Quelques questions avant le conseil municipal de mercredi 26 juin 2013 (partie 2).

Suite...

Délibération 10 : vente d’un lot à bâtir pour Chamarel.

L’association CHAMAREL (Coopérative Habitants MAison Résidence Est Lyonnais) a obtenu le 23 mai 2012 une subvention de 500 euros pour son lancement. Son siège est 7 chemin des Rames. Sa Présidente est bien connue parmi la majorité municipale puisqu’elle possède de nombreuses étiquettes politiques très à gauche (Alternatifs, Initiative Citoyenne (mouvement de M Charrier), FASE (Ecolo Socialistes)), étiquettes que l’on retrouve régulièrement les mercredis de conseil municipal autour de la grande table du rez-de-chaussée. Elle a été la suppléante du candidat Front de Gauche aux dernières cantonales.

Est-ce pour cette raison que la municipalité actuelle lui permet de bénéficier d’un lot de 1598 m² en plein centre du Village au prix de 200 €/m² (il parait que c’est le prix des domaines !) pour y construire un projet d’habitat intergénérationnel ? Il semble qu’on peut en effet, comme ça, sans appel d’offre, octroyer un des terrains municipaux à une copine et son association sans appel d’offre. Pourquoi pas si cela peut aider le quartier ? Pas si sûr quand on sait que ce quartier qui comporte quasiment 100% de logement sociaux va, encore donc en avoir 14 de plus sur 16.

Délibération 13 : extension de l’école Langevin avec la création de trois classes d’élémentaire et une classe de maternelle.

Pour mémoire, il doit être rappelé que l’école maternelle Langevin a été créé en 2010 pour recevoir dans un premier temps 4 classes puis ensuite 4 autres. Dès le début les 8 classes ont été ouvertes. Et deux ans après l’ouverture, l’école est déjà trop petite. Il s’agit donc très clairement d’un projet qui a été mal anticipé et mal prévu. Si les prévisions avaient été bien réalisées, un nombre de classes suffisant aurait été prévu, le budget aurait été réparti entre les différents partenaires (Etat, Département, Ville,..).

Quelques questions s’imposent :

·         Les responsables de ce gâchis vont–ils rendre des comptes ?

·         Comment les élus vont-ils pouvoir expliquer un tel « ratage » ?

·         Pourquoi la ville se retrouve-t-elle à payer 51% de la note alors qu’elle n’aurait payé qu’un quart de cette note si tout avait été anticipé ?

·         Le contrat avec le bureau d’étude en charge de la prospective sera-t-il résilié aux vues de la fiabilité de ses études?

·         Pourquoi la ville ne construit pas des écoles en anticipant l’évolution des effectifs ?

·         La présente erreur sera-t-elle évitée sur les écoles dont les travaux vont débuter sous peu (Wallon par exemple ou il semble qu’aucune classe nouvelle n’est prévue alors que des centaines de logements sont en cours de construction, ou encore Croizat) ? La municipalité actuelle a-t-elle prévue de faire le point sur l’évolution des effectifs scolaires et de mettre en face les moyens adaptés, ce que de nombreux élus demandent depuis des années ? 

Délibération 15 : lancement de l’appel d’offre pour la construction du centre aquatique.

La nouvelle piscine va comprendre :

·         En intérieur :

o   Un bassin de 25 m X 15 m homologué,

o   Un bassin de 25 m X 10 m de détente,

o   Un bassin de loisir,

o   Une pataugeoire,

o   Un toit ouvrant.

·         En extérieur :

o   Une zone de jeux aquatiques,

o   Une zone de détente,

o   Un espace sanitaire,

o   Un espace de jeux multifonctions pour adolescents.

Le coût final du projet sera de 18.300.000 euros TTC.

Deux questions se posent :

·         Un tel projet est plus grandiose que les piscines de Décines et Meyzieu qui ne trouvent pas leur rentabilité. Pourquoi une mise en commun des installations n’est pas envisageable ?

·         Comment va être financé le fonctionnement chiffré à, approximativement, 1.000.000 d’euros de plus par an ?

Délibération 19 : travaux supplémentaires dans la rénovation de l’Espace Cachin.

Des travaux supplémentaires sont commandés par la Ville suite à des demandes diverses (en particulier des utilisateurs). Pourquoi les services techniques de la Ville ne consultent pas les futurs utilisateurs des locaux avant le montage des projets ? Cela permettrait d’intégrer dès le début tous les travaux dans le budget d’origine et donc de réduire les coûts car les travaux supplémentaires sont toujours très chers ! Ici il s’agit d’un supplément à 41.000 euros quand même !

Délibération 24 : subvention de 5.000 € à l’Association Valeurs des Quartiers Agora ».

