Les 7% d’augmentation du poste personnel municipal

Share

Lundi 23 mars 2015

Le dernier conseil municipal était consacré au vote du budget primitif et le moins que l’on puisse dire, parmi tous les chiffres annoncés c’est l’augmentation de 7% des frais consacrés au personnel municipal qui a marqué les esprits autant au niveau de l’opposition que de la presse locale. Apparemment ce fut le point contestable qui a conduit le groupe conduit par Bernard Genin ou Philippe Zittoun, (on ne sait plus très bien), à voter contre un budget qui somme toute n’était pas si indécent pour la gauche de la gauche Vaudaise. En effet, rappelons que le premier budget de la ville a toujours été consacré à l’éducation, que le montant global des subventions dédiées aux associations et clubs reste constant. Que les économies faites sur des frais de fonctionnement tel que les avantages liés aux véhicules de fonction trouvent un écho favorable auprès de tous les élus. Reste également indigeste le volet concernant l’achat par la municipalité de l’hôtel du nord que d’aucuns trouvent être comme un cadeau fait aux Bertin’s, ne lui trouvant pas d’intérêt patrimonial si évidant.

Fallait-il donc trouver un prétexte pour ne pas voter le budget ? Si ce fut celui de la hausse des coûts relatifs au personnel municipal qui fut décisif, est-ce à dire que sans ce point particulier la gauche de la gauche aurait soutenu les orientations de notre exécutif municipal ? La suite du mandat le dira, car dans la logique des choses ce poste de dépense devrait de manière mécanique diminuer.

Un des reproches qui a souvent été fait à Hélène Geoffroy lorsqu’elle était dans l’opposition c’est justement d’avoir voté les budgets du mandat Genin alors que ceux-ci étaient largement critiquables et critiqués de manière drastique aujourd’hui. . Peut-être que l’opposition de gauche souhaite éviter de suivre la même stratégie et jouer à un autre jeu.

Revenons donc à ces 7% d’augmentation des frais de personnel. 3millions d’euros sur 98,4 millions d’euros. Comme nous l’avons dit à plusieurs reprises, c’est un sujet qui semble être difficile à aborder pour les élus. Pourtant le souci de transparence évoqué par l’exécutif ne devrait pas s’exonérer d’information concernant des personnes qui sommes toutes sont au service des habitants. Ce ne serait pas quelque chose d’illogique. Philippe Zittoun pour la gauche s’étonne du nombre de postes de chargé de mission qui viennent en doublon et évoque également le mécontentement du personnel avec un préavis de grève en instance. Peut-être s’agit-il du préavis national du 9 avril (voir tract ci-joint).

Philippe Moine pour la droite quant à lui, s’insurge dénonce un véritable scandale et demande un redéploiement cohérent efficace.

À quoi est donc due cette hausse conséquente.

  • En premier lieu 1,2 million d’euros sont dus à une Revalorisation des rémunérations des fonctionnaires de catégorie C et B  à compter du 1er janvier 2015. Le 31 janvier 2014, une série de textes avait modifié la carrière des fonctionnaires de catégorie C et B des trois versants de la fonction publique. Cette modification s’accompagnait de la revalorisation de la grille indiciaire des fonctionnaires de catégorie C et des deux premiers échelons de la carrière des fonctionnaires de catégorie B.

Ces textes prévoyaient une seconde revalorisation à compter du 1er janvier 2015. Celle-ci se présente de manière uniforme. L’indice majoré de chaque échelon de la grille indiciaire de la catégorie s’ est majoré de 5 points, ce qui représente une augmentation nette annuelle pour chaque agent de 276 euros. Bernard Genin, Philippe Zittoun seraient-ils hostile à cette augmentation ?

  • En second lieu, il y a des recrutements pour assurer l’encadrement du périscolaire, des recrutements qu’il faut anticiper pour l’ouverture de nouvelles classes, des agents de médiation, des politiciens municipaux. Ces postes pour certains auraient peut être pu faire l’objet d’un redéploiement comme le demandait Philippe Moine. En effet un fonctionnaire est titulaire de son grade, mais pas de son poste et pour des impératifs de service il peut être amené à bouger. Il y a beaucoup de zones d’ombre qui mériterait d’être éclaircies.
  • Pour conclure les postes de chargés de mission, notamment ceux qui viennent en doublons. Ce serait se voiler la face de dire qu’un changement d’exécutif et de tendances politiques ne devrait pas entrainer quelques bouleversements à la tête des organigrammes municipaux, surtout si des divergences de fond le nécessitent. Il ne faut pas oublier que c’est l’exécutif qui dirige et donne les directives et pas le contraire. Ce n’est pas des politiciens chevronnés comme Bernard Genin, Philippe Zittoun, Philipe Moine qui contredirait ce point. D’autant que tout n’était pas tout rose (sans faire de jeux de mots) au niveau du personnel municipal sous le dernier mandat. Il y a donc des doublons sur des postes de cadre qui devraient vu leur expérience professionnelle trouver rapidement une nouvelle affectation.  Quant à la provenance des recrutements, nous espérons que la couleur de l’emballage ne prime pas sur les qualités professionnelles. Ce serait regrettable pour les Vaudais. Le cabinet d’Hélène Geoffroy, est il plus fourni que celui de Bernard Genin sous l’ancien mandat ? À une personne près cela doit être équivalent.