Élections parents d’élèves Grandclèment (suite)

Share

 

Vendredi 12 octobre 2018

MédiaVaulx ne fait que transmettre un contexte qui peut faire l’objet d’interprétations légitimes. On peut nous en faire le reproche à travers les réseaux sociaux et nous l’acceptons. Le droit d’expression est un droit important et c’est une  grande liberté que possède notre pays. Notre site, dispose d’une adresse mail qui permet à ceux qui le souhaitent de nous laisser un message, voir d’exercer un droit de réponse.

On peut nous accuser d’être politisés et de ne pas signer nos articles. A-t-on à un seul moment imaginé que le journal municipal lorsqu'il fut conduit par un journaliste membre du parti socialiste aujourd'hui à la retraite ait été politisé ? A-t-on imaginé un seul instant que tous les articles du journal municipal étaient validés par le cabinet du maire ? Non, car il y a une question d’éthique à respecter et ceux qui dirigent la ville sont très à cheval sur l'éthique c'est bien connu.   Quant aux articles non signés, ce n’est pas le seul apanage de notre blog, celui tenu par un proche du PS ne l’est-il pas tout autant et pourtant personne ne s’en plaint.

Nous ne prêtons des ambitions à personnes, mais lorsque Monsieur Forca élu d’opposition rapporte qu’Hélène Geoffroy lui a fait part qu’il n’était pas éthique qu’un conseiller municipal soit également élu comme parent d’élève et que celui-ci a suivi sa recommandation, il est curieux qu’une conseillère municipale de l’exécutif ne suive pas la même démarche. CQFD. Et qu’effectivement dans ces conditions en ayant deux casquettes ce ne n’est pas toujours évidents d’être objectif. Rien dans nos remarques qui ne posent autrement que cette question.

Les tensions entre parents d’élèves de l’école Grandclèment ne datent pas d’aujourd’hui, si l’association qui gérait le sou des écoles a été dissoute ce n’est pas de la faute de MédiaVaulx, au contraire nous aimerions bien que tout le monde œuvre en commun pour le bien de notre ville et de ses habitants en faisant par exemple une marche blanche pour inciter la municipalité à lutter contre les incivilités routières.

Et si les uns nous font le reproche de manquer de discernement et prêter de mauvaises intentions d’autres expriment leur mécontentement et attendent démocratiquement une réponse ce qui prouve que nous avons raison de signaler un climat qui manque de sérénité  . Comme quoi tout est question de point de vue. Et puis question politisation, nous verrons bien à un moment donné qui soutient qui et qui distribue des tracts pour qui. C'est aussi de la démocratie.  

Capture-parent2

Capture-parents1

Et si comme il est écrit dans le courrier ci-dessus chacun mettait de la bonne volonté pour travailler en commun pour le bien des enfants. 

Ce serait une belle réussite.