L’objet de l’action est de financer un forum de réflexion autour de questions diverses. Pourquoi n’y a-t-il pas plus de détail sur cette opération qui rappelle un peu la subvention à l’association métouienne vaudaise fin mai (pour mémoire ils avaient obtenu 10.000 € pour organiser leur fête d’anniversaire).

Délibération 38 : subvention de 15.900 à la ville de Sébaco au Nicaragua.

Cette somme est destinée à plusieurs utilisations en particulier de l’achat de matériel informatique.
Pourquoi une telle priorité quand on connait tous la misère de l’équipement informatique de nos écoles ?

Quelques questions avant le conseil municipal de mercredi 26 juin 2013 (partie 1).

MédiaVaulx le 26 juin 2013

Le dernier conseil municipal de l’année 2012-2103 aura lieu mercredi 26 juin à 19 h à l’Hôtel de Ville.

De nombreux sujets à l’ordre du jour et de nombreuses questions qui se posent déjà. Peut-être certains élus auront l’idée de lire ces lignes et de poser de vraies questions. Nous présentons aujourd'hui nos remarques et avis en deux fois vu l'ampleur de l'ordre du jour et donc de la quantités des questions qui se posent aux vaudais.

Délibération 3 : Réclamation et transaction dans le cadre de la construction de la chaufferie biomasse.

La chaufferie est en cours d’achèvement et va bientôt être mise en service. Malheureusement des retards ont été constaté et des modifications sont déjà apportées. Pour les modifications qui sont d’ordres réglementaires et techniques la facture sera de 87.427 euros pour la Ville et ce montant ne semble guère contestable à la lecture des chiffres. Pour ce qui est des retards :

·        La livraison du chantier a été retardée de 298 jours ; ce retard est dû au démarrage tardif des travaux car l’exploitant actuel de la chaudière (Cofely) a rendu ses données avec retard. Une indemnité est due à la ville pour 261.346 euros HT. Or le constructeur ne veut payer cette somme puisqu’il s’agit d’une faute de Cofely et donc la pénalité due a été réduite et ne sera que de 78.930 euros HT. Pourquoi la ville ne se retourne alors pas vers Cofely pour obtenir le montant complémentaire indiqué ? Dans ce même cadre le constructeur réclame des indemnités de retard et la ville a accepté de lui verser 256.101 euros HT alors que le retard de la phase est toujours dû à la société Cofely ? Elle doit donc être mise en cause et ce coût doit lui être reporté.

·        Quel est le coût du retard pour les habitants qui pensaient voir leur facture de chauffage baisser et qui ont donc attendu une année de plus cette nouvelle chaudière surtout cette année où la saison de chauffe a été longue et couteuse ?

·        Qui va fournir en biomasse la chaufferie ? Tarvel qui devait livrer a dû stopper son activité suite aux arrêtés préfectoraux récents. Quel plan B de fourniture a été prévu par la Ville en cas de défaut de Tarvel ? Quel va être le surcoût (au moins sur la partie transport) pour la Ville ?

Délibération 4 : Avenant pour la mission de suivi de la sécurité du chantier.

Un surcoût de 4478,90 euros HT est à payer par la Ville pour la mission CSPS du fait du retard. Comme pour le point précédent pourquoi ce surcout n’est pas imputé au responsable qui semble être Cofely.

Délibération 5 : Bouclage du budget de la chaufferie.

A l’origine le coût de la chaufferie bois devait être de

·         Travaux : 15.189.200 euros TTC

·         Frais de concours et de conception : 306.176 euros TTC

·         Assistance à la maitrise d’ouvrage : 198.324 euros TTC (vu le retard et le surcout, il semble que l’assistant maitre d’ouvrage ne soit pas très performant !)

Total : 15.693.700 euros TTC

Or le bilan final du projet est de 17.293.489 euros TTC.

·         Le dépassement de budget est de 1.599.789 euros TTC soit 10,2 % d’augmentation. Cela correspond à un peu moins de la participation de la ville dans une école comme Wallon (donc à retarder le lancement de la rénovation d’une école de ce type). Cela endette encore un peu plus la ville puisque cette construction est payée pour Vaulx-en-Velin par l’emprunt.

Le bilan de la construction de cette chaufferie est donc mauvais :

·         Le budget a explosé (près de 1,6 million de dépassement de budget),

·         Les finances de la ville s’enfoncent encore un peu plus dans le rouge et la dette des vaudais augmente encore un peu plus,

·         Il y a près d’un an de retard,

·         Il n’y a plus le fournisseur prévu pour la biomasse. Un surcoût est à attendre pour l’exploitation,

·         La baisse des charges pour les vaudais se fera attendre un an de plus.

Il reste à espérer que cette nouvelle chaufferie fonctionnera.

Délibération 9 : Ouverture d’une concertation préalable à la création d’une ZAC avec la construction de 1500 nouveaux logements.

