Le vert m’irise le poil

Share

Dimanche 19 janvier 2020

Il ne peut pas s’en empêcher. C’est d’ailleurs une des trois choses qu’il sait faire. Envoyer des piques à ses « concurrents ». Avec sa propension à faire de longs discours interminables qu’il a dû préalablement répéter devant le miroir pour s’assurer que c’est bien lui le meilleur, avec son appétit pour les posts et son ambition pour grimper les échelons politiques, son autre sport favori c’est jouer du pouce et de la métaphore pas toujours heureuse sur son profil Facebook.

Son sujet favori, se payer les « Bertins ». Il aurait bien aimé avoir le niveau d’un tonton flingueur mais question dialogue, il se nourrit essentiellement de banalités. Le seul signe d’intelligence visible qu’il manifeste c’est d’avoir pris la précaution de ne jamais faire de l’ombre à Hélène Geoffroy, même si parfois, « il a boudé » comme lorsque Hélène Geoffroy a choisi Pierre Dussurgey pour lui tenir au chaud le siège de maire pendant qu’elle marchait sur les tapis rouges des ministères. Il n’a cependant pas manqué de manifester son mécontentant à travers son blog anonyme se moquant de l'intéri-maire. 

Le roi de la pique n’a pu s’empêcher de caricaturer les citoyens écologistes vaudais qui se présentent aux élections municipales. Visibles lors des vœux et sans doute hier soir lors de la soirée de projection du festival du film court avec une écharpe verte autour du cou. « Crédible quand on a rarement été aux manif sur la ville et que mtn on porte un « signe distinctif » pr montrer qu’on est candidat ? »

C’est que notre élu est lui-même très impliqué en matière d’environnement et nous l’avons souvent vu arriver aux environs de midi pour prendre un petit verre de réconfort avec les bénévoles qui eux se sont cassés le cul, parfois sous la pluie, parfois sous le frimat matinal . D’ailleurs, samedi matin, il y avait des citoyens écologistes pour la collecte mensuelle de déchets au Grand Parc mais il est vrai sans l’écharpe verte. 

D’ailleurs ce serait bienvenu de lancer un nettoyage du Parc de « la Rize » début mars. Je suis certain qu’il y aurait beaucoup de monde sur le terrain !!!

Bien entendu, les habituelles groupies ont applaudi comme elles applaudissent la moindre communication de l’exécutif sans même parfois en comprendre le sens ou la portée. Quel crédit faut-il donner à la remarque de l’adjoint d’Hélène Geoffroy? Un signal politique sans doute, car son cerveau toujours en ébullition n’est axé que sur la position des forces en présence et des conséquences que cela peut avoir sur la garantie de conserver le pouvoir. Il se trouve que la liste des citoyens écologistes est un problème.

Petit retour en arrière. Il n’a échappé à personne que l’écologie aura une place importante dans cette campagne des municipales. Sans doute moins à Vaulx-en-Velin qu’ailleurs mais cela sera sans doute significatif. Dans ce contexte, quoi de mieux que de verdir sa liste et ses propositions. 

Ahmed Chekhab l’adjoint qui lutte, celui que notre élu qualifie, bien qu’étant collègues dans l’exécutif, de « voyou » et dont le travail sur le mandat mériterait une reconnaissance nationale, a tenté d’adhérer à EELV. Refus des écologistes, vu ce qui traine sur internet au sujet du prétendant rien d’anormal à cela. "Il ne faut quant même pas pousser mémé dans les orties".

Hélène Geoffroy a tenté d’obtenir le soutien des écologistes, mais là encore, malgré ses relations avec certains cadres du parti, ce fût une fin de recevoir. Il faut dire que la guêpe flirte avec tout ce qui est susceptible de lui garantir le renouvellement de son mandat. Bien sûr, il est bien connu qu’elle ne se représente pas par ambition et que si elle donne son corps aux Vaudais c’est pour le bien de la communauté qui se trouverait fort démunie sans sa modeste contribution. Courir plusieurs lièvres à la fois ne lui fait pas peur. Macron, Philippe, Collomb, Kimelfeld, Amelin, et consort, tout est bon, comme le dit Machiavel, il n’y a que le résultat qui compte quitte à faire des alliances improbables sur le thème du rassemblement de toutes les aigreurs avec la droite vaudaise. Kotarac si tu m’entends on ne sait jamais! Toi qui a fait le grand écart en me laissant songeur prouve que tout est possible. Et va savoir tu pourrais trouver dans la proximité quelques affinités.

Fin de recevoir de EELV, et carrément « ligne rouge sur Hélène Geoffroy » partagée par les citoyens écologistes Vaudais. De quoi faire enrager notre élu soi-disant socialiste, soi-disant de gauche qui voit échapper des voix bien précieuses et des difficultés possibles au second tour. Pas facile de mesurer le choix des électeurs. Pour le cabinet c’est pourtant  « finger in the nose » pour la réélection avec un plébiscite de 54% au premier tour pour la reconnaissance du mandat d’Hélène Geoffroy. Mais s’il est bien de s’en convaincre ce n’est peut-être qu’un mirage que les plus réalistes se gardent bien de décrire.

Quid du mandat d’Hélène Geoffroy en matière d’écologie? Je me focalise pour l’instant sur l’écologie pour le reste cela viendra en temps et en heure. Comme dans beaucoup de domaines, de la communication. Un miracle de 5 années pour faire émerger  un PCET, petit document qui retrace les actions à mener au sein de la municipalité pour intégrer le développement durable. Et encore, accompagné par un cabinet extérieur. Pan sur le bec !!! Le PCET vaudais dont l'élaboration a débuté en 2014 n’a traité que des problèmes internes à la municipalité ce que n’a pas manqué de souligner l’opposition avec en tête Stéphane Bertin qui nourrit quelques désillusions concernant l’adjoint à l’environnement qui l’a mené en bateau pendant 5 ans.

Pas de problèmes. Qu'à cela ne tienne, une petite commission Extra-Municipale bien encadrée toujours par un cabinet externe va permettre de communiquer. Je me suis inscris à cette commission comme 79 autres personnes mais, malheureusement, mettre des réunions à 17 heures 30 ne m’a pas permis de participer. Je ne suis pas le seul, le gérant de Prairial est lui aussi contraint par l’horaire, donc au mieux en comptant les services techniques une quinzaine de personnes. Hélène Geoffroy devrait essayer de faire des réunions d’habitants à 17h30 pour voir si elles attirent du monde.

Ce qui est bien c’est que les actons concrètes sont pour demain. N’est-ce pas Jean Luc Pollina qui porte lui aussi une écharpe verte et qui a fait beaucoup de choses pour le développement durable contrairement à celui dont je tairai le nom pour ne pas lui donner d’importance. Il aimerait sans doute arborer la tenue et la cape de superman, pourquoi pas avec le logo socialiste pour voir.  

D’ailleurs petite chose curieuse, l’adjoint à l’environnement est également en charge des terres agricoles et curieusement il y a peu, sans doute en prévision des propositions dans le cadre des municipales, le cabinet n’a pas trouvé mieux que de contacter la municipalité décinoise pour avoir quelques idées. Et pendant le mandat rien n’a été fait pour « les Terres du Velin »

Alors avant de faire du jeu de pouces à deux balles, il vaudrait mieux balayer devant sa porte.

Thomas Petragallo