Pauvre de vous journalistes.

Share

 

Jeudi 14 mars 2019

« Les « journaleux » amplifient les articles pour semer la terreur et dévalorisent la ville ». C’est ainsi qu’une élue, adjointe au maire  de la majorité vaudaise ressent le travail des journalistes en relatant des faits se déroulants sur Vaulx-en-Velin.

C’est  suite à un article du progrès que les commentaires ont fusé sur le réseau social le plus usité. Les faits : un jeune roulant en scooter sans permis qui poursuivit par les forces de l’ordre  se réfugie dans une école primaire un dimanche ou  les policiers découvrent un scooter volé et un fusil de chasse à canon scié dans un local technique non fermé suite à un problème de serrure que les services techniques tardent à réparer. 

L’article du progrès ne le dit pas, mais sur Facebook, une personne apparemment sure d’elle, assure que la personne en infraction s’est introduit dans l’école et a caché l’arme.  Ce n’est quand même pas banal soit de trouver une arme dans une école, soit de voir un jeune rouler sans permis, sur un scooter volé avec un fusil à canon scié dans la sacoche. Nous ne sommes plus à l’époque des chasseurs de primes et du far west. 

Je lis régulièrement les articles du progrès et je pense que l’information diffusée  donne plutôt une bonne image de la ville et de ses activités. Et les faits divers ne sont pas que l’apanage des vaudais, Villeurbanne, Vénissieux pour ne citer que ces deux villes ne sont pas épargnées.  

Ces derniers jours, il est vrai qu’entre les habitants manifestants contre un permis de construire et la porte d’entrée de la nouvelle école Beauverie qui s’écroule sur des agents de la ville blessant l’un deux ce n’est pas folichon en terme de news.

Tout comme l’article faisant part du désarroi de parents  d’élèves concernant le stationnement anarchique de voitures devant une école. Ce n’est pas la municipalité qui se gare mal, mais c’est quand même de son devoir d’assurer une certaine sécurité.   

Les faits divers, nous pourrions les traiter tous les jours sur MédiaVaulx, mais ce n’est pas notre objectif.   Entre les drames familiaux et les actes de délinquance, la ville est souvent sous les projecteurs. Notamment sur internet ou des sites comme « Lyonmag » permettent à leurs lecteurs de commenter  les articles sous couvert de pseudo.  Et les commentaires sont parfois très limites.   Voir intolérables.

Les faits divers, il y en a à Lyon. Le célèbre commissaire-priseur lyonnais condamné à 15 mois de prison avec sursis et 250 000 euros d'amende pour abus de confiance. Chez les huissiers de justice lyonnais, quelques dérives ont été sanctionnées, mais à la lecture des faits cela n’empêchera jamais personne d’aller habiter dans le 6ème arrondissement ou dans l’Ouest lyonnais.

L’équation est simple pour notre élue, plutôt que se plaindre des journalistes et les accuser de faire de la propagande pour les élections municipales, il faut démontrer que Vaulx-en-Velin évolue favorablement. Lorsque dans le journal municipal il est écrit en gros caractères « Nous voulons faire de Vaulx-en-Velin une ville à vivre » s’est sans doute qu’il subsiste quelques lacunes à combler et que l’actuelle majorité reconnait qu’elle n’y ait pas parvenue pendant son mandat.  

Thomas Petragallo