Qui est vraiment en colère ?

Share

Jeudi 17 septembre 2015

Les écoles sont en colères, pourtant la situation ne nous parait pas aussi alarmante que porte à croire les revendications et l’appel à un rassemblement devant la marie le lundi 21 septembre à 18 heures. À moins que des éléments nous aient échappé. C’est une adresse Parents Maternelle GrandClèment sur Facebook qui semble propager l’appel. Étrangement sur le site des parents d’élèves de l’école Grand Clément  ( http://maternelle1.canalblog.com/) aucune trace d’appel à la grève ni d’une quelconque remarque ou revendication.  

Il y a certainement eu une maladresse du côté de la municipalité en rompant les contrats de certaines ATSEM en les prévenants trois semaines avant la rentrée. Apparemment d’après les propos de Madame la Maire dans le quotidien le Progrès cette décision n’a pas été prise sans raison. Des éléments relatifs à un taux d’absentéisme élevé en seraient la cause avec pour conséquence une explosion du budget de ce poste de dépenses. Apparemment à ce jour, chaque classe a son ATSEM ce qui est le cas de l’école maternelle Grand Clément. Ce n’est donc pas avec un objectif de compression de personnel que la décision de rompre les contrats a été prise. D’ailleurs nous pouvons souligner l’effort de la municipalité qui va au-delà de ce qui est prévu par la loi avec une ATSEM pour deux classes.

Dans le secteur privé, c’est monnaie courante que d’attendre la dernière semaine pour renouveler un contrat ou non, et effectivement nous comprenons que ce n’est pas une situation facile à vivre lorsqu’un contrat cesse.

Nos lecteurs l’auront remarqué nous ne sommes ni  des partisans de la municipalité, ni de l’opposition. Nous avons le désir d’être juste tant que faire se peut. Par exemple, nous avons du mal à comprendre comment une adjointe de quartier peut habiter à plus d’une heure de Vaulx-en-Velin et être impliquée dans le quotidien des habitants. Nous avons également  donné notre avis sur la dépense (1 million d’euros)  que la municipalité a faite pour acquérir  l’hôtel du nord de  Stéphane Bertin. Un machin dont nous nous demandons à quoi il va bien servir. Il est vrai que comme le Canard  Enchainé en ce moment il est plus facile de faire des rémarques sur l’exécutif que l’opposition, surtout la nôtre qui est quasi inexistante et n’a manifesté jusqu'à présent que des démissions et des dissensions internes.

Cependant concernant les écoles nous pensons que la municipalité respecte ses engagements et tente de rattraper le temps perdu. À notre connaissance aucune école n’a été privée de budget ni de personnel. Au sujet du périscolaire nous avons pu lire de la part de ceux qui revendiquent les mots suivants « L'équipe du périscolaire a été totalement renouvelée avec un référent Jérémy très sympathique, mais surtout accessible. À ce sujet, une réunion sur le périscolaire sera organisée très prochainement (avant le 18 septembre à priori) ». Pour l’instant il n’y aurait donc pas d’inquiète, la réunion devrait avoir lieu d’ici la fin de semaine. Inutile de mettre la charrue avant les bœufs. En faisant le point de la situation tout nous incite à comprendre qu’il n’y a rien qui va, mais également rien qui ne va pas. C’est comme si l’on souhaitait stocker du sucre et de la farine au cas où !

Nous serions tentés de croire comme Stéphane Gomez que quelques personnes cherchent à alimenter la polémique afin de combler un vide médiatique. D’ailleurs sur les réseaux sociaux les personnes qui s’expriment sont souvent des proches de l’ancienne municipalité. Attention de ne pas tomber dans des travers stériles. Nous sommes lassés des discours qui renvoient  à l’ancienne municipalité tous les maux de la ville. À un moment donné il faut travailler et faire fis du passé sans pour autant l’exonérer. D’autant que s’il y avait des remarques à faire sur les choix de l’ancienne municipalité, il aurait été plus compréhensible de s’exprimer et s’y opposer  plutôt que de les suivre.  

Tout ce qui gravite autour de l’école devrait être sanctuarisé et ne pas faire de l’objet de polémique lorsqu’elle n’a pas lieu d’être. Peut-être y a-t-il effectivement un manque de communication. A notre connaissance Hélène Geoffroy a toujours répondu aux demandent de rencontres  des directeurs d’écoles. Il est sans doute utile de planifier des rencontres régulières pour montrer que sur la question des écoles la municipalité est présente auprès des enseignants et des parents d’élèves. 

V.L