Des chiffres pour nos élus professeurs d’économie

Share

Lundi 6 janvier 2014

En principe, lorsque les finances municipales sont au beau fixe, les élus n’hésitent pas à le faire savoir, notamment lorsque des élections municipales se profilent à l’horizon. Ainsi lorsqu’ils préparent dès décembre le budget primitif et les orientations de l’année à venir, ils ont une forte tendance à s’auto complimenter. A Vaulx-en-Velin, malheureusement, ce n’est pas d’actualité. C’est dommage, nous n’aurons aucun élément sur le budget ambitieux revendiqué par Saïd Yahiaoui lors de la lecture du compte rendu de la cour des comptes il y a quelques mois. Nous avons vu par contre lors du dernier conseil municipal une délibération qui avait pour but d’autoriser Monsieur le Maire à engager et à mandater, par anticipation du vote du budget à venir, des crédits d’investissement. Est-ce dû à la crainte d’un débat mouvementé avec l’opposition et notamment le parti socialiste qui, élection municipale approchant, aurait probablement voté contre (enfin !) ou bien à la navigation à vue de M le 1° adjoint aux finances, qui aurait rencontré un iceberg et coulé le budget municipal ? Nous avons cru comprendre de la bouche du maire qu’il manquait deux à trois millions d’euros pour boucler le budget ? Pour avoir la réponse, il va être nécessaire d’attendre quelques mois. A moins que l’on prenne en considération le dossier de Lyon Capitale qui classe Vaulx-en-Velin comme la ville la moins bien gérée des villes majeures de l’agglomération lyonnaise.

Quelle part de vérité devons-nous donner aux chiffres pris en compte par le magazine pour attribuer cette mauvaise note à nos élus de l’exécutif municipal qui comptent dans leurs rangs deux éminents professeurs d’économie, deux artistes qui jonglent avec les chiffres à savoir Saïd Yahiaoui premier adjoint aux finances et Nathalie Artaud égérie de Lutte Ouvrière, candidate au poste suprême de 1° gestionnaire de la France lors des dernières élections présidentielles, et prof d’économie (probablement une fois tous les six mois…. mais enfin c’est quand même son métier et c’est pour cela que les français la paye !) ? Le classement de Lyon Capitale est une comparaison qui passe au crible des données issues des comptes administratifs des villes étudiées. Un exercice basique qui ne peut cependant être contredit. Bien sûr on peut toujours dire que les chiffres choisis ou leurs interprétations sont critiquables. Mais cependant, que ce soit au niveau de la dette, au niveau du taux d’imposition ou des dépenses de personnel, il y a très longtemps que les Vaudais savent qu’ils tiennent le haut du pavé. Concernant le personnel, il y a un point qui nous interpelle. Le maire prend toujours comme référence le fait d’employer plus de personnel éducatif que la ville de Caluire pour répondre aux besoins des Vaudais. Or il apparait que la ville de Caluire est bien au-dessus du niveau de notre ville dans ce domaine en termes de service. Mous sommes dans le peloton de tête des villes les plus pauvres de France. En ajoutant le fait d’être la moins bien gérée du Grand Lyon, cela donne une image pas très positive de Vaulx-en-Velin alors que nous avons pour objectif un rééquilibrage de la population. De quoi soulever quelques inquiétudes de la part des potentiels acquéreurs d’un bien immobilier sur Vaulx.