Liliane Badioux ou la force tranquille ….mais vraiment très très tranquille

Share

Jeudi 2 avril 2015

Nous avions émis il y a quelques mois l’hypothèse que certains des conseils de quartier ne passeraient pas le cap des deux ans. Notre sentiment risque de se concrétiser plus vite que prévu, car le découragement commence à planer sur les participants, et ce jusqu’aux membres des bureaux et des différentes commissions. Pour preuve des échanges de mails entre membres de bureaux et de commissions qui vont jusqu'à souligner l’impéritie de plusieurs maires de quartier.

Par exemple, le Mas et le Centre-Ville ont appris par hasard qu’il avait été demandé aux conseils de quartiers de rendre un avis sur le plan local d’urbanisme (PLU) pour mi-mai. Un travail minutieux et technique qui demande du temps et ne se fait pas sur un coin de table. Cette consultation ne se faisant que tous les 10-15 ans, il va sans dire que l’on peut considérer le sujet comme très très important. Ce sont les adjoints de quartiers qui étaient chargés de communiquer sur le sujet ce qui a été fait sur certains secteurs comme la Grappinière ou le Village qui ont bien avancé sur ce dossier se faisant même aider par des spécialistes (les Robins des Villes) qui proposent de former les habitants et de créer des ateliers de travail. Pour montrer leur intérêt, des membres du conseil de quartier du centre-ville se sont rendus à la réunion de la Grappinière qui avait lieu mardi soir. Le comble !

Liliane Badioux, Adjointe de quartier du Mas et du Centre-Ville, ne semble pas être sortie d’une léthargie euphorique qui dure maintenant depuis un an, et cela pour le malheur des Vaudais qui ont eu la volonté de participer aux conseils dont elle a la charge. A-t-elle imaginé que la vie municipale avait pour aboutissement une place éligible sur la liste d’Hélène Geoffroy qui l’obligerait à travailler ou seulement que le plus important dans l’affaire des municipales était, pour elle, de remporter l’élection et qu’ensuite « après moi le déluge » ? Certains disent qu’elle souffre de phobie administrative et organisationnelle (maladie qui touche surtout le PS d’ailleurs). Heureusement que les élus socialistes ont signé à grand renfort de presse une charte afin, de démontrer à l’électeur potentiel (autrement appelé gogo ces derniers temps) leur volonté de s’engager en cas d’élection.

Comme il est loin le discours de Madame Liliane lors de la campagne « Un mandat signifie savoir libérer du temps, se rendre disponible, se mettre au service des administrés, travailler en faveur de ceux-ci en tenant compte de leurs besoins et de leurs attentes. L'absentéisme de l'équipe actuelle sur le terrain est patent. J'attends d'une nouvelle équipe à la tête de notre ville que ses membres s'engagent à être présents lors des conseils municipaux, des réunions diverses avec les habitants et avec les partenaires, qu'ils assurent la gestion des dossiers qui leur seront confiés. ». Ca c'était avant... Il est vrai qu’elle parlait de « l’équipe » pas d’elle. Il faut bien lire entre les lignes. Tant pis pour ceux qui ‘l’ont cru. On attrape les mouches qu’avec du sucre…

Depuis, mis à part nous faire bénéficier de son langage au trait tout aussi subtil qu’une Jacquie Sardou au sommet de sa forme, voire parfois d’un humour aussi graveleux que celui d’un Jean-Marie Bigard lorsqu’il nous décrit l’anatomie masculine sévèrement burnée, sa participation active montre des limites plus qu’interrogatives. On pourrait pourrait même dire de manière complaisante qu'elle n'en branle pas une. D’ailleurs nous pouvons aussi nous poser la question sur le rôle du chargé de mission spécialement recruté pour épauler, encadrer les conseils de quartier.

Pour être un peu plus terre à terre en ces moments de crises où les euros ne se trouvent pas sous les sabots d’un cheval, bien que l’indemnité semble toujours pour un élu un élément superficiel, néanmoins elle est censée représenter la compensation d’un service rendu. Alors il serait bien qu’elle arrête la figuration, la parade et le blabla et qu’elle se mette au boulot. Il y a une expression familière assez explicite « ce sortir les doigts du cul ». Ou qu’elle rende sa délégation. Fais ton choix camarade Liliane aurait pu dire Jaurès maitre à penser de notre municipalité.

V.L