La métamorphose de l’édile.

Share

Dimanche 16 mars 2014

L’affichage fait partie intégrante des élections. Nous voyons donc depuis quelques jours fleurir sur les différents panneaux réservés à cet effet les affiches des différentes listes. Il y a deux types de panneaux d’affichage, ceux qui sont mis en place à proximité des bureaux de votes une quinzaine de jours avant la date du premier tour. Il y en a un attitré par liste candidate tiré au sort pour ne pas favoriser une liste par rapport à une autre. Partout dans la ville, il y a aussi des panneaux d’affichage libres et pour ceux-ci c’est la compétition. Qui dit libres dit non réservés et c’est la course pour les différentes équipes de colleurs pour en prendre possession et le cas échéant recouvrir au plus tôt l’affiche du concurrent. En dehors de ces espaces l’affichage est dit sauvage mais cela n’empêche pas le Front de Gauche, la liste défendue par Bernard Genin de coller jusque sur les murs de l’Hôtel de ville. C’est peut être ce qu’il nomme dans son programme l’embellissement de la ville. L’affiche est donc au cœur de la campagne et elle doit identifier le candidat pour les uns, l’équipe pour les autres. Il faut donc soigner son image et certain n’hésite pas à faire usage du logiciel Photoshop pour s’appliquer une cure de rajeunissement. Photoshop, élixir de jeunesse pour la propagande.

A quand une loi pour interdire Photoshop sur les affiches de campagne ?

Ce qui est facile pour une affiche est beaucoup plus difficile pour la réalité et cette réalité ne peut être gommée par un logiciel. Moi Bernard Genin, maire, je vais réaliser un plan d’embellissement de nos entrées de ville. Cela fait plus de 20 ans que nous, Vaudais le réclamons et que la municipalité le promet à chaque élection et pour l'instant ce n'est pas encore cela.

Dans la série « on peut travestir la réalité mais on se fait rattraper par les faits », à voir également sur youtube une vidéo que nous avons trouvé (http://www.youtube.com/watch?v=SEb38ZjAtr4&feature=youtu.be)