Conseil municipal du jeudi 2 juillet 2015.

Share

 Mercredi 1er juillet 2015

 Signe particulier de ce conseil municipal, il semblerait que l’opposition de gauche soit absente des débats se plaignant d’un planning défini trop tardivement. Ce n’est pas pour absoudre Hélène Geoffroy, mais pourtant, il devrait être au fait qu’il n’est pas toujours évident de définir les dates des conseils trop en avance.  Il y a quelques années, Laurent Clamaron pratiquement seul opposant de la municipalité en faisait la remarque et les mêmes qui aujourd’hui  dénoncent  cette situation étaient beaucoup moins à l'écoute à l’époque.

 Les délibérations de jeudi soir apportent un certain nombre de réponses concernant la réutilisation des subventions apportées par les différents partenaires pour le projet de centre nautique. Le projet abandonné, l’opposition à longtemps avancé le fait que la ville allait perdre énormément d’argent. En réponse Hélène Geoffroy se faisait fort de convaincre les partenaires de reporter les différentes subventions sur d’autres projets beaucoup plus vitaux pour la ville. Il faut reconnaitre qu’elle a réussi au-delà des espérances, car à 5 euros près le compte est bon.  Apparemment avoir un bon carnet d’adresses et des relations offre quelques avantages dans les négociations. Lorsque c’est au bénéfice des Vaudais, nous ne pouvons que la féliciter. Stéphane Gomez va surement se friser les moustaches qu’il n’a pas à la lecture des différentes délibérations qu’il va présenter. Nous allons surement avoir droit à une séance d’autocongratulation.

 La soirée comporte d’autres sujets très intéressants qui ne manqueront pas de retenir l’attention du public qui sera dernière son écran ou bien assistera au conseil.

 La délibération n° 5 concerne l’attribution du marché de maitrise d’œuvre pour l’équipement Réné Beauverie. Son coût s’élève à 19 440 000 euros TTC dont 3 240 000 à charge de la ville. L’équipement requiert  10 à 12 mois d’études puis 18 mois de travaux. Nous trouvons le délai d’étude très long et aurions aimé avoir une estimation des couts de l’étude. Il circule des chiffres parfois affolants allant jusqu'à 30% du coût total de l’opération.

 La délibération  n° 12 concerne l’attribution d’une subvention exceptionnelle à L’UCFAF pour poursuivre l’enseignement du Français à ARTIK en Arménie. Nous comprenons que la ville puisse attribuer des subventions exceptionnelles pour des événements qu’elle soutient de manière occasionnelle. Depuis de nombreuses années, la ville de Vaulx-en-Velin entretient une relation de coopération avec la ville d’ARTIK . Nous pensons qu’une enveloppe annuelle doit être définie et les appels à subvention exceptionnelle bannis lorsque la relation dure depuis plusieurs années. Ceci pour conserver l’esprit de transparence et de justice défini lors de la présentation de la délibération concernant l’attribution de subventions aux associations et clubs sportifs.  

V.L