Le planétarium à l’heure du Bilan 2014

Share

Lundi 15 décembre 2014

Lors du conseil municipal du 26 juin 2014, il a été décidé d’établir pour le planétarium un budget annexe. En vertu du principe d’unité budgétaire, le budget est un document unique dans lequel toutes les opérations de la municipalité sont retracées. Cependant l’article L.2221-1 du code général des collectivités territoriales prévoit la possibilité pour une commune d’exploiter des services d’intérêts publics avec un budget propre, donc distinct du budget et de la comptabilité de la commune.

Cette décision de bon sens permet donc d’établir un bilan précis du planétarium qui ne souffre d’aucune contestation ni ne laisse place à des supputations. Donc, lors du conseil municipal du jeudi 18 décembre, dans le cadre du vote du budget primitif 2015, le débat risque d’être animé, car à la lecture du bilan 2014 qui sera présenté en préambule il apparait clairement ce que nous avons souligné à plusieurs reprises. La différence entre les recettes et les dépenses s’élève à près d’un million d’euros à la charge du contribuable Vaudais. Ce qui fait un budget d’environ 1 500 000 euros en tenant compte de la subvention de 85 000 attribuée par l’état au titre de la dotation de développement urbain et 50 000 euros par la Région.

Nous ne sommes finalement pas très loin du montant de frais de fonctionnement que nous avions défini dans un de nos précédents articles. Sans L’aide de l’état et la subvention de la Région nous étions plus que proches de la réalité. Bernard Genin avait raison sur la fréquentation, mais pas sur l’équilibre budgétaire, mais cela, nous le lui apprenons pas.

Le planétarium est incontestablement un bel équipement. Un équipement qui draine hors Vaulx-en-Velin près de 90% de sa fréquentation ce qui finalement en fait un outil d’agglomération et devrait être pris en charge comme tel car Vaulx-en-Velin a difficilement les moyens de l’entretenir. De plus à l’heure où les finances de notre ville risquent de baiser les besoins du planétarium vont croitre. D’une part lorsqu’il va falloir pérenniser les emplois jeunes aujourd’hui à la charge de l’état et d’autre part lorsqu’il va falloir investir pour le renouvellement du système de projection (1 million d’euros en perspective).

Il aurait été intéressant de connaitre la part de places non payantes car la gratuité du premier samedi du mois attire pas mal de personnes.