Manifestations ou affrontements

Share

 

Vendredi 8 avril 2016 

Une vague de caillassage envers les forces de l’ordre sévit depuis lundi devant le lycée Robert Doisneau de Vaulx-en-Velin. Plusieurs interpellations ont eu lieu  jeudi soir pour avoir lancé des projectiles sur la police à plusieurs reprises. L’un des protagonistes, seulement âgé de 11 ans (ce n’est malheureusement pas un lycéen précoce) avait un lance-pierre en sa possession lors des attaques. Le bilan des interpellations s’élève dorénavant à 15 depuis le début de la semaine et le mouvement continu. 

La manifestation contre la loi sur le Travail est en train de se transformer en conflit contre les forces de l’ordre. Il y aurait une montée en puissance d’individus qui sont là pour des violences à l’égard des policiers. D’ailleurs les lycéens ont été reçus à la mairie jeudi matin dénoncent la présence d’élément incontrôlable dans leur entourage.

Ce qui se passe à Vaulx-en-Velin n’est pas sans poser quelques questions, car c’est le seul lycée de la région qui se trouve dans cette situation. À deux mois du bac, il y a de quoi inquiéter les parents.  La secrétaire d’État de passage à Lyon ce matin aurait pu faire une halte au lycée Doisneau pour discuter avec les manifestants.    

La municipalité n’a pas souhaité s’exprimer sur le sujet. Étonnant pour une ville dont l’éducation est la priorité.

En parlant d’éducation, il serait bien que les élus respectent leur engagement vis-à-vis  des conseils d’école. Des enseignants et des parents s’investissent pour que les conseils fonctionnent et attendent des réponses que seuls les élus sont en mesure d’apporter. La palme d’or reviendrait même à l’adjointe chargée de l’éducation Kaoutar DAHOUM qui assurant de sa présence ne vient pas. Beaucoup de questions, mais pas de réponses, car personne de la mairie ? 

Et puis nous tenons à souligner l'attitude de Laurent Wauquiez. Lors du prochain conseil régional qui se tiendra les 13 et 14 avril prochains, Laurent Wauquiez va soumettre au vote une demande de subvention de 50 000 euros en faveur du syndicat étudiant marqué à droite l'UNI, le candidat du parti Les Républicains avait régulièrement déclaré vouloir mettre fin au "clientélisme" de l'ancien président du conseil régional Jean-Jack Queyranne. Encore des paroles en l’air. 

C.A