Quand une stratégie montre ses limites

Share

 

Mercredi 6 avril 2016

Les socialistes semblent réjouis par la conclusion des échanges sur la délibération concernant les subventions aux partenaires du plan de lutte contre le racisme, l’antisémitisme et les discriminations.

Ils ont d’après leurs commentaires remportés le match qui les opposait à l’opposition par KO au troisième round. L’affaire Chekhab est elle définitivement  enterrée ?

L’opposition s’est piégée toute seule lorsqu’elle a adopté une posture qui ne pouvait qu’être intenable dans le temps. A savoir  déserter le conseil municipal suite aux propos antisémites tenus par Ahmed Chekhab adjoint aux sports. 

Elle comptait sans doute sur une condamnation  qui n’est pas venue pour se remettre autour de la table et montrer par là que la décision prise par Hélène Geoffrey était mauvaise.  Nous ne sommes ni juges ni experts pour affirmer que la bande sonore qui a circulé dans la presse est aussi clairement trafiquée que ne le supposent certains. Si tel avait été le cas, nous pensons qu’une inculpation pour faux et usages de faux était envisageable. Il n’y a pas eu de condamnation dans ce sens.

Nous aurions bien aimé avoir une copie des attendus du procès pour connaitre sur quoi s’est fondé le juge pour entériner sa décision. Apparemment ce dernier ne se serait t pas prononcé sur le contenu ni sur la nature des propos, mais sur le contexte. « Affaire se déroulant dans un cadre privé »

Le parti socialiste a quand même prononcé une exclusion de 6 mois ce qui indique que les propos n’étaient pas si anodins.

D’ailleurs si cette affaire s’était déroulée quelques mois plus tard, il n’est pas certain que la conclusion judiciaire ait été la même. La loi ayant été modifiée. Et Hélène Geoffroy n’aurait sans doute  pas soutenu son adjoint.  

L’opposition de gauche a aussi attaqué la municipalité sur la question du retrait de la délégation, mais c’est retrouvé débouté et condamnée.

Ne plus siéger au conseil municipal, c’est perdre de la visibilité notamment depuis que le conseil municipal est filmé.  L’opposition a donc adopté une position consistant à quitter le conseil dès lors  qu’Ahmed Chekhab prendrait la parole.

Les socialistes n’ont manifestement pas compris la raison qui a poussé l’opposition à changer à nouveau son fusil d’épaule 

La seconde stratégie était intenable elle aussi, car c’est laisser une délibération être votée sans que la contradiction puisse être apportée 

Et lors du dernier conseil municipal, le premier acompte de la subvention versée à L’EPI ne pouvait rester sous silence.  D’où la présence de l’opposition lorsque Ahmed Chekhab à pris la parole. Voila la réponse à l’interrogation de l’exécutif. L’EPI. 

Il faut dire que lorsque l’on rapproche la convention et la subvention des questions peuvent légitimement être posées et l’opposition est dans son rôle en s’interrogeant.

Il nous semble que la position consistant à voter « pour » sans poser de question tout en faisant courir le bruit sur des suspicions est clairement hypocrite.   

D’ailleurs, pour couper court à la polémique sur son manque de transparence, L’EPI pourrait publier sur son site le rapport financier et d’activité ainsi  cela éviterait les polémiques. Ce sont des documents qui peuvent être rendus publics. Et nous encourageons d’ailleurs l’opposition à les réclamer à la municipalité.

C.A