Bagarre pour être le nouveau chef de ceux qui espèrent

Share

Mercredi 16 avril 2014

Après la veste prise lors des élections municipales d’il y a 15 jours, ce n’est pas tant de savoir combien de temps le partenariat PS et Agir pour Vaulx-en-Velin va perdurer qui occupe l’équipe Genin et consort, mais plutôt qui doit être le chef de l’opposition. Nous pensons que ses colistiers en ce moment ne lui manifestent pas leur reconnaissance éternelle et il semblerait que la Guéguerre Said Yahiaoui – Bernard Genin est repris de plus belle.

On se souvient des amis de Saïd qui avaient lancé la campagne des municipales avant l’heure. On se remémore la première réunion de campagne ou Bernard Genin n’avait pas eu la parole. On se rappelle du « retenez-moi ou je fais un malheur en me présentant » de l’ex-adjoint aux finances.

La guerre continue donc. Le Progrès du 11 avril s’en ai fait état. Et cette guerre va probablement prendre plusieurs formes :

  • La forme d’un « vrai bilan » et d’ « un état des lieux » préconisé par M Yahiaoui (sur quelle période et dans quels domaines ?), Le bon coté des choses c’est que la lecture de nos articles sur ce sujet peut apporter des réponses.
  • La forme d’une éventuelle création de deux groupes d’opposition. Un communiste (probablement B Genin, MF Vieux-Marcaud et D Hannachi, face à P Zittoun, S Yahiaoui et S Charrier… avec un point d’interrogation sur N Gasmi et N Chhib qui vont-ils bien suivre ?)
  • La forme d’une remise en question du chef de groupe si l’union persiste,
  • La forme d’une remise en cause de celui qui va siéger au Grand Lyon, puisque après tout Bernard Genin en était un des moins assidus lors du précédant mandat.

Dommage pour eux que tout cela n’arrive que maintenant. A force de vouloir afficher à tout prix une cohésion d’ensemble et partager un projet auquel tout le monde n’adhère pas on crée des situations boiteuses. Si Monsieur Yahiaoui avait été plus loin dans sa démarche de l’été 2013 il aurait pu faire un vrai bilan de l’ère Genin … voir de l’ère Charrier, avant les élections et éviter ainsi de faire des erreurs, et de laisser emmener tout le monde dans le gouffre de la défaite car probablement est-il dans le vrai à ce moment la. C’est la première analyse que nous nous permettons de faire.

Quel est donc l’avenir de l’extrême gauche Vaudaise ? Y aura-t-il Une véritable remise en question pleine de bon sens ou une vraie bataille d’égo pour s’assurer le leader chip. Une chose est certaine, le vivier communiste sur notre ville ne pourra assurer à lui seul le renouveau si t’en est qu’il en soit capable. C’est la même chose du coté des autres composantes, tout reposait sur quelques personnes que ce soit du coté d’initiative citoyenne ou du parti de gauche. Il va leur falloir maintenant fédérer des sympathisants et ne pas rester dans l’attentisme de manière à constituer une force de proposition qui sera également un stimulus pour l’équipe en place. Un second facteur va entrer en vigueur, c’est celui de la proximité. Autant il était simple de vivre « en communauté » si l’on peut dire quand chacun vaquait à ses occupations municipales, autant cela risque d’être difficile maintenant qu’il va falloir travailler ensemble. C’est peut être la lutte finale.