François Hollande croise les doigts

Share

Mardi 28 juillet 2015

Selon les chiffres annoncés ce lundi par le ministère du Travail, 1 300 demandeurs d'emplois supplémentaires se sont inscrits à Pôle emploi en juin 2015, par rapport au mois de mai (16 200 demandeurs). Toutefois, le nombre de demandeurs inscrits dans la catégorie A, (sans aucune activité professionnelle dans le mois) a marqué un nouveau record à la fin du mois de juin : 3.553.500 en France métropolitaine.

"L’évolution du nombre de demandeurs d’emploi doit cependant s’analyser en longue période ; depuis le 1er janvier 2015, son ralentissement est un signe encourageant : + 8 800 par mois en moyenne, soit deux fois moins qu’au second semestre 2014" commente le ministre du Travail, François Rebsamen. 

C’est une manière de voir les choses, mais en finalité, François Rebsamen ne sert pas à grand-chose puisqu’il ne maitrise rien et n’apporte rien d’autre que l’attente des chiffres d’un mois sur l’autre avec des commentaires qu’il pourrait garder pour lui. Pour un peu nous pourrions pousser l’analogie jusqu'à le comparer  à notre adjoint à l’économie, c’est un peu la plante verte du gouvernement et le ministère du Travail c’est sa mission locale.

En réalité, le chiffre  de 1 300 demandeurs d'emplois supplémentaires n’est pas tout à fait juste, car depuis juin, pôle emploi  a affiné sa connaissance du statut des chômeurs, et a donc transféré de nombreux inscrits des catégories A, B et C vers les catégories D (stage, formation…) et E (contrats aidés, créateurs d’entreprise), non comptabilisés comme chômeurs devant effectuer des «actes positifs de recherche d’emploi». Et donc non médiatisés comme demandeurs d’emploi. Sans cet affinage des chiffres, la hausse du nombre d’inscrits en catégorie A en juin aurait été de 11 000, et de 6 200 en incluant les catégories B et C. De quoi relativiser, donc, la stabilisation du chômage officiellement observée en juin. Sans parler du fait qu'avec les DOM, l'évolution du nombre d'inscrits en catégorie A correspond davantage à une hausse, même légère: +5800 inscrits, soit +0,2% sur un mois.

 Nous vous encourageons à lire le rapport complet ( http://travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/PI-Mensuelle-KVBC87.pdf) qui montre que la situation ne s’améliore gère malgré une hausse de l’emploi en intérim.

François Hollande croise les doigts, car il ne maitrise rien et si la courbe s’inverse, il y a plus de chance pour l’instant que ce soit suite à une révision des règles de comptage et une augmentation massive du nombre d’emplois aidés. L’époque où notre président et notre Députée-maire annonçaient une inversion de la courbe pour fin 2013 est révolue et ce ne sont pas les mesures prises par le gouvernement qui sont de nature à booster l’emploi en France.

La croissance existe, mais pas en France et faiblement en Europe. Ce sont les exportations qui procurent un surcroit d’activité et notamment les pays émergents, mais c’est un processus instable pour deux raisons. D’une part, c’est une situation transitoire, car pour être compétitives, les entreprises se structurent pour créer des entités sur place.  D’autre part, contrairement à l’Allemagne ou l’Italie, la France ne dispose pas du même contingent de PME et est ainsi moins dynamique sur les marchés extérieurs.

C.A