·         Pourquoi encore densifier une zone déjà très dense en logements ?

·      Pourquoi M le Maire, qui avait promis d’autoriser la densification du Mas lorsqu’il aurait une assurance d’avoir la prolongation du tramway T1 vers le Mas puis le centre-ville, se contente-t-il maintenant d’avoir seulement une simple ligne de transport en commun en site propre, c’est-à-dire un trolley avec des voies réservées (ce qui ne coutera rien au Grand Lyon puisque les trolleys sont déjà là et les routes vont devoir être refaites). Un vrai marché de dupe et un torse bombé qui s’est vite dégonflé. La déclaration de M. Genin qui déclarait « 1700 logements ont été démolis. Sans tram on en reconstruit 1700 (Le Progrès du 11 avril) » témoigne du marché de dupes dont Vaulx-en-Velin a encore été victime.

·        Pourquoi autoriser la création de nouveaux logements  sous le couloir aérien de l’aéroport de Bron alors que dans les années 60, l’accord de la mairie pour la création de la ZUP avait été soumis à la baisse d’activité de ce même aéroport dont on sait maintenant que le trafic va doubler dans les 20 ans à venir ?

... A suivre ...

Vivement le 26!

MédiaVaulx le 20 juin 2013

Nous avions souligné, lors de notre compte-rendu du conseil municipal du 12 Juin dernier, la dernière phrase lancée sur un ton humoristique de notre maire, « jusqu’au prochain conseil municipal, je suis encore maire », faisant allusion au rapport de la cour des comptes qui sera présenté le 26 Juin prochain spécifiant qu’il n’aurait pas besoin de s’enfuir à l’étranger.

Alors que va-t-il se passer lors du prochain conseil municipal ? Allons-nous être mis sous tutelle, vu les comptes administratifs de 2012 et du budget 2013 qui a peiné à trouver un équilibre ?

A moins que son trait d’humour ne masque autre chose qu’une simple préoccupation financière ? Il semble en effet moins présent sur le terrain, peut-être moins impliqué. A-t-il des soucis avec son équipe, certains voulant être calife à la place du calife ? Des rumeurs courent sur une infirmière, un professeur d’économie, et loin derrière un professeur de politique qui cherchent à nourrir leur ambition.

Alors le 26 juin ? Un nouveau Maire ? Un Préfet comme tuteur ? Les deux ? Ou une autre nouvelle, avec un Maire apprécié de tous y compris de la Cour des Comptes pour ses finances et sa gestion modèle ?

Ce qu'il faut retenir du Conseil Municipal du 12 juin.

MédiaVaulx le 14 juin 2013

Trois sujets au conseil municipal du 12 juin.

La cantine Grandclément :

Un avenant au marché n°6 « Menuiserie Intérieures Bois et Mobiliers » de la société MVF est mis au vote. Cette société est en redressement judiciaire. Elle a demandé de ne pas réaliser la totalité de sa prestation. Un avenant en déduction est proposé au Conseil Municipal. Plusieurs avis sur le sujet :

M. Clamaron du groupe REVV fait remarquer que la municipalité est  souvent confrontée à des dépôts de bilan et en l’occurrence sur ce chantier qui a dû faire face à trois défaillances d’entreprises. Il souhaite savoir s’il n’est pas possible de faire preuve de vigilance dans le choix des prestataires pour éviter ces perturbations en consultant la situation financière des entreprises qui répondent aux appels d’offre. Il demande que les élus s’investissent un peu plus. La majorité communiste répond qu’il n’est pas possible d’analyser les comptes des entreprises, que le choix est fait en fonction de critères (40% le prix, 60% notation technique) et qu’il  n’est pas évident de tirer une conclusion en analysant un bilan. Enfin il est rappelé qu’une entreprise en redressement judiciaire ne peut être éliminée d’un appel d’offre ni d’un marché.

M Clamaron fait également état d’une erreur sur la date de démarrage des travaux (qui est la date de début de la démolition et non celle du début de la construction). Le Maire n’est pas d’accord. Les enfants et parents de l’école élémentaire qui n’ont plus de cour depuis la rentrée 2011 apprécieront la nuance. Le fait est qu’un projet comporte une date de début et une date de fin. La démolition faisant partie intégrante du projet c’est donc elle qui sert de référence ; mais lorsqu’on ne veut pas montrer que le chantier dure des lustres il vaut mieux choisir une date plus arrangeante.

Mme Lecerf intervient pour juger responsable l’attitude de l’entreprise qui a fait part à la municipalité de sa défection et remercie la maire d’avoir anticipé cette réunion pour que la cantine scolaire soit livrée pour la rentrée.

La résolution est adoptée à l’unanimité.

