Conseil municipal du 5 novembre 2015

Share

Mercredi 4 novembre 2015.

Une trentaine de délibérations à l’ordre du jour de la séance du 5 novembre à 19 heures. (Cliquer ici)

La majorité des sujets ne devrait pas faire l’objet de débats acharnés, mais quand même prêter à discussion.

Concernant le projet de Pacte de Cohérence Métropolitain 2015/2020. Nous comprenons que la mise en place de la métropole nécessite ou favorise certains ajustements sur les compétences des uns et des autres. Mais pour le commun des mortels que nous sommes, c’est une étape qui parait se faire rapidement alors que la Métropole n’a pas encore un an et n’a pas tout à fait trouvé elle même son équilibre dans différents domaines. Nous souhaiterions comprendre le sens plus général de la répartition de compétence et surtout pour chacune d’entre elles en connaitre le gain. Qui dit pacte ou contrat dit également analyse des pertinences, dont possibilité de mettre sur le papier les potentialités en termes d’efficience ou financière.

Concernant l’avenant à la convention du Projet Urbain Partenarial (PUP) sur le secteur Gimenez, Il devrait marquer aux yeux de l’opposition de gauche la volonté de la municipalité de réduire le nombre de logements sociaux. Comment fait-on de la mixité ? Il faut que notre société donc notre ville avance avec de la mixité. Ce projet est une occasion pour obtenir le bon cocktail. Il faut regarder en face la situation et arrêter l’imposture intellectuelle. Il est temps d’avoir un comportement rationnel. D’ailleurs le sujet est plus que jamais d’actualité.

Dans le cadre des dotations aux politiques de la ville, la somme de 65 000 est allouée à un « Projet Langage ». Nous espérons que son contenu ou ses objectifs seront détaillés lors du conseil municipal.

Une subvention de 10 000 euros pour le Centre national de la mémoire arménienne (CNMA) installé dans un immeuble ultra moderne à Décines qui a vu sa directrice licenciée pour motif économique en avril dernier. Dans un mémoire de stage de master de 2012 (Marie Picot master SIB), il est indiqué (aucun budget alloué à la bibliothèque n’est établi : il est voté selon les possibilités et les priorités du moment. Sur un long terme, la contrainte financière continue donc de peser sur l’association, qui ne peut compter sur un budget stable et durable. » La ville de Vaulx-en-Velin a fait plus qu’une autre ville pour commémorer légitimement le souvenir du génocide lors de son centenaire. Elle est également activement impliquée dans le jumelage avec la ville d’ARTIK. En juillet, une subvention exceptionnelle de 5000 euros a été débloquée pour l’aide à l’apprentissage du Français. Le CNMA a fait le choix de privilégier l’architecture et l’esthétique de ses locaux au détriment de la stabilisation d’un budget de fonctionnement. Nous sommes très gênés, car cette subvention exceptionnelle risque d’être exceptionnelle chaque année et ce n’est pas concevable.

La demande de subvention auprès du Fonds Interministériel de Prévention de la délinquance (FIPD) en vue de l’amélioration du système de vidéo protection de la ville peut faire l’objet de débat. Nous aurions souhaité que l’on fasse un point plus complet sur ce dispositif qui avait été tant décrié lors de sa création par diverses associations dont certains membres sont maintenant élus ou collaborateur au cabinet de madame la députée-maire. Cela fait plusieurs années que nous entendons des commentaires sur le fait qu’il est complètement obsolète pour ne pas dire qu’il ne sert à rien à cause des pannes récurrentes et que l’ancienne municipalité n’a jamais fait les investissements qui s’imposaient.  

Nous constatons que les villes qui nous entourent font du fleurissement un critère d’amélioration du cadre de vie. Il y a quelques mois Décines a fait l’objet d’un article sur le sujet montant l’enthousiasme du personnel municipal lors de l’obtention de la seconde fleur.  Dimanche c’était au tour de la ville de Vénissieux qui semble-t-il obtient de bons résultats. Elle vient de recevoir sa 4e fleur. (Budget de fonctionnement consacré aux espaces verts 550 000 euros, 70 jardiniers sont au cœur du dispositif ainsi que du partenariat avec des entreprises d’insertion ce qui permet du surentretien dans certains quartiers)

Nous sommes heureux d’apprendre qu’un plan d’action est en cours d’élaboration pour répondre à la demande des Vaudais en termes d’embellissement de la ville et de propreté est en cours. Nous prenons acte du fait, car depuis de nombreux mois nous soulignons notre étonnement sur une situation que nous pourrions qualifier de déplorable. Voici des aménagements de villes voisines (cliquer ici).

Quant au concours de fleurissement à destination des habitants, nous pensons que c’est une bonne chose, c’est au niveau de la dotation des prix que les choses seraient à revoir avec un effort plus conséquent. Le premier prix pourrait par exemple pris en charge sur le budget des conseils de quartiers.      

Avenant aux travaux du parc de la Rize : Il est nécessaire d’abaisser le niveau de la passerelle pour respecter la règlementation concernant l’usage par des personnes à mobilité réduite. La passerelle est 30 centimètres plus haute que le trottoir…..Errare humanum est dirait l’autre.

Acquisition par la ville d’un appartement faisant partie du corps du bâtiment du château du village. Forte de cette nouvelle acquisition, la ville commence à être propriétaire d’un certain nombre de mètres carrés contigus. De quoi pouvoir commencer à réfléchir sur différents projets.  

C.A