Les bons ne sont pas toujours ceux qui prétendent l'être

Share

 

Nous avions pris la résolution de rester silencieux pendant ces quelques jours qui nous séparent de la conclusion de la campagne électorale. C’est un moment important de la démocratie de notre pays où les différentes listes concurrentes présentent leurs (nouveaux ?) projets et argumentent leurs propositions afin que les électeurs puissent faire leur choix avec discernement.

En principe, c’est ainsi que les choses se passent mais pas dans notre ville. Une grande partie des colistiers de Bernard Genin, plutôt que de confronter des idées, colporte des ragots et alimente des rumeurs sur une prétendue présence de dangereux extrémistes du Front National dans la liste « Agir Pour Vaulx-en-Velin ». Maurice Charrier lui-même, en diffusant massivement par courrier électronique une lettre ou il met en garde les électeurs contre la présence de plusieurs personnes d’extrême droite contribue à semer le trouble dans une élection qui se voudrait sereine. A MEDIAVAULX, nous avons toujours exposé des faits à travers la multitude d’articles que nous vous conseillons de relire. Contrairement à ce que tente de faire croire une équipe qui a été rejeté massivement par les vaudais, il n’y a que des extrémistes du travail bien fait et de l’engagement pour leur ville dans l’équipe qui a rejoint Hélène Geoffroy. Pas au nom de l’idéal d’un parti politique, mais avec les idées et les valeurs progressistes, humanistes que tous devraient appeler de leurs Vœux. Ces valeurs ont été perdues par ceux qui tentent, à tout prix aujourd’hui, de salir leurs adversaires en tenant des propos déplacés, derniers mots que l’on est capable de dire lorsque l’on ne sait plus quoi dire.

Bernard Genin, de son côté a également fait un choix. C’est son choix. L’important dans une relation est de trouver un accord qui convient aux deux partis. Mais il suffit de lire les programmes des deux nouveaux partenaires pour comprendre qui à du avaler des couleuvres. Pourtant dimanche 23 mars, les propos que tenaient l’équipe de Bernard Genin n’étaient pas de nature à laisser supposer une telle alliance comme quoi parfois un accord à ses raisons que la raison ignore. Maurice Charrier lui-même, avec sa verve habituelle s’est laissé aller à quelques remarques circonstanciées. Et oui toujours le besoin de disserter sur son prochain et les certitudes qu’il entretient mais apparemment quand ça l’arrange. Comme quoi, même ceux qui se prétendent les meilleurs d’entre nous peuvent avoir l’haleine fétide.

Nous aurions préféré recevoir, de ceux qui lavent plus blanc, la réponse à notre lettre recommandée concernant les règles d’utilisation des véhicules municipaux utilisés par les adjoints ou les règles d’attributions des logements de fonctions. Nous n’avons trouvé aucune trace de délibération, c’est par habitude nous dit-on. Et combien d’autres courriers sont ainsi restés sans réponse, bel exemple de transparence et de démocratie locale.

Il est temps que la campagne électorale revienne à sa normalité, celle qu’elle n’aurait jamais dû quitter. Celle qui confronte des projets et évitent les rumeurs infondées. Laissons les Vaudais décider de l’avenir qu’ils souhaitent pour notre ville et accepter le choix des urnes : c’est cela la démocratie.