Le Pole d’Astronomie et de Culture Spatiale (PACS) :

Le conseil prévoit d’attribuer les marchés pour l’exposition permanente. Le budget est tenu sur ce sujet. Par contre des avenants sont prévus d’être passés pour de nombreux lots sur la construction pour un montant de plus de 50.000 euros. Les demandes qui conduisent à cette augmentation frisent l’incompétence ou le club de pieds nickelés. En effet on peut lire entre autres qu’il a été demandé que les distributeurs de boissons soient alimentés en eau, ce qui n’avait pas été prévu (mais qui a bien pu l’omettre ?), que des garde-corps soient positionnés sur des terrasses existantes (tous les maitres d’ouvrage savent que ce type de demande est ultra-classique pour des modifications de bâtiments existants), etc…

Murielle Lecerf fait état de la défection des institutionnels quand à une participation aux frais de fonctionnent (éléments donnés par Le Progrès dans son édition du 12 juin et relayés par Médiavaulx)  et demande au maire de préciser la situation. Ce dernier indique que le financement du PACS sera abordé dans sa totalité en aparté du conseil municipal du 26 juin et que tous les éléments seront donnés à ce moment-là. C’est donc acté : la ville a construit un bâtiment public sans se préoccuper de son coût de fonctionnement et s’en inquiète donc à 3 mois de l’ouverture. Gestion en bon père de famille ? M le Maire précise cependant qu’il est en discussion avec le conseil régional, qui s’il ne participe pas directement en subventionnant le fonctionnement du PACS, fera le nécessaire pour apporter son soutien lors de manifestations thématiques. Il précise aussi que les recettes sont minimisées et qu’avec 80 000 entrées prévisibles nous devrions être en dessous des 250 000 euros nécessaires pour le fonctionnement.  Mme Lecerf intervient pour dire que le groupe PS avait alerté dès le départ en ce qui concerne ces frais de fonctionnement.

M Clamaron fait un rappel des conditions  dans lesquelles s’est construit le Planétarium il y a 30 ans, « l’histoire » de la création de la SEMDEV et ce qui s’en est suivi (voir rapport de la cours des comptes qui est assez éloquent). Il indique qu’il a mené une action en justice qui n’a pas abouti notamment suite à un vice de procédure.  « Nous nous sommes toujours opposés à la création du planétarium et de son extension. Cet  équipement devrait être cédé pour un euro symbolique à la Région ce qui n’empêcherait pas d’altérer son rayonnement sur la ville », dit M Clamaron. Le maire précise que cet équipement fait 50 000 entrées par an et que les enfants des écoles ont la possibilité de venir. 

Mme Gharouri rappelle que la construction du PACS est toujours entachée de suspicions, qu’une enquête est en cours autour du FC Vaulx et de ses fameuses tribunes, de l’appel d’offre du PACS, …

Vœux au Président de la République :

La mort malheureuse du jeune Clément Méric fait l'objet d'une vague d'indignation de la part des groupes de l'exécutif. Il s'en suit un débat quelque peu houleux ou les mots dépassent parfois les pensées. Dans ce genre de situation on oublie qu'il n'y a pas d'un côté la pureté et de l'autre l'obscurantisme. Ceux qui dénoncent le fascisme, la xénophobie, l'antisémitisme ont raison de le faire ; il est toujours bon de rappeler l'Histoire mais ils ne doivent pas oublier  le négationnisme sous toutes ses formes. Rappelons-nous le procès des camps de concentration soviétiques, procès qui a eu lieu en 1949 et qui a mis en évidence un système de déportation en URSS des communistes et non communistes qu'il fallait éliminer car non compatibles avec les idées des dirigeants suprêmes. A l’époque en France on savait, et on n'a rien dit et rien fait mais prétendu que c'était faux au non d'un idéal qui fige les pensées ; on sait aujourd'hui ce qu'il en était.

A retenir l’intervention de Morad Aggoun qui souligne que s'indigner c'est bien. « Mais que sommes-nous capable de faire dans un climat sociétal difficile pour éviter que les gens ne se réfugient dans des idées extrêmes ? », ajoute-t-il.

Fin de conseil en forme de point d’interrogation suite aux propos de M le Maire qui dit « je suis encore Maire jusqu’au 26 juin prochain ». L’annonce du résultat d’un audit de la Cour des Comptes serait-elle à l’origine de ces propos ? La situation catastrophique de notre ville devrait finir par poser problème. Notre endettement est à plus de 14 ans et quelques mois à fin 2012 (NDLR : la mise sous tutelle d’une ville comme la nôtre est obligatoire si la dette est supérieure à 15 ans). Ce seuil  peut-il être atteint en 2013 ?

Quelques questions avant le conseil municipal de mercredi 12 juin 2013.

MédiaVaulx le 11 juin 2013.

