Compte rendu conseil municipal du 28 mai 2015

Share

Dimanche 31 mai 2015

Début de séance animée et prise de position ferme de la part d’Hélène Geoffroy que nous partageons.

Nordine Gasmi demande la parole pour s’exprimer suite à la communication faite par Pierre Barnéoud concernant la démarche entreprise par la ville au sujet des commémorations.

C’est la chienlit a martelé à qui voulait l’entendre Stéphane Bertin, « le petit fils du Général ». Celui qui a déclenché « la guerre du golf » a rappelé à l’assemblée des élus présents, la règle de prise de parole telle que définie dans l’article 11 de la constitution Vaudaise. « Il y a une conférence des présidents qui défini les temps de parole, vous n’étiez pas présent c’est donc que vous n’aviez rien à dire » ceci étant dit, Nordine Gasmi peut s’exprimer.

Jeudi, lorsque nous avons écrit notre article sur ce conseil municipal, nous avons eu une prémonition concernant ce sujet et la multiplication des événements qui semblent être de mise aujourd’hui au niveau national. Le devoir de mémoire est une évidence, les actes passés n’appellent pas qu’au souvenir, mais à la prise de conscience et à la construction d’une France unie. Cependant cette démarche pour certains constitue une manière de faire valoir des revendications voir des exigences en termes de reconnaissance, voire de réparation et pour d’autres l’appel à d’autres commémorations. La France a fait et continue à faire preuve d’une grande ouverture sur des sujets qui il y a encore peu étaient tabous. Il faut parfois laisser du temps au temps pour que s’engage une démarche de manière apaisée. C’est parfois compliqué, mais souvent nécessaire pour que des rapprochements entre peuples s’effectuent. Cimenter la population autour de rendez-vous républicains afin de faire « Histoire commune » et partager des histoires difficiles pour rappeler que tous les habitants font partie d’une même nation et nous devons transmettre à nos enfants la fierté d’être une nation telle est l’ambition de l’exécutif Vaudais.

Nordine Gasmi élus d’opposition de gauche a provoqué l’indignation de la salle du conseil et la réaction de Madame la Députée-maire avec des propos très limites concernant le génocide Arménien et la remise en cause de fait avéré en précisant que seulement une vingtaine d’états avait reconnu le génocide. Génocide reconnu par la France. « Le travail de mémoire exige que le génocide lui-même ne puisse être nié. Car le négationnisme n’est pas une opinion, n’est pas une théorie, pas une conception. C’est un outrage à la vérité » a dit François Hollande qui a même promis une loi à condition qu’elle ne soit pas retoquée par le Conseil constitutionnel comme cela a déjà été le cas. Les dérapages du personnel politique sont légions alors même que les signes de dislocation de la société sont bien réels. Il y a des moments ou le silence devrait de mise. Nordine Gasmi s’est ensuite attaché à faire valoir la reconnaissance officielle des « massacres de Sétif » qui ont couté la vie à quelques centaines d’Européen et à plusieurs milliers de musulmans algériens en mai 1945. « Ce serait un début de travail de vérité sur 130 ans de présence coloniale » ponctue-t-il.

Les habitants partagent des histoires difficiles et l’on ne doit pas diviser réplique Hélène Geoffroy passablement surprise des propos et de la manière de faire de ce dernier. De leur côté Bernard Genin et Philippe Zittoun se désolidarisent des propos de leur collègue de groupe précisant qu’il s’est exprimé à titre personnel. Il y a un mode de fonctionnement tout à fait bizarre dans le groupe de la « Gauche Citoyenne ».

D’ailleurs lorsque plus tard Ahmed Chekhab a pris la parole concernant la délibération qui attribue les subventions aux associations partenaires du plan de lutte contre le racisme, l’antisémitisme et les discriminations, tous les élus d’opposition ont quittés la salle exceptés Nordine Gasmi et Nawelle Chhib comme s’il y avait une fracture sur ce sujet également. D'ailleurs ils ont voté favorablement à la délibération, mais de manière personnelle. Ahmed Chekhab avait en juillet 2014 proféré des propos inqualifiables à l’encontre de Philippe Zittoun et des plaintes sont toujours en cours d’instruction. L’explosion du groupe n’est, semble-t-il, pas très loin.

Un autre grand moment de ce conseil municipal concerne la nouvelle définition des critères d’attribution des subventions aux clubs sportifs. C’est Pierre Dusurgey qui en fait l’exposé et comme de bien entendu philippe Zittoun qui lance le débat contradictoire. Pendant que ses collègues sortis de la salle du conseil se lançaient dans une discussion animée pour ne pas dire plus. Sans doute ce qui s’est passé en début de séance devait en être le sujet. Il est de plus en plus évident que Nordine Gasmi et Bernard Genin ne sont pas en phase et ne partagent les mêmes valeurs. C'est un peu tard pour s'en rendre compte, c’est le moins que l’on puisse dire. Le point à retenir concernant la redéfinition des critères, c’est que le budget de 1,2 million est maintenu et qu’une dizaine d’associations se trouvent en difficulté suite à cette nouvelle définition. C’est un sujet compliqué et difficile pour nous de dérouler la pelote. D’autant qu’il y a le choix politique qui intervient dans l’élaboration des critères. Nous vous encourageons à écouter les explications et le débat qui s’en est suivi sur le site de la ville qui permet la rediffusion du conseil municipal. C’est un sacré avantage qui est offert au Vaudais. Ainsi ils peuvent se faire leur propre jugement.

http://www.vaulx-en-velin.net/Videos/Conseils-municipaux/Conseil-Municipal-du-28-mai-2015

V. L