Les Vendredis de la finance : Financement des associations

Share

 

Nous les avons classées en plusieurs catégories, détaillées ci-dessous :

Assos structurantes/social et assos municipales

4436K€

60%

Clubs de Sport

1478K€

20%

Autres associations (culturelles…)

1107K€

15%

Assos/écoles dont école 2eme chance

370K€

5%

retraités

17K€

0,20%

   

On remarque que la plus grosse partie du budget associatif concerne de grosses structures telles que les 3 centres sociaux, le CCAS et la MJC. Nous mettrons une mention particulière à la Régie VaulxenVelin.com, qui avec ses 13 personnes coûte aux habitants presque 700.000 € et une valorisation des bungalows mis à disposition. Pour rappel, la régie gère le site internet, qui, comme vous pouvez le constater, est toujours très à jour, et rédige des articles pas toujours très objectifs, puis édite à raison de 20 numéros par an des journaux distribués dans les boites aux lettres Vaudaises. Concernant les clubs de sport, on notera que 5 clubs « absorbent » 56% des subventions versées aux 53 clubs de sport.

En termes de valorisation de terrains ou locaux, il est très surprenant de voir les écarts d’une association à l’autre : Le club de Tennis a ses terrains valorisés à hauteur de 179.000 €, ce qui est explicable, alors que le FC Vaulx lui n’a pas ses terrains valorisés ? Pourquoi son Club House, qui doit en plus dégager de confortables bénéfices par sa fréquentation n’est pas valorisé ? Pourquoi le Club de pétanques du Village n’a pas non plus son terrain valorisé, mais seulement son local, alors que le président du club du à qui veut bien l’entendre que ce terrain est à lui ? Quelle est la règle ? Il est aussi surprenant de voir que des appartements sont mis à disposition d’entraineurs ou joueurs de club ; quels sont les critères d’attribution?

Viennent ensuite les autres associations, parmi lesquelles nous retrouverons des associations d’habitants, des associations culturelles, des associations d’entreprises (peu), le secours populaire ou encore les restos du cœur, et, des associations syndicales ou politiques telles que la CGT avec plus de 7000€ ou la confédération du logement, qui reçoit plus de 9000€. Certaines associations reçoivent des sommes conséquentes soit de manière régulières, soit exceptionnellement. Quelles justifications y a-t-il à verser plus de 80 000€ à Cannelle et Piment, association qui commercialise des produits cuisinés et s’assimile à une entreprise qui dégage des bénéfices. Ou encore l’EPI pour 75 000 Euros. Faut-il remettre en cause l’utilité de telles subventions ? Probablement pas. Il faudrait plutôt mettre en place des conventions avec des objectifs, lorsque de tels montants sont versés, et imaginer dans le cas d’associations à but lucratif des intéressements aux résultats?

Nous finirons sur la partie de subventions versées aux associations d’école. Sur les 370.000 euros versés au total, une grosse moitié est attribuée à l’Ecole de la Seconde Chance sans pour autant que ne soient valorisés les locaux où elle est hébergée. Constat identique pour l’espace FRACHON qui accueille des associations mais qu’on ne voit pas non plus valorisé. Tout ceci mériterait des éclaircissements et peut être aussi la constitution d’une charte.

Ci-dessous des tableaux de synthèse. Bonne Lecture !