Deux points sont à l’ordre du jour du conseil municipal du mercredi 12 juin prochain :

La cantine Grandclément :

Un avenant au marché n°6 « Menuiserie Intérieures Bois et Mobiliers » de la société MVF est mis au vote. Cette société est en redressement judiciaire et elle a demandé à ne pas réaliser la totalité de sa prestation. Un avenant en moins est donc proposé au Conseil Municipal. Deux questions se posent à nous à la lecture de ce dossier :

- N’a-t-on pas pu anticiper la défaillance de cette société ?

- Qui va réaliser les prestations supprimées (à priori la livraison de mobilier) ?

Et une erreur s’est glissée dans le document officiel de l’ordre du jour du conseil municipal : la date de démarrage du chantier était juillet 2011 (démarrage de la démolition) et non le 24 janvier 2012.

Le Pole d’Astronomie et de Culture Spatiale :

Le conseil prévoit d’attribuer les marchés pour l’exposition permanente. Le budget est tenu sur ce sujet. Par contre des avenants sont prévus d’être passés pour de nombreux lots sur la construction pour un montant de plus de 50.000 euros. Les demandes qui conduisent à cette augmentation frisent l’incompétence ou le club de pieds nickelés. En effet on peut lire entre autres qu’il a été demandé que les distributeurs de boissons soient alimentés en eau qui n’avait pas été prévu (mais qui a bien pu l’omettre !), que des garde-corps soient positionnés sur des terrasses existantes (tous les maitres d’ouvrage savent que ce type de demande est ultra-classique pour des modifications de bâtiments existants), etc…

Mais ce sujet n’aborde malheureusement pas le cœur des problèmes : où en est le bouclage du budget de fonctionnement du PACS ? La Ville de Vaulx-en-Velin doit trouver sous 3 mois autour d’un million d’euros de plus par an pour faire fonctionnera son nouvel équipement. Les financeurs de l’investissement ont dit « non » (voir sur le site de l’association du village plus d’infos à ce sujet : www.avvv.fr). Qui va donc payer ? Il est à craindre que ce soit au final les quelques contribuables vaudais qui payent des impôts. Espérons que nos élus prennent ce dossier à bras le corps et commencent à phosphorer dès le 12 juin au soir. Mais rien n’est moins sûr qu’ils trouvent une solution à part encore augmenter les impôts.

Médiavaulx fait le compte-rendu du conseil municipal du 29 mai.

MédiaVaulx le 2 juin 2013.

34 points (lire notre article du 28 mai) étaient en délibérations au conseil municipal du mercredi 29 mai. Nous nous faisions alors état de nombreuses questions qui ont été nullement relayées par les débatteurs. Peut-être est-ce la jeunesse de notre site qui n’a pas permis aux élus de lire nos demandes. Nous tenterons de corriger cette méconnaissance des élus pour le prochain conseil municipal le 12 mai prochain.

Un conseil municipal est toujours un moment important dans la vie d'une commune car il permet de sentir l'implication et les divergences des différents intervenants, l'état d'esprit qui règne entre les différents courants ; le moins que l'on puisse dire est que le courant semble mal passer entre l'exécutif, comme aime à le souligner le maire (trop content de rappeler à chaque fois que c'est lui qui décide) et les membres du parti socialiste.  Le groupe REVV quand à lui apparait plus calme, voire endormi, peut-être le calme avant la tempête des municipales ?  Certain des élus présents semblent faire seulement acte de présence par principe ou par obligation comme Monsieur Charrier qui arrivé une heure en retard est parti téléphoner pendant une demi-heure et apparemment a concentré son attention sur des lectures qui ne concernent pas les sujets du jour. Quant à Madame Arthaud,  son souci de faire travailler la SNCF est à remarquer, puisqu’elle fait le voyage de Paris à nos murs pour faire acte de présence toutes les 5 semaines.

En ce qui concerne la mutualisation des commandes de fourniture (point 2), tout le semble d'accord sur le principe qui conduit à une réduction des coûts. Une question a été posée sur la partie organisation et la non prise en compte de certaines structures dans le dispositif comme c'est le cas pour d'autres communes. Tout n'a pas encore été pensé a répondu l'exécutif, car il a fallu travailler en urgence du fait de la date butoir. Précipitation ou amateurisme ?

La décision de dénommer une nouvelle voie  Rue du 17 octobre 1961 (point 3) n'a pas fait débat, juste une remarque de madame Geoffroy qui se félicitait que la municipalité suive en ce geste la reconnaissance de cet événement  par François Hollande.

L'attribution de nouveaux marchés de travaux pour la restructuration du groupe scolaire Wallon (point 7) a suscité quelques commentaires sur l'optimisme du maire à voir aboutir, pour la prochaine rentrée scolaire, cette restructuration qui a fait maintes fois l'objet de déconvenues. 

