Rodéo à moto et cagoule.

Share

 

Dimanche 4 août 2019

Elle a raison Liliane Badiou lorsqu’elle précise que la vidéo surveillance ne sert à rien. Suite aux événements du mois de juillet, aucune arrestation n’est parvenue à nos oreilles et d’autre part, la folie des rodéos à moto s’empare de la ville.  En effet, têtes cagoulées et plaques d’immatriculation masquées c’est la fête dans les différents quartiers de Vaulx-en-Velin et les automobilistes comme les passants ce doivent d’être très attentifs des que le bruit d’un engin se fait entendre.  Que celui qui peut prétendre à une amélioration lève la main !!!!

Car on ne peut pas dire que la ville ait beaucoup progressé dans ce domaine malgré l’arrivée massive de policiers municipaux.  Le 31 mai 2018, la municipalité annonçait des policiers municipaux armés, une brigade canine, des brigades de nuit et 80 caméras de surveillance dernière génération et tout cela dans une mise en scène politique dont Hélène Geoffroy c’est fait une spécialité.

Pourtant le problème était identifié lors des municipales 2014 comme étant prioritaire, les vaudais comme tout autre citoyen ayant droit à la tranquillité publique et au respect de la loi. 6 ans plus tard, à l’aube des municipales 2020 pour lesquelles Hélène Geoffroy  vise un second mandat, le million d’euros mis sur la table en urgence  n’ont produit aucun effet.

S’il est facile de décréter la construction d’une école et de la construire, améliorer la sécurité publique est une autre paire de manches, car cela nécessite en premier lieu de prendre le risque de débordements. Alors on tempère et le mal s’amplifie.  

Quelle va être la stratégie de la commissaire de police fraichement nommée ? Caroline Legrand succède à Sidonie Laroche, partie à Villeurbanne en tant que responsable du commissariat de Villeurbanne et de la division Est lyonnais de la police nationale. Commissaire depuis six ans, Caroline Legrand a fait ses armes à Rouen. Vaulx-en-Velin est sa troisième affectation à ce poste.

Il semble que Vaulx-en-Velin soit un peu une sorte de passage obligé afin de servir de tremplin pour une mutation plus prestigieuse.

La sécurité et la tranquillité publique s’inviteront probablement comme un point fort des élections municipales. Ce ne sont pas les quelques travaux d’intérêt général  et médiateur qui peuvent apporter la réponse suffisante. Ni les phrases toutes faites telles que : « Cette flambée de violence est liée au processus de transformation urbaine que nous menons, et qui bouscule ce qui est enraciné dans la ville en termes de trafics ».

Les propositions des uns et des autres vont donc être très intéressantes.

Thomas Petragallo