La rupture semble bel et bien consommée

Share

 Mardi 25 novembre 2014

« Nous revenons faire notre travail d’opposition »; Said Yahiaoui et Dora Hannachi décident de revenir siéger au conseil municipal. Comme nous le soulignons dans un de nos présentant article, condamner l’attitude d’Ahmed Chekhab était nécessaire pour marquer un comportement inadmissible, mais la nécessité d’un débat contradictoire au sein du conseil municipal rend indispensable la présence de l’opposition. C’est une position courageuse, mais pleine de bon sens et d’intérêt pour les Vaudais.

Said Yahaoui revient également sur la raison qui l’a conduit à faire scission avec Bernard Genin. Nous avions bien compris que ce n’était pas le grand amour entre eux deux. Les élections municipales n’ont été qu’une brève accalmie dans des relations qui devaient être somme toute assez tendues.  La défaite électorale a mis fin à cette union provisoire, Said Yahaoui et Dora Hannachi font bande à part en créant leur propre groupe, car Bernard Genin porte une responsabilité sur la défaite qui le rend illégitime comme leader de l’opposition de gauche. On peut imaginer combien a dû être difficile la cohabitation lors du précédant mandat. Quelle est la nature des dissensions alors que tout semblait au beau fixe autant sur la gestion que sur le projet? C’est peut-être au niveau politique que se trouve la pierre d’achoppement. La voix communiste ne porte peut-être plus aussi loin.

La scission n’est pas sans conséquence, car elle prive le groupe de Said Yahaoui de locaux et de paroles au sein du journal municipal. Lle règlement voté lors du conseil municipal fixe à quatre le nombre d’élus nécessaire pour former un groupe. Cette ingénieuse initiative est censée refréner d’autres scissions prévisibles, notamment de la part de Nordine Gasmi qui pourrait être tenté de faire à son tour cavalier seul.

La présence des élus d’opposition est d’autant plus nécessaire au sein du conseil municipal que la politique prônée par Hélène Geoffroy ne fait pas l’unanimité. À tout point de vue les décisions prises par cette dernière souffrent de contradiction et ne vont pas dans le bon sens souffle said Yahaoui. De quoi animer les prochains débats à l’heure où se profile le vote du budget.

C.A