Ce n’est pas de la pipe ?

Share

Vendredi 8 février 2019

Les grandes manœuvres ont débuté pour l’élection des conseillers métropolitains.

Pour le mandat 2014-2020, les conseillers métropolitains étaient « fléchés ». Les candidats amenés à aller siéger à la Métropole étaient donc directement indiqués sur les listes aux élections municipales dans leurs communes. Ils étaient donc élus de façon indirecte via les élections municipales. Il s’agit donc nécessairement de maires et conseillers municipaux et issus principalement de la majorité municipale.

Actuellement, le conseil métropolitain compte au moins un représentant par commune. Vaulx-en-Velin en possède 5. (Hélène Geoffroy, Murielle Lecerf, Stéphane Gomez, Morad Aggoun pour la majorité municipale, Bernard Genin pour l’opposition).

À partir de 2020, cela ne sera donc plus le cas et les places seront chèrement négociées. Pour deux raisons notamment :

Une définition de liste par circonscription au suffrage universel direct avec parfois un nombre de sièges parfois inférieur au nombre de communes. Par exemple, la circonscription Val-de-Saône est composée de 25 communes pour seulement 14 sièges dans le futur conseil métropolitain. C’est donc mathématique.

Avec la fin du fléchage, il faudra constituer des listes distinctes pour les élections métropolitaines. La composition des listes sera certainement réalisée de manière à essayer de représenter au mieux les communes de la circonscription. Mais rien n’est assuré. En fonction du résultat, rien n’assure les listes d’obtenir assez d’élus permettant de représenter toutes les communes de la circonscription. Notamment pour celles qui en comptent le plus.

Par ailleurs, la création de listes métropolitaines entraîne un nouveau cas de figure : il sera possible d’être conseiller métropolitain sans être conseiller municipal. Et donc sans être directement rattaché à une commune ou même mieux, avec la possibilité pour une commune de se retrouver avec un membre de leur opposition élu à la Métropole de Lyon contrairement à eux et gérer des dossiers stratégiques pour leurs communes. Et avoir d’une certaine manière davantage de pouvoir qu’eux. Et c’est ce qui pourrait se passer pour Vaulx-en-Velin dont la circonscription Rhône-Amont est composée de en sus de Vaulx-en-Velin de Décines, Jonage, Meyzieu des villes qui sont de droite et en plus les vaudais sont parmi les plus grands abstentionnistes.

Il ne fait depuis quelques semaines plus aucun doute sur la prétention de David Kimelfeld à vouloir conserver la tête de la métropole et la réversibilité des vestes commence à battre bon train, car le président en exercice à une bonne probabilité d’être réélu. C’est parfois drôle si l’on s’en tient aux paroles passées mais chaque élection est le moment d’un grand pardon au moins sur le signe de l’intérêt personnel tous ne lui ont pas pardonné d’avoir coupé les ponts avec le PS lors de l’avènement d’Emmanuel Macron. « On dirait un conseil fédéral du PS », s’amusait le premier secrétaire du Parti socialiste du Rhône, et élu villeurbannais, Yann Crombecque, face à tant de visages familiers lundi lors de 4e soirée de ses « Belles rencontres » de la métropole. Car élection rime avec indemnité et pour beaucoup c’est un élément non négligeable.

Mais pour être élu, il faut attirer l’électeur et pour le vaudais l’argument c’est le tramway. Et le président de la métropole d’annoncer le tramway à Vaulx-en-Velin au « au cours du prochain mandat » ceci à plusieurs reprises depuis quelques jours. Donc voilà l’argument de la campagne des socialistes vaudais pour les élections municipales et métropolitaines.

L’arrivée du tramway à Vaulx-en-Velin ne peut que me réjouir, et d’ailleurs cela anime les médias sociaux et les groupies socialistes.

Pour me convaincre du bien-fondé de la promesse (je n’oublie pas que les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent) j’ai besoin de trois éléments. Un budget, une date, un tracé. À partir de là je pourrais commencer à envisager de poser des rames sur les rails.

A priori, ce serait la ligne T1 (celle qui dessert la Doua) qui serait prolongée. Elle passerait par Saint-Jean à Villeurbanne avant de rejoindre Vaulx-en-Velin.

Cependant et c’est une question que je ne suis pas le seul à me poser il n’existe pas de tracé, même schématique et d’après quelques informations il serait question du BUS C3.

Plan de déplacements urbains - Agglomération Lyonnaise - 2017/2030

Amélioration des dessertes en transports en commun

« La politique de la ville a comme objectif de ≪ favoriser la pleine intégration des quartiers dans leur unité urbaine, en accentuant notamment leur accessibilité en transports en commun ≫ (article 1 de la loi de programmation pour la ville et la cohésion urbaine du 21 février 2014). S’ils ne constituent pas l’unique solution pour aider à l’intégration des quartiers, le faible taux de motorisation des habitants fait jouer aux transports en commun un rôle essentiel pour atteindre cet objectif. À partir de diagnostics mobilité des quartiers, les besoins en offre de transports collectifs, si nécessaire a haut niveau de service, pour la desserte des quartiers politique de la ville, pourront être approfondis. En cohérence avec le contrat de ville métropolitain, deux études de niveau stratégique et prospectif sont prioritaires dans le cadre de la programmation du PDU. Elles concernent la desserte tous modes des quartiers de Villeurbanne et Vaulx-en-Velin Saint-Jean / Mas du Taureau d’une part, et du quartier Arsenal / Carnot-Parmentier a Saint-Fons d’autre part. Cette étude sera réalisée dans le cadre du protocole de préfiguration NPNRU pour éclairer la programmation des interventions sur la politique de la ville d’ici 2027 ».

Une affaire à suivre…

Thomas Petragallo