Le sport de demain : l’esprit, le but, la pratique

Share

Lundi 11 mai 2015

Le sport est devenu un phénomène de société. Son rôle dans la vie sociale a pris une nouvelle dimension.

Dès lors, comment réguler ce mouvement pour trouver l’équilibre dans les divers domaines qui le caractérisent (éducation, vivre ensemble, intégration, rayonnement de la ville). C’est l’équation qui est posée au nouvel exécutif Vaudais. Celui-ci ne part pas de rien. Vu l’insistance de Bernard Genin sur le sujet pendant la campagne des municipales, suite à un article paru dans le mensuel Lyon-capitale qui plaçait la ville de Vaulx-en-Velin en tête dans l’agglomération en terme de budget. Le tissu sportif Vaudais est d’importance et diversifié dans sa forme et sur la nature des activités proposées. Mais caractériser une activité sur le seul élément budgétaire n’est peut être pas la meilleure façon de l’appréhender et rien de plus naturel que de chercher à l’améliorer pour la rendre encore plus efficace et accessible au plus grand nombre. À condition de le faire ce dont nous ne doutons pas sans esprit partisan et revanchard.

Le sport n’existe dans une ville que par la force des bénévoles qui le font vivre. C’est l’élément fondamental. Sans les bénévoles qui engagent leur temps la semaine comme le week-end une multitude de clubs ou d’associations n’existerait pas. Pour cette raison aucune synergie ne peut être envisagée sans les impliquer dans la démarche. La municipalité à un rôle politique à jouer en définissant un cadre et des orientations afin que la pratique sportive participe à la cohésion citoyenne dès le plus jeune âge jusqu’au plus tard dans la vie. Il semble que dans l’exposé municipal ce point n’a pas été suffisamment souligné à notre humble avis.

Jeudi 7 mai, Le premier adjoint aux finances, et pour l’occasion délégué aux sports, accompagné du directeur du service des sports poste nouvellement créé nous a apporté quelques précisions sur les objectifs de la municipalité pour les 49 associations et 8000 licenciés (9500 en tenant compte des associations sportives scolaires). Les états généraux du sport de décembre dernier ont servi de fondation au plan que veut mettre en place la ville de Vaulx-en-Velin. Ce plan n’est pas une révolution, mais une suite logique d’orientations qui caractérisent comment le sport doit interagir dans notre ville pour qu’il soit un vecteur d’émancipation, de bien-être en termes de santé aussi bien physique que mentale, d’éducation, de développement personnel …..Et la liste est longue de tout ce qui est rendu possible par la pratique sportive que ce soit de manière collective (en groupe, en famille, entre amis...) ou individuelle.

À commencer par la création d’une école municipale des sports pour le primaire afin de proposer aux enfants un parcours découverte. Cela semble un objectif intéressant, car tous les parents pour diverses raisons ne s’inscrivent pas dans la démarche sportive. C’est l’élément initiateur qu’il faut garantir par la suite pour qu’un enfant qui a trouvé son moyen d’expression puisse poursuivre. L’école municipale ne rentrera-t-elle pas en concurrence avec l’USEP. C’est une question que nous nous posons ? La question du sport au féminin est d’importance, « En France, les femmes ont 2 fois moins accès que les hommes à la pratique sportive dans certains territoires.Le taux de licenciées féminines dans certaines fédérations sportives très populaires est de seulement 4%. Et seules 20% des femmes qui font du sport le font dans un club » peut-on lire sur le site du ministère de la ville de la jeunesse et des Sports.

Les objectifs proposés sont ambitieux. Mais quand l’ambition n’est pas celle de la grenouille qui veut devenir plus grosse que le bœuf, elle est un moteur d'action pour avancer en se dépassant. Il y a donc pain sur la planche pour notre équipe municipale et un vrai challenge à tenir.

Deux aspects sont également à mettre en avant. Le financement et les structures sportives. Sur le premier point si l’on en croit les débats au sein du conseil municipal la révision des critères de subvention est attendue avec impatience. Il a semblé nécessaire au nouvel exécutif de rétablir la transparence et l’équité dans le montant des subventions attribuées. Le prochain conseil municipal devrait être animé puisque les critères et les conditions d’attributions devraient être exposés.

Le second point concerne les équipements sportifs. C’est un peu le côté casse-tête pour l’exécutif, car pour maintenir et financer de nouvelles structures il faut des espèces sonnantes et trébuchantes. Sans être la disette, ce n’est pas l’euphorie dans les caisses municipales. Dans ces conditions ce n’est pas simple de répondre à tous les besoins, à commencer par la priorité donnée à la rénovation et la construction des écoles.

C.A