Mais où est donc l’opposition à Vaulx-en-Velin depuis le 30 mars 2014 partie 3 ?

Share

Dimanche 9 novembre 201

Une des nouveautés de l’élection municipale de mars 2014 fut la candidature au premier tour de la liste dite citoyenne de Nordine Gasmi sous la bannière UVI (Union des Vaudais Indépendants). Une bannière citoyenne mais qui était très marquée à gauche. Pas simple, pour M Gasmi, de s’éloigner de sa culture politique socialo-communiste quand il a été sur la liste du PS en 2008 puis qu’il a travaillé pour le maire communiste pendant 5 ans.

C’est donc assez normalement, qu’au second tour, M Gasmi, dans un accord scellé de longue date avec son ex-employeur, a trouvé de nombreuses et belles places sur la liste d’extrême gauche conduite par Bernard Genin. Malheureusement comme chacun le sait la réussite n’a pas été au rendez-vous. Et M Gasmi se retrouve maintenant avec sa petite collègue Mme Chhib à siéger avec le PC dans une coalition improbable de 8 personnes qui sont en réalité 2 + 2 + 4 avec de gros boulets aux pieds :

  • Impossibilité de faire 3 groupes,
  • Obligation de s’entendre,
  • Difficulté de parler car c’est le chef Bernard Genin qui porte la parole du groupe.

Pas simple pour Monsieur Gasmi qui adore parler en public et qui rêve secrètement d’être un jour Président de la République mais doit se contenter pour l’instant de ne même pas siéger au conseil municipal car ainsi l’a décidé Bernard, « nous en siégerons plus autour de la table tant que Monsieur Chekhab sera là ». Il est vrai que Monsieur Chekhab n’est plus régulièrement venu, mais l’interdiction n’ayant pas été levé, Nordine Gasmi n’a pas pu apparaitre autour de la table des 43. Or ce siège d’élu est ce dont il a toujours rêvé (comme être Président de la République !). Et que Bernard l’en empêche, c’est tout juste « pas possible ». Il a donc décidé de ne même plus venir constater la non-démission d’Ahmed.

Alors que peut faire maintenant Monsieur Gasmi ? Démissionner : pas question pour lui cette place lui a tellement couté (d’ailleurs où en sont ses comptes de campagne ?). Se séparer du groupe PC ? Pourquoi pas car de toutes façons son nom n’apparait plus nulle part, il ne parle jamais, il n’est jamais visible. Se lancer dans un autre combat ? C’est très possible car il pourrait relancer son parti qui est pour l’instant sans visibilité et sans communication. Se lancer dans une nouvelle bataille électorale sous sa propre bannière ou en intégrant une liste connue. En tous cas nous sommes bien loin de Vaulx-en-Velin et des préoccupations des vaudais.

Comme pour l’UMP ou le PC, l’UVI a donc beaucoup de mal six mois après l’élection municipale à vivre sa vraie vie…. si tant est qu’elle en ait eu une un jour et ne se soit pas limitée à « Monsieur Gasmi ».

A suivre…..

V.L