Les bons sentiments mais à distance.

Share

Lundi 10 novembre 2014.

Une fois de plus , les « ROMS » font la une Vaudaise. Squattant depuis l’été un site le long du futur BUE à la Soie, ils sont l’objet de toutes les attentions de la ville de Vaulx-en-Velin, de la Préfecture, des riverains et de quelques beaux penseurs disserteurs sur le malheur du monde et le bien vivre ensemble.

Ces beaux penseurs ont entrepris de s’opposer aux riverains en colère contre le campement ROMS. A leur tête on retrouve un Président de Centre Social bien connu localement. Bien connu pour ses amitiés plus que marquées pour l’ancienne majorité (il était sur la liste de Maurice Charrier en 2008 et était soutien de Bernard Genin en 2014). Il attaquait donc en fin de semaine les riverains habitants positionnant par la même occasion son centre social sur le terrain politique (est-ce la mission d’un centre social d’être autant partisan ?). Dans quel but ? Pour défendre quelles valeurs aujourd’hui alors qu’il était aux abonnés absents il y a un an lors des manifestations contre l’ancien camp de ROMS de la rue Salengro ? Le plus étonnant mais souvent le plus récurrent c’est la facilité d’avoir de bons sentiments à distance. On connait cela dans les milieux bobos artistes germanopratins parisiens qui sont les premiers à s’enflammer contre les expulsions d’illégaux ou pour le Droit Aux Logements pour tous mais vivent dans le luxe de l’entre soi. Maintenant il va falloir s’habituer à avoir la même chose à Vaulx-en-Velin. En effet, où habite donc notre Président aux bons sentiments ? Au Centre-Ville, dans un beau logement social assez récent à deux pas du Casino. Loin de remettre en cause la façon dont il a pu obtenir un tel logement (ex proviseur de collège était-il prioritaire ou connaissait-il les bonnes personnes ?), il reste que le centre-ville est assez peu touché par les campements de ROMS. Loin des problèmes quotidiens des riverains concernés, il est facile de donner des conseils sur le bien vivre ensemble quand on n’en a pas les tracas chaque jour, chaque heure, chaque minute.

Mais il n’est pas le seul à donner des conseils à distance et à prêcher pour le vivre ensemble mais de loin… Les nouveaux chefs du Collectif Roms Solidarité Vaulx-en-Velin sont dans la même situation que notre président de Centre Social. L’une habite dans une maisonnette dans son quartier préservé du Pont des Planches, un autre réside dans sa maison collective en bout de lotissement au village et le dernier use d’un logement municipal au-dessus d’une école là aussi au village (il y aurait encore de quoi dire mais ce n’est pas le sujet…). Alors qu’elle légitimité ont-ils à part celle des bons sentiments ? En tous cas pas celle de la connaissance comme riverain du sujet. Et très bizarrement ils ne demandent pas le déménagement du camp (on ne sait jamais il pourrait venir à côté de chez eux !) mais sa sédentarisation. Et quand l’un d’entre eux, encore conseiller municipal il y a huit mois, demande des bennes à déchets et des toilettes de toute urgence, il ne se rappelle plus que son ancien chef n’en voulait pas et que bizarrement on ne l’a pas trop entendu à l’époque sur ce sujet.

Et puis il y a les disparus. Les disparus des élections de mars dernier qui se sont transformés en pros du harakiri au conseil municipal. Au premier rang desquels la famille Charrier. Engloutis. Evanouis. Le père que l’on savait parti sous d’autres latitudes pour couler une retraite heureuse et calme loin de ses mauvaises œuvres des années 80 et 90, semble avoir été suivi par sa fifille, la princesse. En effet point de Sophie Charrier signataire de la moindre motion de soutien aux ROMS, point de princesse à la tête de la même toute petite contre-manifestation, point de fifille pour aider à la distribution de vêtements aux nécessiteux du camp. Non point du tout. Et même ses copines ont disparu englouties pas la vague PS-PRG-APVV de mars dernier. Il faut dire que la princesse n’était pas très popu. Elle qui a toujours habité au village (là aussi dans un logement social …. Il faudrait peut-être que finalement, un jour, quelqu’un s’occupe de la facilité avec laquelle les anciens élus pouvaient obtenir des logements sociaux quand certains vrais nécessiteux faisaient la queue sur la liste d’attente !) ne se faisait voir que lors de réunions bien famées ou à l’étranger (souvenir - souvenir avec le fameux voyage au Japon lire ici).

Un vrai mode de fonctionnement que cette avalanche de bons sentiments surtout lorsque l’on est dans la quiétude de son emploi ou de sa planque pépère, ou bien dans la tranquillité de la bonne distance avec les problèmes. Comme l’ont été nos élus durant des dizaines d’années…

En attendant, pendant que certain font part de leurs bons sentiments à distance, le problème des campements de Roms subsiste. Les expulsions ne font que les déplacer d’un point à un autre et finalement tous les ans ou tous les deux ans les mêmes questions reviennent sur le tapis. La manifestation de samedi à trouvé un faible écho, le jeu politique à dû faire son œuvre et certain pris entre le marteau et l’enclume ont préférés se faire discret. Ceci fera peut être le jeu de la préfecture qui doit prendre en charge le plan grand froid sur l’agglomération et profitera du faible rapport de force pour maintenir le camp jusqu’en avril. Les gouvernements respectifs n’ont jamais pris leurs responsabilités se mettant en porte à faux avec Bruxelles. Il y a peu les instances européennes ont reçus une plainte après le refus de la mairie de Villeurbanne, en décembre dernier, d’accorder le droit de vote à des ressortissants de L’UE, sous prétexte qu’ils étaient sans domicile fixe. La ligue des droits de l’homme y a aussitôt vu une discrimination à l’endroit des Roms. Selon la loi de 2007, les SDF y compris de l’UE désireux de s’inscrire sur une liste électorale peuvent élire domicile auprès d’un centre d’action sociale. Manuel Valls par une circulaire du 25 juillet 2013 précise que cette règle ne s’applique que pour les élections Européennes mais va se faire retoquer par Bruxelles. Il y a pour l’instant un point sur lequel tout le monde est d’accord…..Se débarrasser du problème chez les voisins.

V.L