L'aménagement des parkings du pôle culturel du Bourg et Tita Coïs n'a pas non plus suscité de débat. Pourtant le problème des places de parking dans notre ville est un sujet récurent qui mériterait une plus grande attention.

La réalisation de travaux sur la voie privée Rue des Droits de l’Homme a été l'occasion de souligner que la municipalité essayait de répondre à ces besoins spécifiques. On notera que le maire a répondu à Mme Lecerf que pour chaque impasse privée, la mairie réalisait quasi systématiquement, en fonction des finances, les travaux de rénovation de voirie, à la demande des riverains, mais que ces voiries restaient privées.

Au sujet du bilan de l’activité de la Régie « Vaulx-en-Velin.com »  (point 12), madame Geoffroy a souligné la qualité du site mais aussi précisé de manière ironique combien cet outil semblait destiné en premier chef à valoriser l'action municipale et en premier lieu son premier magistrat. Bernard Genin s'est défendu avec un sourire non moins dissimulé que dans ce domaine il suffisait de regarder les autres municipalités pour se rendre compte que ces apparitions dans la communication municipale n'étaient pas plus visibles que celle de ces confrères. D'ailleurs une page était destinée à mettre en valeur les personnes s'impliquant dans notre commune. Pour consulter assez fréquemment les journaux municipaux des communes environnantes, nous pouvons dire que notre maire se trouve dans le peloton de tête et peut même viser le premier rang.  Ce que nous pouvons remarquer aussi, c'est que certaines personnes jouant un rôle important sur notre ville et exerçant quelquefois un vrai contre-pouvoir n'apparaissent jamais dans les portraits.  

Affermage de la Maison des Fêtes et des Familles : le principe de déléguer la gestion de cet équipement à un prestataire extérieur a suscité une réaction de la part de lutte ouvrière ou une nouvelle fois le crédo consistant à faire travailler les services municipaux a été mis en avant et ils ont donc voté contre cette résolution.  Le groupe REVV s'est félicité quant à lui du fait que le montant de rétrocession soit indexé sur l'inflation ce qui n'était pas le cas jusqu'à présent et a exprimé le souhait que la revalorisation se fasse dès cette année au lieu de l'année prochaine. Le groupe socialiste a fait, quant à lui, part de nombreuses interrogations pour ce qui est du fonctionnement de cette structure, entre location aux associations, aux particuliers et autres.  Il a aussi posé la question d’une reprise de gestion par le personnel municipal. L’adjoint aux finances a répondu que la mairie devait se centrer sur ses compétences, et que le choix est celui de l’exécutif. Ce qui est paradoxal, c'est que vu le niveau de personnel municipal que nous avons par rapport à d'autres villes qui possèdent des structures équivalentes, pourquoi ne pas en faire une gestion municipale. Le maire a manifesté la volonté de voir le prestataire se tourner vers les entreprises pour occuper les locaux pendant les jours de semaines afin de les rentabiliser. Mais nous avons au sein de la municipalité un service économique et un élu en charge du monde de l'entreprise. Leur mission (promouvoir la ville et attirer des investisseurs et des entreprises sur notre ville) devrait leur permettre de faire cela. Et pourtant ce n’est pas fait ! De la même façon, la régie Vaulx-en-Velin.com fait appel à une régie pour trouver des publicitaires pour le journal, alors que ce même service économique pourrait faire ce travail, étant au quotidien en relation avec les entreprises.

L'attribution de subventions aux associations fait partie des grands classiques du conseil municipal.  La ville est riche de son tissu associatif et nombre d'entre elles sont tournées vers le social. Il est fait part du contexte actuel qui voit les subventions des autres institutionnels dont l'Etat se réduire de manière parfois significative mettant en danger ces structures. S'en est suivi une bataille de chiffres qui met en balance l'action des uns et des autres pour finalement laisser de côté les souffrances des personnes en difficultés ; c’est ce qu'il faut en retenir. Que les difficultés ainsi que la précarité s'accroissent.

L'attribution des subventions aux associations fait parfois l'objet de regards ironiques ou de remarques sous-jacentes comme ce fut le cas pour celle de 10.000 euros à Association de Solidarité Métoubienne pour fêter leurs 30 ans. 10.000 euros qu'il a fallu justifier pour une seule fête alors que pour les 6 fêtes de quartier la somme totale allouée fut de 14000 euros. Deux poids, deux mesures. Ce qui fut souligné par la demande d’explications par le groupe socialiste. Explications qui furent l'objet de commentaires alambiqués de la part du maire à qui l'élu chargé de ce domaine s'est empressé de donner la parole. A force de ne pas jouer la transparence, la municipalité suscite la suspicion, parfois légitime des élus d'opposition. Un mariage entre l'exécutif et le groupe socialiste en deviendrait risible si l'avenir le dessinait. A demi-mot, faire plaisir aux électeurs potentiels d'un quartier ne peut pas nuire.

