Les belles rencontres de la métropole

Share

 

Mercredi 14 novembre 2018

Avec Les Belles Rencontres, le président de la Métropole de Lyon veut échanger avec les habitants et les habitantes pour comprendre comment ils vivent leur territoire au quotidien mais pour cela, il faut leur laisser la parole mais voilà, il est difficile d’empêcher de parler nos élus.

"Bouah ! c’est uniquement de la com’ pour faire croire qu’on écoute les gens", s’énervent tout de suite Clémens et Mattéo, quand on leur propose de couvrir la session Bron/Vaulx/Chassieu/Jonage des Belles Rencontres organisée par David Kimelfeld à l’espace Albert Camus de Bron le 8 novembre dernier.

Ce jugement définitif n’est pas sans fondement. On pourrait critiquer le fait qu’à 19h45, trois quart d’heures après le début officiel de la rencontre, les 150-200 personnes présentes en sont encore à subir un film sur les compétences de la Métropoles et à écouter la maire du 3e arrondissement, Catherine Panassier, évoquer l’importance de la consultation pour la Direction du Débat public et de la Prospective du Grand Lyon. "On veut mieux vous connaitre. Et si vous avez d’autres questions j’y répondrai avec plaisir", ajoute la par ailleurs dynamique remplaçante de Thierry Philip, s’adressant à un public qui n’a pas encore pu en placer une.

Au moment où le public va enfin avoir de la place, seconde raison de déchanter : les questions sont posées à l’élu David Kimelfeld par d’autres élus qui sont venus à ces Belles Rencontres non pas pour répondre aux questions, mais pour en poser. Et effectivement le niveau de technicité de leurs interrogations est assez élevé. L’ancienne VP culture et adjointe au Maire de Décines, Farida Boudaoud, demande ce que va faire David Kimelfeld pour lutter contre la prévisible abstention aux prochaines élections européennes.

Nicolas Cristin, jolie moustache et conseiller municipal à Bron, se lance dans une question-exposé concernant la transformation de l’autoroute A6/A7 en boulevard ("il ne s’est encore rien passé"répondra en souriant le président de la Métropole).

Yves, ancien conseiller municipal à Bron de 2001 à 2008, se demande si la gratuité dans les TCL ne serait pas la solution, tandis qu’une actuelle conseillère municipale de Vaulx-en-Velin (devinez qui…) reçoit des applaudissements nourris pour sa proposition de "casser le contrat qui lie la Métropole avec l’exploitant de la navette RhônExpress qui est plus cher qu’un billet d’avion pour Barcelone".

David Kimelfeld, devant qui on s’étonnera de la présence d’autant d’élus dans le public qui devait rassembler de simples citoyens, propose une explication : "ce sont des élus, mais pas des élus de la Métropole, ils sont contents de venir échanger avec nous".

Le Président de la Métropole de Lyon, organisateur, s’étonne par ailleurs de la différence entre cet épisode des Belles Rencontres et celui qui l’avait précédé à Feyzin : "là-bas on avait eu plein de questions sur la sécurité. Ici pas une seule, mais au contraire beaucoup sur les problématiques de transport".

Le constat est juste, les questions sur les transports foisonnent : "Quand est-ce que le tramway va venir jusqu’au Mas du Taureau ?" ou bien : "pourquoi la gare de Saint-Exupéry est-elle sous utilisée ?", ou encore : "Y aura-t-il une voie de circulation spécialement réservée au covoiturage quand l’autoroute qui entre dans Lyon n’en sera plus une ?" Mais aussi "A quand des Vélo’v au-delà de Lyon et Villeurbanne ?"

Parfois David Kimelfeld répond seul, parfois il donne la parole aux Vice-Présidents venus lui prêter main forte. Pierre Hémon explique les négociations qu’il est en train de mener avec Jean-Michel Longueval, maire de Bron également présent, pour déterminer l’emplacement des 4 stations Vélo’v prévues pour l’année prochaine dans cette ville.

Michel Le Faou refuse de citer le nom de l’exploitant (Vinci ndlr) du Rhônexpress et reconnait que casser le contrat "avant 2038 sera très difficile" (hurlements dans le public). Mais pour le tramway jusqu’au Mas du Taureau de Vaulx il est plus rassurant "même si la majorité politique change en 2020, le prolongement du tramway est si avancé que l’on ne reviendra pas dessus".

C’est une bonne nouvelle pour les Vaudais, mais comme rien n’est inscrit prochain plan de mandat du SYTRAL rien en vue de concret avec des données chiffrées et un date de planification. Si Michel Le Faou  à des informations concrètes merci à nos élus de nous informer.

Les échanges continuent à un bon rythme, ils se prolongeront autour d’un verre de jus d’orange et d’olives noires à grignoter bien après la sonnerie de fin de Belles Rencontres. Le ton est souvent cordial, mais on mesure aisément le chemin qui reste à parcourir pour que les citoyens se sentent à l’aise devant leur collectivité territoriale. 

Alors que David Kimelfeld explique que les collèges sont une charge assez lourde pour que la Métropole n’en demande pas plus, Cathy Bergame, une habitante interloquée, ne manquera pas de s’étonner : "pour vous l’école c’est la Mairie, le collège c’est vous la Métropole, le lycée c’est la Région[François Xavier Pénicaud, conseiller régional Modem est assis sagement] et l’Université c’est l’Etat. Mais vous devez comprendre que nos enfants ne sont pas des saucissons qu’on découpe en tranches"