérer les difficultés éventuelles et d'y apporter des réponses adaptées ? A l’heure où il convient d’appliquer un véritable plan Marshall, nos élus en sont encore à tirer des plans sur la comète ou à l’observer. Il y a urgence dans nos cités !!!!! 30% des collégiens vaudais sont scolarisés en dehors de la ville par manque, entre autres, de confiance en les résultats scolaires de leurs enfants et ce pourcentage est en augmentation chaque année. Mais de cela personne ne parle.

Nous préférerions que Mme Pau-Langevin vienne nous parler financement de la mise en place des rythmes scolaires et garanties pour les Vaudais sur leur financement. Pei de chance qu’elle en parle. En tout état de cause, pour l’instant la réforme au niveau financier est transparente pour les parents d’élèves et les contribuables. Voilà un vrai engagement de M Genin. Mais qu’en sera-t-il après les élections quand il faudra, bon an mal an, sortir 1 million d’euros sur le budget de la ville déjà sujet à de fortes turbulences ? Cela est une réalité qui constitue un frein à l égalité des chances car si Bernard Genin met toujours en avant les chiffres de Lyon Capitale qui placent notre ville en tête en termes de budget consacré aux sports, il reste beaucoup plus discret sur celui qui situe notre ville dernière en termes de social… Qui l’eu crut devant tellement de discours qui parlent de ville solidaire. Et bien nous sommes la ville la moins solidaire du Rhône et la raison est très facile à comprendre !

Les parents devront mettre la main à la poche À Lyon, la réforme coûtera 7 millions d'euros, soit l'équivalent du budget actuel consacré au périscolaire. Gérard Collomb, le maire de Lyon, a expliqué que les familles devront payer un forfait annuel entre 10 et 20 euros par enfant….avant de faire marche arrière, période électorale oblige. Donc rien n’est acquit. Mais de cela, peu de chance que Mme Pau-Langevin en parle.