Pour l'attribution de la subvention au collègue Valdo, un réflexe encore présent a conduit Hélène Geoffroy à mentionner l'action du département dont elle fût encore récemment l’élue dans ce domaine. En ce qui  nous concerne, nous nous félicitons des résultats sportifs de nos élèves et cette subvention destinée à les accompagner ne peut que valoriser leur engagement dans le sport, pour eux, pour leur école mais aussi pour l'image de la ville. 

La Convention de partenariat avec la Ville de Villeurbanne pour le feu d’artifice du 14 juillet a aussi fait débat. Pour le groupe REVV ce fut le montant engagé par la ville qui au vu de la situation financière est jugé disproportionné voir indécent. L'exécutif  se défendit en actant que les Vaudais méritent d'avoir une fête à la hauteur et que c'est le 14 juillet, fête nationale par excellence ce qui justifie un effort financier.  Le maire insista sur le fait que ce n'est pas simplement un feu d'artifice mais aussi un spectacle qui a attiré 12 000 spectateurs et que les prévisions font référence à 18 000 personnes pour cette édition, qu'il était présent lors de la manifestation et qu'il fut surpris d'être félicité par de nombreuses personnes qui trouvaient cela génial. Pour avoir été présent ce jour-là, nous nous me permettons d'ajouter que de la manière dont a été canalisé la foule, les premiers rangs ont peut être vu quelque chose mais les moins bien placés ont sans doute vu les fusées mais pas tout à fait le spectacle. Espérons qu'il en sera tenu compte pour la prochaine édition. Le maire a fait aussi remarquer que les restaurateurs ont été enchanté par cette manifestation qui leur a permis de faire le plein et qu'il est prêt à parier que ces derniers seront favorables pour sponsoriser les éditions futures.

Nous ne nous étendrons pas sur l'adhésion à la charte de coopération culturelle d’agglomération (votée à l’unanimité) car ce sujet et la culture sur notre ville fera l'objet d'un article spécifique et plus complet qu'un simple compte rendu.

Quelques questions avant le conseil municipal de mercredi 29 mai 2013.

MediaVaulx le 28 mai 2013.

34 points sont à l’ordre du jour du conseil municipal du mercredi 29 mai 2013 ; ils vous sont présentés ci-dessous. Après une lecture attentive de l’ordre du jour nous avons listé un certain nombre de questions qu’il nous semble légitime de poser en tant que citoyen de la ville (questions non exhaustives). Si la lecture ci-après vous pose questions ou si avez besoin de renseignements complémentaires, vous pouvez nous joindre via Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. .

·         1 - Actes de gestion accomplis par Monsieur le Maire

·         2 - Mise en place d’un groupement de commandes entre de nombreuses villes du Grand Lyon. Deux questions :

o   Pourquoi Villeurbanne (145.000 habitants) dépense moins en fournitures de bureau que la Ville de Vaulx-en-Velin (42.000 habitants) et qu’en même temps Vaulx-en-Velin dépense 2,5 fois plus que Caluire (pour un nombre d’habitants identique)?

o   Pourquoi ne pas donner au Grand Lyon la mission achats de fournitures ? L’effet de masse serait plus important et la structure existe déjà.

·         3 - Dénomination de deux nouvelles voies au Village. Il s’agit de dénommer une nouvelle voie vers la rue de la digue et de l’appeler Rue du 17 octobre 1961 (date de la manifestation du FLN à Paris lors de laquelle de nombreuses personnes ont été tuées). Même si ce choix est éminemment respectable (et certes politicien), pourquoi en pas avoir choisi des dates plus parlantes pour les vaudais (rattachement de Vaulx-en-Velin au Rhône et sa séparation d’avec Villeurbanne en 1852, arrivée du 1° tramway à Vaulx-en-Velin en 1900, libération de la Ville en 1944, inauguration de la grande digue de protection de la ville en 1956, etc…) ? Pour mémoire Vaulx-en-Velin, par ses rues et places, célèbre déjà quelques évènements nationaux (mais aucun locaux!) comme le cessez-le-feu en Algérie, l’armistice de la seconde guerre, le génocide arménien et la création du Conseil National de la Résistance.

·         4 - Préemption d’un logement et d’un parking place Gilbert Boissier

·         5 – Parc de la Rize – Réalisation d’aménagements et signature d’une convention EDF et syndicat des communes

·         6 - Convention avec l’IME Yves Farge

·         7 – Restructuration du GS Wallon – Attribution de marché des Travaux

·         8 - Aménagements des parkings du pôle culturel du Bourg et Tita Coïs.

o   Pourquoi dans un quartier déjà déficitaire en places de stationnement le réaménagement d’un parking peut conduire à passer de 33 places à 27 soit 20% de places en moins alors que les besoins (que ce soit pour le Conservatoire, les services de la ville installés localement ou les écoles et maintenant la cantine) explose ?

o   Pourquoi ce réaménagement n’a pas été prévu dans le budget original de la cantine alors que cette création l’a imposé ? Cela aurait alors permis d’obtenir des cofinancements.

·         9 – Stade Ladoumègue – Travaux de réfection de toiture et façades.

·         10 - Financement d’aménagements transitoires au Pré de l’Herpe. Une partie du budget demandé est relatif au traitement du Centre Aquatique dans son environnement (en fait la totalité car sans la nouvelle piscine rien de ce qui semble prévu ne serait réalisé). Pourquoi ne pas l’avoir intégré au projet ? Est-ce pour ne pas encore gonfler le budget de cette piscine et de voir alors le chiffre énorme de 19.000.000 d’euros TTC poindre que cela n’a pas été fait ?

·         11- Réalisation de travaux sur la voie privée Rue des Droits de l’Homme.

·         12- Bilan d’activité de la Régie Vaulx-en-Velin.com – Le budget 2012 est en très forte augmentation du fait de l’intégration du coût des agents municipaux (le budget passe de 581.000 euros à 791.000 euros) donc la subvention de la Ville suit cette augmentation puisqu’elle passe de 541.000 euros à 742.000 euros ; cela représente 13 personnes. Dans l’organisation des services municipaux il y a en parallèle un service communication au sein de la municipalité. Les missions sont les mêmes selon le site web de la Ville. Quelles sont les différences entre les uns et les autres s’il y en a? Pourquoi ne pas tout fusionner par souci de simplification et de clarté?

·         13- Bilan d’exploitation de la Maison des Fêtes et des Familles. Pourquoi l’étude de satisfaction n’est pas fournie en annexe ?

·         14 -Affermage de la Maison des Fêtes et des Familles. Pourquoi le principe même de l’affermage de cet équipement n’est pas remis en cause ? Pourquoi une étude technico-économique n’a pas été réalisée pour présenter les deux solutions comparées (l’affermage et le service public) ?

·         15- Attribution de subventions aux Fêtes de Quartier – Somme totale de 14.800 euros pour 6 fêtes.

·         16 – Attribution d’une subvention à la Fondation Agir Contre l’exclusion (FACE) – 5000 euros

·         17- Attribution d’une subvention à l’Association Ecouter et Prévenir – 5000 euros

·         18 - Attribution d’une subvention à l’Association de Solidarité et d’Entraide Métouienne – 10.000 euros pour leur fête des 30 ans

·         19 - Attribution d’une subvention à l’Association Marmite Urbaine – 5000 euros

·         20 – Tournois et manifestations sportives importantes

·         21 – Versement des soldes de subvention aux clubs sportifs.

·         22 – Subvention de l’Etat dans le cadre du Programme interministériel Ville – Vie – Vacances

·         23 -  Attribution d’une subvention à l’association sportive du collège Pierre Valdo

·         24 – Signature partenariat entre la Ville de Vaulx-en-Velin et l’association France Alzheimer

·         25 - Attribution d’une subvention à l’ASLRVV – 1400 euros pour la Fête des 30 ans de l'Association.

·         26 – Convention de partenariat avec la Ville de Villeurbanne pour le feu d’artifice du 14 juillet. Pourquoi, dans une période de crise et de compression des budgets, le coût pour Vaulx-en-Velin augmente en un an de 19,6% (hors frais de personnel Ville) passant de 28.900 euros à 43.562 euros? Pour la même opération la part de Villeurbanne n’augmente que de 15,9%. Pourquoi ne respecte-t-on pas le ratio du coût en rapport de la population tout en gardant un coût global identique entre 2012 et 2013 ce qui permettrait alors de ne payer que 23.650 euros au lieu de 43.562 euros soit donc une baisse de 18,2 % contre une hausse prévue de 19,6% ?

·         27 – Adhésion à la charte de coopération culturelle d’agglomération

·         28 – Attribution de subvention au festival « Archisound » - 1000 euros

·         29 - Attribution de subvention complémentaire à l’association Fédération Vaudaise du Hip-Hop et des Cultures Urbaines (FEDEVO – FVHHCU) – 3000 euros

·         30 – Sollicitation de subvention auprès du CNDS pour le financement du Centre Aquatique

·         31 – Partenariat pour la mise en place du chantier jeunes Vaulx-en-Velin pour l’été 2013

·         32 – Attribution de chèques vacances aux bénéficiaires des chantiers d’été

·         33 – Rémunération d’un formateur GTPI pour la Police Municipale

·         34 – Renouvellement du Poste de Chargé de Coopération Décentralisée.

Sous-catégories